Quoi de neuf ? Docteur !

Mieux vaut tard que jamais” : pour la thèse comme pour le blog, cette maxime ne me quitte décidément pas !
Je vous propose enfin un billet portant sur ma soutenance de thèse qui a eu lieu le 8 avril 2022 à l’Université Jean Moulin Lyon 3, pour faire suite à celui concernant l’achèvement et le dépôt de ma thèse.

Note : Ce billet a été écrit en plusieurs fois, entre avril 2022 et octobre 2023.


Du dépôt à la soutenance, un étrange entre-deux

Début février 2022, après le dépôt définitif de ma thèse, l’impression des 8 exemplaires et l’envoi aux 6 membres du jury, j’ai pris du temps pour moi, je me suis reposé, car le dernier sprint de ce marathon doctoral m’avait épuisé ! J’ai bien profité de ces quelques semaines particulières entre dépôt et soutenance, qui sont assez étranges : le plus dur est fait, on peut souffler, mais l’aventure n’est pas encore totalement achevée, et il ne faut pas crier victoire trop tôt.

Je n’ai pas complètement perdu le lien avec l’université pendant cette période, puisque j’ai enfin achevé quelques tâches que la finalisation de thèse avait éclipsées. Par exemple, j’ai participé à un entretien avec Laurent Gallet (BU Lyon 3), qui inaugurait une série de portraits de carnetiers Hypothèses. J’ai aussi pu à nouveau prendre part à la vie collective universitaire : suivre un séminaire de laboratoire et un colloque, échanger avec plusieurs autres chercheurs sur des projets communs.

Côté collectif/associatif, parmi divers rendez-vous et réunions, j’ai participé pendant cette période à deux éditathons Wikipédia, l’un aux Archives départementales et métropolitaines du Rhône et de la Métropole de Lyon (sur les communes du Rhône), l’autre à distance sur les femmes et la science-fiction, organisé par La Casemate (Grenoble). Et puis, chose importante, j’ai commencé à me préoccuper de la logistique pour la soutenance (invitations des personnes en fonction de la capacité de la salle) et le pot de thèse (choisir une option, réfléchir à l’organisation pour la nourriture et les boissons, réserver un ou plusieurs lieux…) Je vous rassure, j’ai aussi décompressé, en allant rendre visite à des ami·es et à ma sœur, loin de Lyon !

Dans le dernier mois précédent ma soutenance, j’ai eu beaucoup de mal à me remettre à sa préparation. J’avais alors reçu les deux pré-rapports, dans l’ensemble très positifs, avec bien sûr quelques remarques et demandes d’éclaircissements (auxquelles je m’attendais, elles étaient très utiles pour orienter mon discours de soutenance). J’ai échangé avec plusieurs collègues/ami·es sur le contenu de ces pré-rapports1.

J’ai malheureusement attrapé le « fameux virus » deux semaines avant ma soutenance, ce qui m’a cloué au lit pendant plusieurs jours…

Au début de l’ultime semaine, j’ai fait deux soutenances blanches2 avec des collègues de mon laboratoire de recherche (UMR 5600 Environnement, Ville, Société). Elles m’ont été extrêmement utiles, car à ce stade, j’avais à la fois encore trop d’éléments pour tout faire tenir en une présentation de 20 minutes, et un contenu pas assez efficace tant visuellement que dans la structure. Je remercie chaleureusement Matthieu Adam, Émeline Comby, Pauline Iosti et Hélène Mathian d’avoir accepté de participer à ces soutenances blanches, et de m’avoir apporté leurs conseils et remarques très précieuses.

Comme ma soutenance avait lieu le vendredi après-midi, j’ai pu finaliser ma présentation dans la semaine, jusqu’au dernier moment évidemment, le jeudi soir (on ne se refait pas !). Grâce à l’aide des collègues précédemment cités, j’ai réussi à mettre au point une présentation de qualité. D’après les retours que j’ai eus, mon diaporama et mon discours de soutenance ont été appréciés par le jury et le public, en particulier pour leur clarté.

Première diapositive de mon diaporama de soutenance
Première diapositive de mon diaporama de soutenance

Une belle soutenance

Depuis le début de mon doctorat, j’avais eu l’occasion d’assister à plus d’une trentaine de soutenances de thèse, de collègues et/ou ami·es, dans plusieurs disciplines : géographie-aménagement, histoire, archéologie, littérature, sociologie… Je savais donc bien à quoi m’attendre, comment fonctionne ce rituel bien cadré, dans lequel chaque participant joue un rôle particulier.

Je peux désormais confirmer que pendant sa propre soutenance, le temps passe beaucoup plus vite que lorsqu’on est simple spectateur ! Dans mon cas, ce fut un moment vraiment intéressant et plaisant, tant sur le plan intellectuel que collectif. Je retiens la richesse des échanges avec les membres du jury (dont mon encadrant), des personnes vraiment intéressées par mon sujet de recherche. Pouvoir parler image(s) de Lyon, guides de voyage, géohistoire et numérique pendant plus de 3 heures, en étant au centre de l’attention, c’était un moment vraiment exaltant. J’ai pris un réel plaisir (avec un peu de stress, évidemment) à présenter ma thèse en une vingtaine de minutes, puis en répondant (sans doute un peu longuement 😅) aux questions des différents membres du jury. C’était un beau moment pour clore plus de 8 ans de doctorat et 15 ans d’études supérieures.

