Quitter Twitter ? Identité numérique et usages d’un réseau social en pleine mutation

Je reprends aujourd’hui l’écriture sur mon carnet Hypothèses pour parler d’un sujet indirectement lié à la recherche ou à la valorisation des connaissances, mais qui est cependant loin d’être anodin en 2023. Depuis que le milliardaire Elon Musk est devenu actionnaire majoritaire de Twitter (fin octobre 2022), des changements que nous sommes nombreux à juger malvenus ont eu lieu sur ce réseau social, dégradant l’expérience de beaucoup d’utilisateurs. Les récentes modifications de ces dernières semaines m’ont fait prendre un certain recul et réfléchir à mon utilisation de Twitter. Pour moi, l’heure des choix a sonné.


Des années de présence active sur Twitter

J’ai un compte Twitter depuis octobre 2014. À l’époque, je l’avais créé dans le but premier de développer et gérer mon identité numérique en tant que doctorant. Il s’agissait aussi de faire de la veille et de commencer à participer à cette communauté en ligne, principalement autour de la recherche et du patrimoine. Au fil des années, j’ai pris part aux échanges, dans un premier temps en retwittant des contenus que je trouvais intéressant, puis une fois plus à l’aise, en écrivant moi-même des tweets ou des fils de tweets (threads), parfois assez longs. J’avais par exemple participé en mai 2017 à l’initiative En direct du labo, qui m’avait permis d’être davantage visible dans la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Je suis devenu un utilisateur très régulier de Twitter, parlant régulièrement de mes recherches en géohistoire, d’images et de patrimoine, mais aussi de bien d’autres sujets, parmi lesquels les politiques de l’ESR ou le doctorat, par exemple.

Twitter fait vraiment partie de mon quotidien depuis des années, à la fois sur le plan professionnel, de la recherche mais aussi personnel. Sur ce réseau social, j’ai fait la connaissance de nombreuses personnes. J’ai rencontrées certaines d’entre-elles « dans la vraie vie » et d’autres sont devenues en quelques sortes des amies ou des contacts réguliers, à distance.

Mon doctorat n’aurait pas du tout été le même sans cette communauté Twitter, avec laquelle j’ai interagi à de très nombreuses reprises toutes ces années, que ce soit pour des échanges scientifiques plus ou moins pointus, des conseils, des questions, du soutien… Je n’ai d’ailleurs pas manqué de donner une place à cette « famille Twitter » dans mes remerciements de thèse :

Extrait des remerciements de ma thèse de doctorat, p. 14.

 

C’est aussi par Twitter que j’ai eu de belles opportunités ces dernières années. Par exemple, j’ai été invité à participer en 2021 à un podcast sur l’engagement collectif en doctorat (Thésard·des), à communiquer lors de journées scientifiques/patrimoniales, à contribuer en 2018 au projet Le goût de l’archive à l’ère numérique avec l’ami Louis Baldasseroni pour un texte sur les images1.

En matière de conversation scientifique et professionnelle, j’avais trouvé un espace d’échanges qui me convenait très bien. J’y trouvais mon compte, l’expérience était globalement très positive. Twitter m’a permis d’échanger des conseils, astuces et mises en relations, et a été une belle preuve de l’intérêt du collectif, notamment en termes de recherche, découverte et valorisation des connaissances ou du patrimoine.

Il y a évidemment un effet « taille » du réseau et de la communauté de twittos. Si l’on en croit Twitter, actuellement, plus de 4 200 comptes me suivent sur ce réseau social. Même si une partie non identifiée correspond sûrement à des faux comptes ou des comptes inactifs, il n’en demeure pas moins que de nombreuses personnes semblent être intéressées par ce que j’écris, partage ou retwitte. Je suis moi-même abonné à près de 3700 comptes, volume qui m’était très utile pour mener une veille, que je vous ai partagée ici dans ma rubrique « Vaut le détour » à plusieurs reprises. Honnêtement, ce n’était pas mon intention d’avoir un compte aussi suivi (tout est relatif, mais ce n’est pas sans poser problème, à mon avis), cela s’est fait graduellement au fil des années. D’ailleurs, pendant 2 ans j’ai eu “seulement” 200 et quelques abonnés, et ce n’était pas pas bien grave : c’était une belle période de découverte du réseau et des gens qui y participaient.


