Doctorant et liseuse électronique : un retour d’expérience (1re partie)

Ce billet est la première partie du diptyque consacré à mes usages de la liseuse électronique. Vous pouvez lire la seconde partie ici.

Il y a un peu plus de 3 ans, j’ai fait l’acquisition d’une liseuse électronique1. À cette époque, je ne connaissais pratiquement rien de la lecture numérique et des dispositifs spécialisés. J’avais déjà vu des personnes utiliser une liseuse, mais je n’en avais personnellement jamais essayée.

Trois raisons principales ont guidé mon choix :

  • le confort visuel : après ma première année de doctorat, la lecture sur ordinateur des documents scientifiques en PDF (avec un fond blanc brillant) me procurait une grande fatigue visuelle (malgré F.lux), la liseuse m’est alors apparue comme une alternative adaptée
  • l’accès libre et gratuit sur le web à la littérature du domaine public aux formats numériques EPUB/MOBI : grand amateur de Jules Verne depuis mon enfance, je voulais me remettre à lire son œuvre et celles d’autres auteurs
  • pouvoir stocker des dizaines/centaines de documents numériques dans un appareil léger et peu encombrant, qu’on peut glisser dans son sac et utiliser lors des trajets et voyages

Trois ans plus tard, voici donc un bilan de mes pratiques de lecture numérique avec une liseuse. Je présente particulièrement les différents usages de ma liseuse dans le cadre de mon activité de recherche.


Liseuse électronique : quelques avantages et inconvénients (avis personnel, non exhaustif)

La liseuse électronique intègre certaines fonctionnalités qui existent aussi sur ordinateur/tablette/smartphone. Elle permet une navigation aisée au sein des livres, via les différents niveaux de titres. Il est bien sûr possible de faire des recherches plein-texte, pour facilement retrouver un mot précis dans le livre. L’utilisateur peut marquer un passage à l’aide d’un signet, surligner et annoter du texte. En termes d’accessibilité et de préférences, on peut choisir la police utilisée (serif/sans serif) et régler la taille des caractères affichés.

Parmi les autres fonctionnalités, la plupart des liseuses intègrent des dictionnaires (français et traduction français-anglais par exemple), ce qui se révèle très pratique. Il suffit de pointer un mot pour avoir sa signification ou sa traduction. L’indication de sa position dans le livre est aussi affichée. Enfin, je trouve que l’absence de la gestion des couleurs occasionne moins de distraction visuelle, l’œil n’étant pas attiré par une couleur, car tout est en niveau de gris. Bien sûr, l’une des spécificités des liseuses électroniques réside dans leur écran particulier qui ne fatigue pas les yeux contrairement à ceux des ordinateurs, smartphones, tablettes… J’apprécie aussi la légèreté de la liseuse par rapport à la plupart des livres imprimés, ainsi que sa maniabilité, qu’il s’agisse de navigation tactile ou via des boutons (possibilité de l’utiliser avec une seule main). La liseuse permet aussi un gain de place significatif, car on peut stocker des centaines de livres numériques et avoir avec soi toute une bibliothèque portable. Ces appareils disposent aussi d’une très bonne autonomie de la batterie.

La liseuse électronique présente cependant quelques inconvénients. Suivant les fonctionnalités (rétro-éclairage, présence d’un navigateur web, gestion de certains formats…), le prix de l’appareil varie largement et n’est pas négligeable. La liseuse ne gère pas l’affichage des couleurs (tout est en niveau de gris). Le petit format de l’écran peut aussi rebuter. La liseuse n’est pas bien adaptée à l’affichage des images et il y a une gestion approximative des tableaux, graphiques et autres figures un peu complexes. Par exemple, la liseuse ne convient pas très bien à la lecture de bande dessinée. La nécessité de convertir les textes dans un format adapté aux liseuses (EPUB/MOBI) peut se révéler compliquée et chronophage, en fonction du format source du texte (en particulier pour les PDF). L’environnement logiciel de la liseuse (ouvert ou propriétaire dans le cas des liseuses Amazon) ou la présence de restrictions techniques sur certains ebooks (DRM) sont aussi un problème à prendre en compte, qui peut rendre l’expérience de la lecture numérique assez désagréable. Enfin, comme tout appareil électronique portable, la liseuse ne fonctionne plus lorsque la batterie est déchargée, il est nécessaire de la recharger. Il y a aussi des éléments caractéristiques des livres imprimés que l’on ne retrouve pas avec une liseuse, notamment des aspects sensoriels (odeur, toucher…). Personnellement, ce dernier point ne me dérange pas du tout, mais je sais que c’est souvent un reproche adressé à la lecture numérique.

Venons-en maintenant à mes différents usages, qu’on peut classer en deux grandes catégories : Lecture/Relecture. Pour chaque cas, je présente la manière dont j’utilise ma liseuse2 et j’essaie aussi de pointer des utilisations similaires qui pourront concerner d’autres personnes.


