Adieu Twitter : il est temps de partir

Fin juillet 2023, j’ai écrit et publié un billet pour faire part de ma réflexion concernant Twitter. Au-delà de mon propre usage, j’y pointais la problématique qui se pose depuis le rachat par Elon Musk et les nombreuses évolutions (malvenues) de ce réseau social, qui a radicalement changé en moins d’un an.

Aujourd’hui, je reprends la plume (ou plutôt le clavier) pour parler une dernière fois de ce sujet. En deux mois, il y a encore eu des changements, et non des moindres : fin juillet, j’avais déjà in extremis ajouté dans mon billet l’information du changement d’identité : Twitter a été renommé en “X”, le logo a été modifié (RIP petit oiseau bleu) et les “tweets” sont devenus des “posts”. Les médias ont relayé d’autres problèmes, comme le fait que ce réseau social favorise l’antisémitisme (mais pas seulement) et ça ne plaît pas à son propriétaire qu’on en parle, puisqu’il va même jusqu’à menacer une organisation de lutte contre l’antisémitisme d’une plainte en diffamation.

Les réactions à cette mutation à la fois rapide (mais pas tellement surprenante) du réseau social ont été nombreuses : on ne compte plus les textes relatifs à Twitter ces derniers mois, notamment en anglais. Comme beaucoup d’utilisateurs de Twitter, j’ai aussi vu des personnes que je suivais faire le choix de quitter définitivement le réseau social, en supprimant leur compte. Bravo à elles.


Prise de décision

De mon côté, je m’étais laissé encore quelques semaines avant de faire mon choix définitif, tout en essayant de restreindre mon usage de Twitter pendant l’été. J’ai réussi à le faire pendant mes 4 semaines de vacances, mais la reprise du travail a coïncidé avec un usage à nouveau intensif. Finalement, il aura fallu moins d’un mois pour que ma réflexion aboutisse et que je ne supporte (à nouveau) plus du tout d’être présent sur Twitter. Le 12 septembre, à la suite d’un énième accrochage par tweets interposés, sur un sujet pourtant sérieux (le devenir de nos productions numériques), j’ai tranché : c’est fini, je supprime mon compte et je quitte une bonne fois pour toutes cet espace toxique.

Sur le moment, j’ai eu envie de claquer la porte avec pertes et fracas. Mais je me suis ensuite rendu compte que je ne pouvais pas partir ainsi : après quasiment 9 ans passé sur Twitter, je m’y suis fait une communauté importante de personnes qui me suivaient et que je suivais (abonnés/abonnements). La bonne manière de partir est de laisser encore un peu de temps, pour faire mes adieux en plusieurs étapes. J’ai donc écrit un fil Twitter le lendemain pour expliquer mon départ : je supprime mon compte fin septembre (voir les captures d’écran ci-dessous).

Je n’ai de leçon à donner à personne, et tous les gens qui me suivaient sur Twitter (et qui me lisent ici) sont adultes et suffisamment grands pour prendre leurs propres décisions. Je tiens simplement à partager une dernière fois mon avis sur ce qu’est devenu Twitter/X ces derniers mois, surtout depuis début 2023. Il y a eu suffisamment d’articles de presse et billets de blog sur le sujet, et j’ai déjà dressé la longue liste des changements malvenus dans mon précédent billet, je vais donc essayer de faire court.

Il est évident que Twitter/X est devenu un réseau social toxique, où l’invective et l’agressivité sont de plus en plus fréquentes, surtout depuis le rachat par Musk (mais elles étaient déjà présentes avant). Coïncidence ? Je ne crois pas. Ai-je encore envie d’avoir un compte sur un réseau social qui fait aujourd’hui clairement le jeu des racistes, des xénophobes, des suprémacistes, des antisémites et des idées d’extrême-droite ? Non, absolument pas !

Chacun est responsable du choix des espaces numériques auxquels il/elle participe, et pour ma part, il était temps que je quitte cette arène. D’ailleurs, j’aurais sans doute dû le faire plus tôt. Je l’ai déjà écrit dans mon précédent billet, et je vais le répéter autrement ici : c’est à chacun, individuellement ou collectivement dans le cadre d’associations ou d’institutions, de réfléchir à ce que signifie être présent sur ce réseau social en 2023.

Jusqu’au changement de nom et de logo, je n’avais pas encore bien compris, car l’illusion demeurait en tant qu’utilisateur de longue date. Mais en fait, si on y réfléchit, Twitter est mort. X c’est autre chose, l’oiseau bleu ou le mot “tweet” ont disparu, presque toutes les règles ont changé en moins d’un an. Le Twitter qu’on appréciait dans les années 2010 et qui a été très important pendant les confinements de 2020, il n’existe plus : son dernier propriétaire lui a porté le coup de grâce et aujourd’hui, il est temps de partir. Rester sur X aujourd’hui, c’est tout sauf neutre : si vous avez des valeurs proches des miennes, vous le savez bien. J’ai conscience que suivant sa position individuelle (notamment professionnelle), le choix n’est pas simple, il sera coûteux : j’en fais l’expérience aujourd’hui, mais sur mon échelle de valeur, il n’y a pas d’autre alternative. Rester consisterait à cautionner ce qu’est devenu ce réseau social, valider les choix très problématiques du propriétaire et jouer le jeu de personnes, totalement à l’opposé de mes valeurs, qui ont un réel intérêt lucratif à faire prospérer X.