On n’a pas tous les jours l’occasion de rassembler autour de soi ses différents cercles : familial, amical, professionnel… J’ai eu la chance de pouvoir soutenir en public, entouré de plus d’une trentaine de personnes dont ma famille (mes parents, ma petite sœur, plusieurs oncles et tantes, ma marraine, mon parrain et sa femme), mes ami·es proches et mes collègues, notamment les doctorant·es en géographie-aménagement d’EVSCRGA, ainsi que plusieurs personnes qui m’ont accompagné et aidé dans mes recherches (je pense notamment à Hélène Morlier, spécialiste des guides Joanne) ou avec qui j’ai eu l’occasion de parler de mes recherches. Et grâce à l’aide de plusieurs personnes, que je remercie vivement ici (Matthieu Adam, Hervé Rivano, Patrick Gilbert), j’ai aussi pu retransmettre ma soutenance de thèse en live streaming sur Youtube (avec l’accord du jury), ce qui a permis à une trentaine de personnes supplémentaires de la suivre entièrement ou en partie. Je suis très content de la réussite de cette retransmission en ligne, car il était important pour moi que des personnes ne se trouvant pas physiquement à Lyon – mais intéressées par mes recherches – puissent quand même assister à ma soutenance.

Concentré pour la présentation de ma recherche doctorale (Photo : T. Egger)

Fin mars-début avril 2022, l’épidémie de Covid-19 repartait avec une nouvelle vague, sérieuse. Jusqu’au bout, pouvoir soutenir en présentiel dans des conditions « normales » (ou presque) n’était pas gagné. Depuis le début de la semaine, je savais déjà qu’un membre du jury était malade. Et la veille de ma soutenance, j’ai appris par mon directeur de thèse qu’une deuxième membre du jury allait aussi ne pas pouvoir venir, pour raison de santé. Heureusement, le jour J, tous les autres membres du jury étaient présents et ma soutenance a pu avoir lieu presque normalement. Simplement, les commentaires écrits des deux enseignants-chercheurs absents ont été lus par d’autres membres du jury, comme le règlement le prévoit. C’est un peu dommage de ne pas avoir pu échanger directement avec ces deux personnes, mais c’est ainsi, et le plus important pour moi était de pouvoir soutenir comme prévu ce vendredi 8 avril 2022.

Je remercie vivement Thierry Egger pour les photographies prises pendant ma soutenance, dont certaines illustrent ce billet. Merci aussi à Matthieu Adam pour le live-tweet de ma soutenance, qui a permis à d’autres personnes de la suivre sur Twitter.


Les pots de thèse : fêter ensemble

Pour des raisons pratiques, j’avais opté pour deux pots de thèses successifs : un premier à la cafétéria de la MSH Lyon, avec la famille, les collègues, les ami·es, quelques membres du jury qui avaient pu rester, puis un second dans un bar, avec les ami·es/copains encore disponibles ou qui pouvaient nous rejoindre plus tard.

Ce fut une très bonne soirée, qui est passée vite, mais c’était vraiment super de partager ce moment festif avec tout ce monde : il y avait aussi des copains du foot en salle, des anciens collègues ou camarades de stage/master. Dans ce genre de moment, on peut enfin profiter d’être félicité pour cet aboutissement, recevoir les cadeaux collectifs, et vu le chemin accompli, on aurait tort de s’en priver ! Il faut savoir célébrer les réussites, elles ne sont pas si fréquentes que cela dans la vie. Étant donné la longueur de mon aventure doctorale et les diverses difficultés des dernières années, je suis tellement content et fier d’avoir persévéré, d’être allé jusqu’au bout, pour profiter de cette ultime journée de doctorat !

Après le bar, j’ai terminé sur les quais du Rhône avec les derniers ami·es présents, puis c’est la pluie qui m’a obligé à rentrer chez moi, à pied, chargé de sacs contenant les cadeaux et autres affaires.

L’avantage de soutenir un vendredi après-midi, c’est qu’ensuite on a tout le week-end pour récupérer ! J’en ai profité pour bien me reposer, ne rien faire à part finir les restes du pot de thèse, savourer ce nouveau statut de docteur, et surtout la fin d’un long chemin.


Enfin docteur ! Un accomplissement personnel

Ce n’était absolument pas prévu au départ, mais il se trouve que j’ai réalisé l’intégralité de mes études supérieures dans la même université, Jean Moulin Lyon 3. En 15 ans, depuis 2007, j’ai été successivement étudiant en licence d’histoire (mineure géographie), puis en Master 1 recherche histoire, en Master 2 professionnel histoire (spécialité Métiers du patrimoine), en Master 2 géographie-aménagement (spécialité Géomarketing, intelligence géographique et aide à la décision), et en doctorat de géographie-aménagement.