Lecture de loisir

Avant d’acheter une liseuse électronique, je ne lisais pratiquement plus de livres, excepté ceux liés à mes études. La liseuse a complètement modifié mes habitudes et mon rapport à la lecture. Je lis désormais entre 40 et 50 livres par an (hors travail), en particulier chaque soir avant de m’endormir.

 

Frontispice du roman de Jules Verne ou Michel Verne : L’Agence Thompson and C°, 1907, dessin de Léon Benett. Domaine Public. Source : Wikimedia Commons

 

Profil(s) concerné(s) : Toute personne qui souhaite lire confortablement, qu’il s’agisse d’ouvrages du domaine public téléchargeables gratuitement sur le web ou de livres numériques payants.


Lecture en déplacement – Mobilité

De nombreuses personnes utilisent leur liseuse électronique dans les transports publics (métro, train…) lors de leurs déplacements quotidiens ou réguliers. Pour ma part, j’apprécie vraiment ma liseuse lors des trajets en TER, TGV ou en avion. Lorsque je suis parti au Brésil à l’été 2015 pour un séjour de recherche ou bien lorsque j’ai pris le TGV pour des raisons professionnelles (colloque, recherches), j’ai jonglé entre mon PC hybride 10 pouces (pour le travail sur des documents) et ma liseuse (aussi bien pour la lecture de loisir que la relecture de notes, d’articles…).

Profil(s) concerné(s) : Je pense aux personnes qui passent de nombreuses heures dans les transports (en particulier le train) à cause de leur travail. Même si des tablettes/PC sont très utiles, s’il est avant tout question de lire du texte, je préfère le confort d’une liseuse ! Cette remarque est aussi valable pour les trajets en train/avion vers son lieu de vacances.


Lecture de documents spécialisés (hors travail)

Il s’agit ici de documents qui ne concernent pas directement mon travail de thèse, mais qui portent sur mes centres d’intérêt et que je trouve plus agréable de lire sur liseuse. Certains de ces documents sont téléchargeables sur le web directement au format EPUB : c’est le cas d’ouvrages présents sur OpenEditionBooks en open access simple. J’ai ainsi lu sur ma liseuse les non-actes du Thatcamp 2012 et du Thatcamp 2013 ou plus récemment des livres de la collection Documents d’archéologie en Rhône-Alpes éditée par ALPARA. Si vous êtes étudiant ou chercheur : il est possible que votre bibliothèque universitaire ait souscrit au programme OpenEdition Freemium, qui vous permet en tant qu’usager de télécharger certains livres au format EPUB (sans DRM).

J’ai aussi converti en EPUB pour ma lecture personnelle d’autres documents librement accessibles sur le web, par exemple le long rapport d’information sur les musées de France (2014) présenté à l’Assemblée nationale par plusieurs députés.


Lire en langue étrangère

Depuis que je possède une liseuse, les textes en anglais représentent environ la moitié de mes lectures. Le dictionnaire français-anglais intégré à ma liseuse me permet de progresser en anglais, d’apprendre de nouveaux mots. Je ne maîtrise pas assez bien d’autres langues, donc je ne sais pas si les dictionnaires bilingues en allemand, espagnol, italien… sont aussi performants, mais je trouve la liseuse particulièrement adaptée à cet usage.

Profil(s) concerné(s) : Toute personne souhaitant lire des textes en langue étrangère, en particulier en anglais. Quand on pense à tous les documents en anglais accessibles gratuitement et légalement sur le web, cela ouvre de nombreuses perspectives !


Lire la bibliographie (articles scientifiques)

L’une des raisons principales de l’achat de ma liseuse était de pouvoir lire des documents scientifiques sur un dispositif plus adapté et reposant que l’écran de mon ordinateur. J’ai d’abord rapidement déchanté, lorsque je me suis rendu compte de la complexité de lecture du format PDF sur liseuse. Si certaines liseuses sont compatibles avec le format PDF, ce dernier n’est pas du tout adapté à ce type d’appareil. Le format PDF est pensé pour figer une mise en page et garantir qu’elle ne changera pas en fonction de l’appareil/du logiciel utilisé pour consulter le document. Or, le principe de la liseuse est justement d’adapter l’affichage du texte au format de l’écran/à la taille de police choisie, afin de permettre la lecture la plus agréable possible.

Comme les documents scientifiques sont en général disponibles au format PDF, il est nécessaire de les convertir en EPUB/MOBI pour pouvoir les lire de manière confortable et efficace sur sa liseuse. Cette phase de conversion peut être longue et ardue, en fonction de la complexité du document source (présence de liens internes comme les appels de note, mise en page élaborée…).

Dans la pratique, j’essaie de trancher en fonction de l’usage que j’aurai de chaque document. S’il s’agit d’un document que je pense lire et relire de nombreuses fois au cours de mon doctorat, je prends le temps de faire une conversion propre, en réactivant les liens des références (notes infrapaginales). Si c’est un document trop complexe, comme une thèse ou un mémoire, je fais un compromis : je traite rapidement les gros problèmes comme les sauts de paragraphe puis je convertis sans trop nettoyer, ni rendre actifs les notes. Cela permet quand même de lire le texte sur liseuse avec peu de désagréments, mais c’est aussi moins confortable, car il n’y a pas/peu de liens internes.