Twitter aujourd’hui : le constat de ce qui ne va plus

Tout cela fait qu’aujourd’hui la décision à prendre n’est pas simple. Elle aurait été finalement beaucoup plus radicale et irrémédiable si le rachat de Twitter par Elon Musk avait provoqué brutalement la fin de ce réseau social, comme certains le craignaient à l’automne 2022, après le licenciement/départ de nombreux employés. Ce n’est pas arrivé, mais rien ne dit que ce ne sera pas le cas plus tard… En attendant, les utilisateurs de ce réseau social se sont bien rendu compte que les règles ont déjà changé et peuvent encore changer du jour au lendemain, sans que l’on ne perçoive une vision claire de la part de ceux qui prennent ces décisions.

Les changements des derniers mois ne peuvent laisser indifférent et sans réaction. Si pendant longtemps, j’ai trouvé mon compte sur Twitter, aujourd’hui, ce n’est plus le cas, et ça ne va qu’en empirant. Twitter est de moins en moins la “machine à café virtuelle” qui permettait des échanges intéressants, souvent dans une bonne ambiance.

Pour avoir une idée précise des évolutions des derniers mois, je recommande d’aller lire la page Wikipédia consacrée à Twitter. En attendant, voici un récapitulatif des principaux changements malvenus, que certains n’hésitent plus à qualifier de “méticuleuse entreprise de démolition” :

  • fin de la lutte contre la désinformation liée à la pandémie de Covid-19 (23 novembre 2022)
  • nouvel agencement des tweets affichés dans les applications pour smartphones et l’application web (11 janvier 2023). Exit les onglets Accueil et Derniers Tweets, place aux onglets Abonnés et Pour vous, ce dernier mettant en avant les tendances et des comptes que l’on ne suit pas.
  • l’API de Twitter est devenue payante (9 février 2023), ce qui a mis fin à plusieurs possibilités, que ce soit pour les développeurs qui avaient créé des fonctionnalités ou bots thématiques intéressants, ou bien les chercheur·es qui étudiaient le réseau social et ses messages (en histoire, informatique ou info-com par exemple).
  • plusieurs changements dans l’algorithme de Twitter, qui a par exemple mis en avant les tweets d’Elon Musk pendant un petit moment (12 février 2023).
  • fin de la certification gratuite des comptes (20 avril 2023): désormais, ce sont les gens qui paient un abonnement « Twitter Blue », d’un montant mensuel de 8 dollars, qui bénéficient d’une pastille bleue certifiant leur compte. Beaucoup de personnalités et de médias qui ne veulent pas de ce système ont donc perdu leur certification, tandis que le moindre quidam peut s’acheter une pastille bleue… Les comptes Twitter Blue sont beaucoup plus visibles que les autres.
  • publicités beaucoup plus nombreuses qu’avant, rendant l’expérience de consultation des tweets bien plus désagréable.
  • connexion obligatoire pour avoir accès aux tweets (30 juin 2023).  En obligeant les gens à disposer d’un compte pour consulter des tweets, Twitter devient un réseau fermé, ne pouvant plus être considéré comme une source publique et perdant donc énormément de son intérêt pour divers acteurs, notamment les médias (mais aussi les chercheur·es, les institutions officielles et publiques…). Finalement, ce changement a été annulé quelques jours plus tard
  • mise en place d’une limite quotidienne de tweets consultables (juillet 2023), différente selon qu’on paie ou pas l’abonnement mensuel pour avoir un compte certifié. Le même type de limite a été ajouté pour les messages privés entre utilisateurs (22 juillet 2023).
  • l’outil Tweetdeck va devenir payant à partir d’août 2023 (annonce faite le 4 juillet 2023).
  • changement de nom et de logo (24 juillet 2023) : Twitter devient « X » 🤷‍♂️. Le petit oiseau bleu disparaît

et la liste va encore certainement s’allonger au fil des mois, au gré des nouveaux changements…