Enfin, toutes mes études supérieures, à un mois près… puisque je peux désormais l’écrire sans honte : j’ai commencé ma vie d’étudiant par un échec cuisant, qui a occasionné chez moi un fort syndrome de l’imposteur pendant mes 4 premières années d’études. En septembre 2007, j’ai en effet passé un mois en hypokhâgne au lycée du parc, mais j’ai abandonné cette prépa littéraire début octobre, car je ne me sentais absolument pas à ma place, dans ce contexte, dans cette ambiance. Cette expérience est la pire de toutes mes études. J’ai eu la chance de pouvoir directement rebondir en L1 histoire à Lyon 3, mais je n’ai vraiment pas profité de ma licence, à cause de ce début raté qui a pesé pendant plusieurs années sur ma conscience. Finalement, c’est mon mémoire de master 1 sur les vues de Lyon entre 1630 et 1815, soutenu en août 2011 sous la direction de Christine Gouzi, qui m’a permis de me sentir légitime et fier de moi, rassuré sur ma capacité à réussir mes études.

Pourquoi je vous raconte tout cela aujourd’hui dans ce billet ? Parce que mon doctorat — vous avez pu le suivre pour certains — a été une aventure difficile, et que de nombreuses fois, l’abandon définitif n’était pas loin. Je suis têtu : je n’ai pas voulu terminer mes études supérieures comme je les avais commencées, par un échec. Cela explique en grande partie ma persévérance et ma fierté d’avoir réussi à aller jusqu’au bout, à devenir docteur. Et aujourd’hui, quand je me retourne sur mes études supérieures, certes beaucoup plus longues que la moyenne, je suis fier d’avoir réussi tout ce que j’ai entrepris à l’université. Je n’ai pas fait de prépa, mais ce n’est pas grave : le cadre qui me convenait, c’est l’université, c’est l’autonomie, la découverte, la curiosité, la spécialisation. Même si ça n’a pas toujours été simple (oh que non 🙁), que j’ai souvent éprouvé une grande solitude pendant mes années de licence, dans ma petite chambre d’étudiant ou de nombreux soirs en mangeant tout seul au resto U, je peux être fier de mon évolution. Dans ces moments difficiles, jamais je n’aurais imaginé achever mes études par la soutenance d’une thèse de doctorat de près de 750 pages, fruit de longues années de travail, devant un jury de spécialistes et surtout beaucoup de proches, dont les précieux ami·es rencontré·es en cours de route. Je mesure ma chance, et je suis tellement content, soulagé et fier d’avoir rejoint le club des docteur·es en ce début de printemps 2022 !

Tout juste docteur, et très heureux ! (Photo : T. Egger)

Après ces remarques positives, j’ai aussi une forte pensée pour les personnes – malheureusement trop nombreuses – que j’ai rencontrées pendant mon doctorat et qui n’ont pas eu la possibilité d’achever et de soutenir leur thèse. Je sais que j’aurais très bien pu faire partie de ce groupe-là, j’ai pleinement conscience que cela ne s’est pas joué à grand-chose. Je tiens à dire que ça n’enlève rien à la valeur de ces personnes, qui ont mené une recherche de qualité, qui ont souvent à leur crédit des publications et des communications pendant leurs années de doctorat, et qui ont donc réellement participé à la recherche collective. Je pense souvent à elles, je ne les oublie pas, et je continuerai à pointer du doigt la problématique des abandons beaucoup trop nombreux en doctorat, qui sont le signe d’une faille institutionnalisée que trop de personnes dans les universités et les laboratoires français n’ont ni le courage, ni la volonté de regarder en face. Chaque doctorant·e devrait pouvoir profiter à la fin de l’aventure de la reconnaissance de son travail avec une (belle) soutenance méritée, puis fêter cela avec ses proches et les personnes qui comptent !


Objectif final : rendre ma recherche accessible

Ma thèse est disponible en ligne en accès ouvert depuis octobre 2022, comme annoncé dans un précédent billet. Cela signifie qu’absolument tout le monde peut la télécharger, la lire en entier ou par morceaux (et la citer facilement). C’était la dernière étape du processus : donner accès à ce document qui représente des années de recherche, de réflexion, de lecture, d’écriture, de traitements numériques et de cartographie… Voilà, mission accomplie !


Je vous donne bientôt rendez-vous dans un prochain billet pour vous raconter mon parcours depuis ma soutenance de thèse, ce que j’ai fait et où j’en suis actuellement !


Image de une (rognée) : En place pour ma soutenance, avec mes proches dans le public (Photo : T. Egger).




Citer ce billet
Damien Petermann (2023, 27 octobre). Quoi de neuf ? Docteur ! L'image de Lyon. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/q3dw

  1. Je remercie notamment Louis Baldasseroni et Clémentine Périnaud. []
  2. Une soutenance blanche correspond à un entraînement pour tester sa présentation de soutenance devant des personnes. Selon les situations, elle peut être faite devant ses encadrants et d’autres enseignants-chercheurs du laboratoire, devant des collègues doctorants, ou d’autres connaissances compétentes à juger de sa qualité et faire des remarques utiles pour l’améliorer. []

Une réflexion sur « Quoi de neuf ? Docteur ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.