Doctorant et liseuse électronique : un retour d’expérience (2e partie)

Ce billet est la deuxième partie du diptyque consacré à mes usages de la liseuse électronique. Vous pouvez lire la première partie ici.

Passons maintenant aux usages qui concernent la relecture :


Préparer et relire une communication orale

Lors de mes premières présentations orales dans le cadre culturel/scientifique, j’avais imprimé de nombreuses pages pour les relire avant ma communication et les avoir sous les yeux en cas de trou de mémoire pendant la présentation. Je me suis vite rendu compte que c’était bien encombrant et peu adapté à cet exercice. Depuis ma deuxième année de doctorat, j’ai remplacé ces feuilles par ma liseuse. J’écris mon texte à l’ordinateur, puis une fois terminé, je le transfère sur ma liseuse. Cela permet de le relire facilement, à de nombreuses reprises avant la communication.

J’ai particulièrement apprécié cet usage lorsque j’ai communiqué lors de colloques internationaux, en Italie, Brésil et Belgique. Ma liseuse m’a allégé des nombreuses notes imprimées habituelles et j’ai pu relire mon texte dans l’avion, le train ou à l’hôtel. J’ai aussi pu procéder à quelques ajouts/corrections de mon texte sur ordinateur, puis le retransférer sur ma liseuse, alors que je n’aurais pas eu la possibilité d’imprimer des feuilles. Enfin, lors de mes présentations, même si finalement je n’ai pas eu à m’en servir, j’avais devant moi le texte affiché sur ma liseuse. J’avais préalablement créé des niveaux de titres permettant une navigation rapide et aisée dans les différentes parties, ainsi que réglé l’affichage des caractères à la taille qui me convenait.

Exemple du texte d’une des mes communications, donnée au Brésil en août 2015.

Profil(s) concerné(s) : Les personnes qui ont besoin de relire un texte/des notes avant (et même pendant) une présentation orale. La liseuse est bien moins encombrante que des feuilles imprimées ou un ordinateur. Grâce à son petit format, on peut par exemple l’utiliser debout dans les transports pendant un trajet. Je trouve que lire le texte sur une liseuse est bien plus confortable que sur un smartphone et on peut régler la taille des caractères selon sa préférence.


Relecture de textes

Je trouve la liseuse extrêmement pratique lorsqu’il s’agit de relire ses propres textes, des notes ou bien des textes écrits par d’autres. Dans le cadre de mon activité de doctorant, je suis amené à rédiger des textes sous différentes formes : articles, parties de thèse, comptes rendus de séminaire, billets de blog…

Dans ces cas-là, je me concentre d’une part sur le fond, les idées et d’autre part sur la forme, le style et la manière dont ces idées sont formulées. La mise en page n’importe pas dans cette phase-là, seul le texte m’intéresse.

J’ai ainsi relu sur ma liseuse le chapitre de thèse d’une collègue, des notes ou présentations écrites par d’autres (jeunes) chercheurs, mes propres articles à différentes phases de leur écriture, ma thèse en cours de rédaction… J’utilise aussi ma liseuse pour relire mes billets de blog avant publication (comme celui que vous êtes présentement en train de lire !)

J’utilise beaucoup ma liseuse pour relire les transcriptions de mon corpus de thèse. J’ai procédé à de nombreuses conversions de fichiers PDF image de guides de voyage en texte numérique. Après un traitement OCR, je vérifie et corrige les erreurs une première fois sur ordinateur. Puis je convertis mon document en EPUB/MOBI afin de le relire sur ma liseuse. Grâce au confort visuel de lecture, je repère alors très rapidement les coquilles et erreurs qui m’avaient échappées lors de la première relecture sur ordinateur. Cela m’évite d’avoir à imprimer toutes ces pages et je peux travailler en ayant à la fois la liseuse et l’ordinateur devant moi : je lis le texte sur ma liseuse et dès que je repère une erreur, je compare avec le fichier PDF affiché sur mon écran d’ordinateur et je rectifie l’erreur dans mon document de transcription.

Relecture et vérification de la transcription de la partie “Lyon” du guide Murray Handbook for travellers in France, 1892.

Profil(s) concernés : Cet usage peut intéresser de très nombreuses personnes. Je pense en particulier à toutes celles qui sont amenées à relire des textes rédigés par d’autres, que ce soit dans un cadre professionnel ou personnel. Si vous avez aussi à relire vos propres écrits et que vous préférez éviter d’imprimer, la liseuse sera très pratique pour vous (je pense aux étudiants, enseignants, conférenciers, guides…).