Parodie de Koh-Lanta par le Palmashow, meme "Nouvelle règle"
[Source : Tenor]
Sans parler des suspensions de compte de journalistes et de médias qui parlent de Twitter ou de Tesla (firme possédée par Musk) d’une part, et de l’autre la réintégration de personnalités problématiques dont le compte avait été suspendu pour propos haineux (Donald Trump, mais aussi de nombreux comptes d’extrême-droite). L’une des dernières actions discutables concerne le nouveau système de monétisation, par lequel Twitter rémunère certains utilisateurs populaires, grâce aux revenus publicitaires. Selon le Washington Post, les premières personnes à en bénéficier sont des personnalités d’extrême-droite, le tout dans une très grande opacité sur les critères donnant droit à cette rémunération.

Beaucoup de choix qui posent forcément question, à différents niveaux, y compris sur le pur plan capitalistique, puisqu’Elon Musk a récemment dit que Twitter a perdu la moitié de ses revenus publicitaires ces derniers mois.


Une nécessité de se désintoxiquer

Au-delà de ces changements, il ne faut pas non plus négliger la dimension addictive de Twitter, comme d’autres applications numériques ou réseaux sociaux. Dans mon cas, j’ai bien conscience que j’ai développé au fil du temps une forme d’addiction numérique à Twitter en particulier. J’ai depuis très longtemps supprimé toute notification sur smartphone, mais c’est tellement facile d’ouvrir plusieurs fois par jour son application mobile ou un onglet sur son navigateur web pour aller voir quelles sont les nouvelles, qui twitte quoi…

Ces grands réseaux sociaux se présentent sous la forme d’un flux continu et permanent de messages, assez courts dans le cas de Twitter. Cette timeline (TL) est là en permanence, on peut la rafraîchir et la faire défiler à tout moment, le matin, le soir ou en plein milieu de la nuit : il y a toujours des tweets prêts à être lus (et répondus).

C’est pratique pour la veille, en fonction des listes et abonnements que l’on a, mais c’est aussi très pernicieux, car on peut littéralement passer son temps à actualiser sa TL et lire tous les messages (comme sur d’autres réseaux sociaux, Instagram, TikTok ou Facebook, par exemple). On voit non seulement les tweets des comptes auxquels on est abonné, mais aussi ceux qu’ils retwittent. Depuis les changements survenus sur l’algorithme ces derniers mois, on voit de plus en plus des tweets de comptes qu’on ne suit pas et qui ne nous intéressent pas (car les comptes payants sont mis en avant). L’expérience de découverte de nouveaux tweets s’est fortement dégradée sur ce plan.

Il y a aussi tous ces chiffres, ces stats dont sont friandes les entreprises et autres structures, mais aussi les individus car ça gonfle l’ego, ça donne l’impression de compter, d’être important. Après plusieurs expériences d’outils numériques depuis une dizaine d’années (réseaux sociaux, blogs, archives ouvertes et autres plateformes de consultation), j’en suis arrivé à la conclusion que les statistiques, les métriques, le quantitatif nous font beaucoup plus de mal que de bien. Il faut savoir s’en passer. Surtout que dans bien des cas, on n’a aucune garantie que les chiffres affichés sont fiables et correspondent à la réalité (bots, faux comptes, fiabilité des mesures)2.

Dans mon travail actuel, je vois bien que c’est au qualitatif qu’il faut redonner de la place, surtout en ce qui concerne la fréquentation, la consultation, la découverte. Il y en a marre de voir des chiffres et encore des chiffres guider les moindres décisions, évaluations et recommandations !


Réfléchir au meilleur choix

Faire un choix concernant ma pratique de Twitter n’a pas été facile. J’ai tellement été soûlé de l’expérience sur ce réseau social ces dernières semaines que ma première envie était de fermer définitivement mon compte, sans autre forme de réflexion. Seule une solution radicale me semblait pertinente. Finalement, ce n’est pas ma décision à court terme, mais je n’exclus absolument pas cette option dans un avenir proche, si mon expérience des prochaines semaines me confirme que ce n’est plus possible de rester dans ces conditions.