Les espaces numériques sont ce que nous en faisons. Les grands réseaux sociaux privés sont tous problématiques sur plusieurs plans bien documentés depuis des années (captation des données personnelles, publicités ciblées, défaut de modération, voire carrément participation active ou passive à la diffusion de fake news pour peser sur une élection), mais lorsqu’ils deviennent en plus foncièrement toxiques, comme ici par la volonté d’un milliardaire mégalomane, personne ne nous oblige à y rester. Nous sommes libres de partir, à n’importe quel moment. Libres de supprimer nos comptes. Pour les twittos qui me lisent, j’espère que vous saurez quitter le navire avant qu’il ne soit trop tard. Quant aux comptes d’institutions officielles (patrimoniales, gouvernementales, universitaires), j’appelle à suivre les quelques exemples récents de suspensions de compte X, tel celui de l’université Rennes 2. Ou au moins de poser le sujet sur la table en réunion de service. Voulez-vous que l’image de votre institution soit associée à ce réseau social, aux côtés de comptes d’extrême droite ? En matière de responsabilité et surtout de réputation et d’identité numérique, puisque c’est ce qui compte le plus pour les institutions aujourd’hui, les choix doivent être réfléchis, pesés et faits en conscience. Avec notamment une question – on ne peut plus basique – qu’il est bon de se poser pour prendre le recul nécessaire : si vous n’en aviez pas encore, est-ce qu’aujourd’hui, en 2023, vous décideriez vraiment de créer un compte pour vous ou votre institution dans cet espace qu’est le X d’Elon Musk ?


Et maintenant ? La vie sans Twitter

Désormais, pour moi ça ne va pas être simple de tirer un trait sur 9 ans d’échanges quasi-quotidiens. Twitter a été un véritable outil de travail, mon principal canal d’informations et d’actualités, de veille professionnelle et scientifique, d’échanges et même de soutien à distance, notamment pendant les moments difficiles de mon doctorat (et en particulier les confinements de 2020-2021). Je vais devoir me désintoxiquer et trouver un nouveau rythme personnel, mais c’est pour le mieux. J’ai bien conscience que je vais sans doute passer à côté de plein de choses/découvertes, sur le plan professionnel, scientifique ou autre, mais tant pis : le plus important était de quitter cet endroit, une bonne fois pour toutes.

Je vais me laisser le temps de trouver une autre manière de fonctionner, en réduisant mon temps d’écran si possible et en investissant mon énergie dans des projets et des espaces qui comptent et sont bienveillants. Je suis déjà bien actif dans plusieurs collectifs et associations à Lyon, et je trouve du sens à participer à l’organisation d’événements qui permettent de valoriser le patrimoine et les connaissances, de faire du lien et faire ensemble dans un esprit convivial et bienveillant. J’ai aussi pas mal de pistes de valorisation de mes recherches auprès de divers publics, à travers des conférences ou des projets numériques. Mon usage intensif de Twitter depuis 2014 aura été dans l’ensemble une belle expérience, mais je ne suis prisonnier d’aucun espace, je tiens avant tout à ma liberté personnelle. Et choisir où je mets mon énergie, dans des choses qui ont du sens.


Merci pour tout

Je tiens à terminer ce billet d’adieu par un message de remerciements à « ma communauté Twitter », c’est-à-dire toutes les personnes avec qui j’ai échangé ces 9 dernières années, pratiquement toujours dans un esprit bienveillant. Ce n’est pas vous que j’avais envie de quitter, c’est cet espace où je n’ai vraiment plus ma place (et vous non plus, je pense, mais ce n’est que mon avis).

Je ne vais nommer personne précisément, car c’est vous toutes et tous que j’ai envie de remercier pour ces moments passés ensemble, à distance. Vous, la communauté Twitter, aurez fait partie de ma vie pendant presque 9 ans et je garderai de bons souvenirs de cette période. Les découvertes, les opportunités, les conseils, le soutien, le partage : tout cela a compté pour moi, et c’était toujours un plaisir de rencontrer en vrai des personnes que j’ai connues par Twitter d’abord. Je n’ai toujours pas bien compris pourquoi au fil des années autant de gens ont suivi mon compte Twitter : cela signifie sans doute que je partageais des éléments intéressants et que ce que j’écrivais trouvait un certain écho, en particulier sur les sujets patrimoniaux, historiques, géographiques et universitaires. Tant mieux alors, c’était bien de passer ce temps ensemble à travers nos tweets.

C’est une belle page qui se tourne, même si mes derniers mois sur Twitter ont été les pires. J’ai besoin de retrouver de la sérénité, c’est pourquoi je ne vais pas chercher à investir aussi intensivement un autre réseau social. Si vous voulez continuer à échanger ou à me suivre, vous êtes les bienvenu·es : je suis un peu sur Mastodon, un peu sur LinkedIn, mais ma vraie maison, celle où je suis libre de venir et d’écrire quand je veux, c’est ici : mon carnet Hypothèses.

Mes prochains mois s’annoncent bien chargés, pour de bonnes raisons : je participe à plusieurs projets collectifs qui vont être très intéressants, en lien avec les guides de voyage, la cartographie et le patrimoine. Je vous en parlerai bientôt. Et puis il faut aussi que je vous raconte ce qu’il s’est passé depuis le printemps 2022, ma soutenance de thèse et l’après-doctorat ! Je vous donne rendez-vous ici pour de prochains billets.

Et pour les (ex-)twittos, merci et bon courage pour la suite, en espérant vous retrouver ici ou ailleurs (Ce n’est qu’un au revoir ?).


Image de une (rognée) : Andreas Eldh, “Twitter“, licence CC BY.




Citer ce billet
Damien Petermann (2023, 22 septembre). Adieu Twitter : il est temps de partir. L'image de Lyon. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3dv

Une réflexion sur « Adieu Twitter : il est temps de partir »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.