Si le document existe sur le web au format Html (comme sur Openedition Journals, Cairn, OpenEdition Books, Hypotheses.org…), il est possible de récupérer plus facilement le texte pour le transformer en EPUB. Certaines extensions spécialisées existent pour sauvegarder directement une page au format EPUB depuis le navigateur3. Des sites web4 permettent de récupérer le texte au format .html, .rtf ou docx, que l’on peut ensuite convertir en EPUB via le logiciel Calibre (et nettoyer/éditer dans Sigil). Le résultat dépendra là aussi du degré de complexité du document. Il est souvent nécessaire de transformer les liens hypertextes web en liens internes au document (c’est le cas pour les « notes de bas de page »).

Il est bien sûr possible de combiner lecture sur liseuse et lecture sur ordinateur. Je préfère pour ma part procéder à une première lecture du texte sur liseuse (surligner, annoter les passages qui m’intéressent) et éventuellement regarder les figures et images sur la liseuse (en noir et blanc). Dans un deuxième temps, je consulte le document sur un ordinateur, pour voir les figures et images en couleur et dans une taille plus grande, pouvoir agrandir/réduire les images… À chacun de voir ce qui lui convient le mieux !

Profil(s) concerné(s) : Étudiants, chercheurs qui lisent de nombreux documents scientifiques, plus ou moins longs et complexes. La lecture sur liseuse est plus agréable et moins fatigante pour les yeux et elle évite de devoir imprimer tous ces documents.


Fin de la première partie de ce retour d’expérience, la suite dans ce deuxième billet.

  1. Je précise que ma liseuse est un Kindle 6 pouces d’Amazon (environnement propriétaire), tactile et sans rétroéclairage. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester d’autres modèles de liseuse, mais je pense que le propos de ce billet est aussi valable pour la plupart des appareils de ce type. N’hésitez pas à commenter si vous avez d’autres modèles qui n’ont pas ces fonctionnalités ou qui possèdent au contraire des fonctionnalités supplémentaires. []
  2. Je précise que les divers usages de ma liseuse présentés ici se placent tous, pour les textes qui sont diffusés et accessibles légalement sur le web, dans un cadre strictement personnel (exception de copie privée). []
  3. J’utilise par exemple depuis peu l’extension Save as Ebook (Pour Firefox ou Google Chrome) que je trouve très pratique. []
  4. J’utilise par exemple : https://documentcyborg.com. []

4 réflexions sur « Doctorant et liseuse électronique : un retour d’expérience (1re partie) »

  1. Bonjour,

    J’utilise moi-même une liseuse à la fois pour l’agrément et la recherche mais j’ai une question: comment retrouver le numéro de page de la version originale? Je pense notamment aux fameux articles Cairn en pdf converti. Existe-t-il une norme de citation bibliographique spécifique aux liseuses? Merci d’avance pour vos retours d’expérience sur cette question.

    1. Bonjour, la manière de citer me pose aussi un peu problème. Avec le texte en format numérique sur Cairn, OpenEditionBooks, OpenEdition journals…), chaque paragraphe est numéroté, c’est donc ce numéro de paragraphe qu’il faut citer. Donc quand je cite, je mets simplement (§ 3) là où on met d’habitude le numéro de page. Je pense que pour les textes disponibles au format numérique, il faut penser au-delà de la version imprimée. Je me souviens qu’il y a quelques années je citais la référence bibliographique imprimée car c’était plus simple que de citer la version électronique. Mais ce n’est pas une bonne pratique et si le texte est disponible en ligne, il est utile de citer correctement la référence pour les lecteurs. Aujourd’hui, nous accédons à la très grande majorité des références bibliographiques dans leur version numérique native.
      Pour les fichiers EPUB, chaque paragraphe est aussi numéroté, et ce n° de paragraphe reste donc identique qu’on le lise sur une liseuse ou une autre, peu importe la marque ou le format de l’écran. C’est, je pense, l’unité de citation qui convient le mieux. On peut aussi préciser davantage si c’est dans un ouvrage long, par ex : (Chap 3, § 1242).
      Enfin ne pas oublier que le grand avantage des textes numériques, c’est qu’une recherche par mot-clé est possible et permet de retrouver rapidement une citation, ce qu’une version imprimée ne permet pas (d’où l’importance dans ces ouvrages des index et de citations du n° de page).
      Je n’ai pas vraiment trouvé de guide bibliographique qui préciserait la bonne pratique pour citer des documents EPUB ou numérique nativement, mais je vais me renseigner.

  2. Je viens de lire avec intérêt votre article sur le retour d’expérience de lecture sur liseuse. Je travaille dans l’édition et depuis 2008 je soutiens ce mode de lecture. Je constate que quelques informations font encore défaut aux usagers.

  3. Je vous remercie pour ce retour d’expérience précis. Travaillant dans le monde universitaire de l’information scientifique et technique, il est intéressant de connaître les pratiques et les usages numériques afin de réfléchir à de nouvelles offres en documentation et en service.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.