Pour conclure

Je suis devenu un utilisateur quotidien de liseuse électronique, à la fois pour mon loisir et dans le cadre de mes activités professionnelles de recherche (lecture/relecture). Nous sommes nombreux à regarder chaque jour pendant des heures des écrans brillants qui provoquent une fatigue visuelle importante. La liseuse électronique permet de lire des documents très divers dans un grand confort. Personnellement, je ressens vraiment le changement lorsque je passe d’un écran d’ordinateur à celui d’une liseuse. Et comme je n’ai ni un grand budget impression, ni l’envie de m’encombrer d’un tas de feuilles, j’ai trouvé dans la liseuse électronique un outil qui correspond très bien à plusieurs de mes besoins.

J’ai conscience que ce billet n’emportera sans doute pas l’adhésion des personnes qui entretiennent un rapport particulier avec les livres imprimés. Chacun son avis après tout, mais si vous n’avez jamais testé la lecture de documents numériques sur un appareil spécialisé de ce type, je ne peux que vous encourager à essayer. Pour moi, il y a clairement eu un avant/après liseuse électronique ! J’ai été rapidement convaincu par l’usage principal que je voulais en faire (lecture de loisir). Encore mieux, j’ai découvert peu à peu d’autres usages, liés plus ou moins directement à mon travail de jeune chercheur et qui me facilitent grandement certaines tâches quotidiennes.

Pour résumer, dès lors que la mise en page n’est pas importante et que tout ce qui vous intéresse c’est lire du texte sans vous abîmer les yeux, je conseille de privilégier la liseuse électronique (encore plus dans le cas de longs documents).

Une fois que je l’aurais soutenue, j’aimerais beaucoup pouvoir proposer ma thèse en libre accès au format EPUB, en plus du format PDF classique. Cela risque d’être compliqué d’un point de vue technique, à cause des nombreuses images et cartes en couleur. Cependant, lire l’équivalent de plusieurs centaines de pages de texte sur un écran qui ne fatigue pas les yeux, c’est tellement pratique et agréable !


Quelques liens utiles


4 réflexions sur « Doctorant et liseuse électronique : un retour d’expérience (2e partie) »

  1. En effet, l’iPad est plus pratique que le Kindle pour l’annotation des epubs ou des PDF, les notes peuvent s’échanger. C’est ainsi que je corrige mes manuscrits. Avant, je corrigeais sur Kindle, en échangeant les fichiers récupérés en texte. Il fallait faire un peu de ménage dans les notes. C’est plus clair sur l’iPad.
    Le Kindle est plus confortable pour la lecture. Grâce à lui, j’ai lu encore plus qu’auparavant !
    Merci pour vos articles.
    Bon vent pour vos projets.
    gaelle

  2. Bonsoir,
    Merci pour votre témoignage très utile.
    Je suis enseignant-chercheur (comme vous, mais un peu plus âgé !) et souhaite passer à la liseuse pour des raisons professionnelles essentiellement… mais une chose me retient et je n’ai pas encore trouvé la réponse ; peut-être l’avez-vous ? Je sais que l’on peut importer un pdf sur une liseuse et l’annoter… mais peut-on ensuite exporter ce pdf annoté (sans ne rien perdre) vers un ordinateur classique, sans passer par le format E-pub, un moment ou l’autre.
    Merci pour votre éclairage !
    Nicolas

    1. Merci pour votre commentaire. Oui on peut lire des PDF sur liseuse, mais c’est vraiment un format très peu adapté. Cependant il existe quelques outils pour ajuster le PDF à la taille de l’écran de sa liseuse, l’un des meilleurs est K2pdfopt. En ce qui concerne les annotations et leur export depuis la liseuse, c’est malheureusement l’un des points actuels les plus limitants et dont la plupart des personnes utilisant la liseuse dans un usage professionnel se plaignent. Par exemple, sur le Kindle les annotations sont toutes conservées dans un fichier .txt “My Clippings.txt”. J’ai fait l’essai avec un PDF et cela semble fonctionner aussi. Le problème est donc ensuite de récupérer ces annotations de manière plus pratique que de copier-coller chaque annotation, mais pour l’instant je n’ai pas trouvé de solution satisfaisante. Et j’ai cherché un peu sur le web, ce questionnement revient souvent. L’idéal serait de pouvoir rattacher les annotations directement au fichier, mais cela n’est pas possible actuellement (en tout cas je n’ai rien trouvé qui va dans ce sens).
      Pour résumer, pour la lecture et l’annotation de documents PDF, la liseuse électronique n’est pour le moment pas la solution idéale. Sans doute que les tablettes type Ipad sont plus pratiques pour l’annotation, mais moins agréables pour la lecture car leur écran n’est pas e-ink.

Répondre à Nicolas Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.