Je me rends compte qu’avec les personnes que je suis et qui me suivent, plus le fait que Twitter est quand même mon meilleur outil de veille et de conseils professionnels/recherche, ce n’est pas simple. Partir, c’est aussi se couper de beaucoup de monde, d’échanges intéressants, et d’une grande partie de mon réseau numérique qui s’est patiemment construit au fil des années. C’est en quelque sorte un sacrifice sur le plan de l’identité et des échanges numériques.

L’un des possibilités est de mettre mon compte Twitter en privé (sous cadenas), ce qui signifie alors que mes tweets ne sont vus que par des personnes qui me suivent déjà. J’ai opté pour cette solution plusieurs fois, temporairement, lorsque j’ai jugé que c’était nécessaire. Seulement, ce n’est pas une option viable à moyen ou long terme, car elle présente aussi l’inconvénient de ne plus pouvoir être retwitté, ni découvert par d’autres, ce qui est en soi une contradiction et pose tout bonnement la question de la pertinence de garder un compte sur ce réseau social.

L’une des fonctionnalités qui me sert beaucoup sur Twitter, ce sont les messages privés. La possibilité d’échanger régulièrement ou ponctuellement avec d’autres personnes, dans une conversation privée, est très utile pour des prises de contact, des conseils ou réponses à des questions, ou même du travail en commun. C’est plus facile et pratique d’échanger par messages courts, et plus rapide que d’envoyer un mail (et d’ailleurs, on reçoit beaucoup trop de mails…). C’est sans doute la fonctionnalité qui me manquera le plus en cas de départ définitif de Twitter, car je perdrai beaucoup de contacts, toute une partie de mon réseau. Pour autant, si on y tient, il existe plein d’autres manières d’échanger et de rester en contact avec les gens, que ce soit par mail, messages/applis sur le téléphone ou autre réseau social, par exemple.


Le choix du compromis (temporaire)

Les avantages et les inconvénients étant posés et pesés, il est temps de vous partager ma décision. Après avoir discuté et pris conseil auprès de plusieurs personnes3, voici donc le choix que je fais en cette fin juillet 2023 :

  • je conserve mon compte Twitter (pour l’instant), en me laissant la possibilité de le passer en privé selon les circonstances. J’ai ajouté un tweet épinglé qui indique mon choix, et qui renvoie à ce billet pour informer les personnes qui veulent comprendre cette décision. J’ai téléchargé mon archive Twitter pour sauvegarder l’ensemble de mes tweets, médias et conversations publiés depuis mon inscription en 2014 (j’ai pas mal d’anciens fils qui peuvent servir de base à des billets de blog, et c’est important de ne pas perdre tout ça).
  • j’ai supprimé définitivement l’application Twitter de mon smartphone, pour ne plus être tenté d’aller consulter et réagir à des tweets à n’importe quel moment du jour ou de la nuit (je constate que l’addiction est renforcée par le smartphone, qui se trouve toujours à portée de main)
  • je vais essayer d’être désormais présent sur Mastodon, avec le compte que je me suis créé à l’automne 2022 dans l’instance sciences.re4. Je commence à me recréer sur Mastodon une autre communauté, constituée déjà de personnes que je connais de Twitter et qui ont aussi fait le choix d’aller sur Mastodon. Et j’espère que d’autres viendront nous rejoindre, pour discuter et partager des infos intéressantes sur un réseau social libre, non lucratif, sans publicité et décentralisé. C’est très rare aujourd’hui d’avoir le choix d’investir librement et comme on le souhaite un espace numérique collectif, sans que nos données personnelles ne soient aspirées par des groupes lucratifs pour faire de l’argent ou que les règles changent sans cesse à notre détriment !

L’objectif des prochaines semaines est désormais de limiter ma présence sur Twitter au strict minimum, mais de garder encore mon compte pour rester joignable par message privé, pouvoir continuer à faire un peu de veille, et avoir des discussions intéressantes avec des gens qui ne sont pas dans l’agressivité et l’invective. J’ai conscience que ce sera compliqué dans un premier temps, mais que les vacances estivales sont sans doute le moment le plus propice pour changer ce type d’habitude.

C’est une période de transition : je compte voir ce que ce nouveau rythme donnera pour moi, et faire le point dans 1 mois ou 2 maximum, pour constater si cela me convient ou s’il est nécessaire d’aller jusqu’au bout en abandonnant Twitter pour de bon.

Plus largement, c’est une question que chacun devrait se poser désormais, à titre individuel et collectif. Je pense notamment aux structures, institutions et associations qui ont un compte Twitter très largement suivi. Je comprends que plus on a d’abonnés, plus c’est dur de faire un choix qui implique un départ/fermeture de compte. C’est toujours plus simple de ne surtout rien changer. Mais c’est aussi une question de responsabilité, et les derniers changements ne peuvent laisser totalement indifférent. Les réseaux sociaux les plus utilisés appartiennent tous à des grandes entreprises du numériques, possédées par des milliardaires, qui gagnent de l’argent grâce à nous et nos contenus, en inondant nos timelines de publicité et en vendant nos données personnelles.

Libre à chacun de choisir à court ou moyen terme ce qui lui convient, mais il est important d’avoir conscience de tout ce contexte et surtout, qu’il existe d’autres possibilités, plus éthiques, plus responsables, plus libres. Personne n’est condamné à être prisonnier d’un réseau social ou d’un autre espace numérique, on a le droit et les moyens d’aller voir ailleurs. Ce sera plus ou moins douloureux selon le degré d’investissement qu’on a mis là-dedans, selon la place que prennent ces outils dans nos vies personnelles et professionnelles, mais on a su faire sans avant, et on saura faire autrement après.

Évidemment, Twitter me servait beaucoup à faire la promotion de mes billets de blog, publications, annonces de communication et autres projets, donc en cas de départ définitif, je vais forcément perdre en visibilité. Tant pis, au diable les chiffres et les vues ! Je n’ai pas de doute sur le fait que ce qui est jugé intéressant sera partagé et vu par les gens d’une autre manière, et si ce n’est pas le cas, c’est pas la fin du monde (pas encore) !

Courage à toutes celles et ceux qui se posent des questions actuellement, qui ont envie de changer et retrouver un espace plus calme et qui leur convient mieux !

Et si vous voulez continuez à me suivre, vous savez désormais où je serai le plus présent (sur Mastodon). D’ailleurs, peut-être qu’en regagnant du temps numérique, je vais pouvoir me remettre à écrire ici, dans mon carnet Hypothèses, que j’ai bien délaissé ces derniers mois. Je l’espère en tout cas, car j’ai un certain nombre de brouillons en attente et de sujets à partager ici !


Quelques recommandations de lectures sur Twitter et ses usages dans la communauté de la recherche

Je renvoie en particulier au travail de Caroline Muller et Frédéric Clavert autour de Twitter et la recherche en histoire, mais aussi à quelques autres textes disponibles en open access :


Suite et fin dans un autre billet


Image de une (rognée) : « Twitter Buttons at OSCON » par Garrett Heath, 24 juillet 2013, CC BY 2.0 [Wikimedia Commons].


  1. Sous la direction de Caroline Muller et Frédéric Clavert, ce projet a donné lieu à un livre collaboratif en ligne, plusieurs événements scientifiques et la publication d’un numéro thématique de la Gazette des Archives en 2019, désormais disponible en open access sur Persée []
  2. On pourrait donner un certain nombre d’anecdotes sur les biais et limites des statistiques de fréquentation, en ligne ou même en « physique » d’ailleurs, par exemple dans le domaine de la culture, mais c’est une autre histoire… []
  3. Merci en particulier à Clémence, Julien et Pierre-Carl pour leurs conseils. []
  4. J’ai créé un compte Mastodon en novembre 2022, après avoir téléchargé mon archive Twitter, dont le poids était alors de 3,29 Go. À l’époque, c’était sauve-qui-peut au cas où Twitter soit cassé à cause de problèmes techniques consécutifs aux nombreux licenciements et départs. Finalement, ça a tenu jusqu’à présent []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Damien Petermann (26 juillet 2023). Quitter Twitter ? Identité numérique et usages d’un réseau social en pleine mutation. L'image de Lyon. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3du


2 réflexions sur « Quitter Twitter ? Identité numérique et usages d’un réseau social en pleine mutation »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.