Début 2022 : achèvement et dépôt de ma thèse !

Mon carnet Hypothèses a été à nouveau en sommeil pendant plus de six mois, mais c’était pour la bonne cause : finir ma thèse ! Dans le précédent billet, j’avais raconté mon été 2021 très particulier, qui avait commencé par une grave blessure, mais s’était heureusement terminé avec la mise au point d’une première version du manuscrit de thèse.

Voici désormais la suite (et bientôt la fin) de mes aventures de doctorant, avec le récit des six derniers mois !


Septembre-novembre 2021 : compléter la première version

Fin septembre, j’ai eu un rendez-vous avec mon directeur de thèse. Il m’a fait un retour à l’oral sur cette première version de ma thèse qu’il avait relue dans son intégralité. J’ai été rassuré sur la qualité de mon travail et surtout sur ma fin de doctorat : cette fois-ci, le dépôt et la soutenance n’étaient plus seulement hypothétiques. Bien sûr, il y avait un certain nombre de remarques, corrections ou compléments à apporter à cette première version, c’est bien normal.

Nous avons aussi parlé des éléments pratiques concernant la soutenance, dont il était temps de s’occuper : composition du jury, date prévue pour le dépôt et donc la soutenance. Il est clairement apparu qu’il n’était plus possible de soutenir avant la fin de l’année civile 2021. Un dépôt dans la deuxième quinzaine de novembre, pour une soutenance au premier trimestre 2022 a semblé envisageable. Il faut en effet compter un délai d’au moins deux mois entre le dépôt officiel définitif de la thèse à l’université et la date de soutenance.

J’ai passé tout le mois d’octobre à compléter mon document de thèse, en fonction des remarques de mon directeur et des éléments que je n’avais pas encore eu le temps d’ajouter dans la première version. Ce travail a été plutôt agréable, dans le sens où il est gratifiant et rassurant de voir le document évoluer au fur et à mesure des jours, pour se rapprocher de plus en plus de la version finale. J’avais sans doute (encore) sous-estimé le temps nécessaire à cette phase. Le passage d’une première version, forcément encore incomplète, à une version entièrement finalisée a pris plus de temps que prévu. En effet, le travail est multiple : il faut retourner lire certaines références pour compléter certains passages, en les développant et en les bonifiant. Il y avait aussi des figures à terminer et ajouter, des éléments de structure à modifier. Dans mon cas, il s’est agi à la fois de s’occuper des finitions tout en terminant d’ajouter les éléments importants. Sans oublier la finalisation de l’introduction et de la conclusion, ainsi que des résumés de la thèse en français et en anglais. Je remercie les personnes à qui j’ai fait relire ces extraits et qui m’ont fait part de leurs remarques et précieux conseils.

En parallèle, mon directeur a contacté chaque membre pressenti pour composer le jury. Bonne nouvelle : les réponses ont été positives et le jury a pu être finalisé fin octobre. Ensuite, l’une des difficultés est de trouver une date qui convient à tout le monde. En raison des contraintes des membres du jury, aucune date en février et mars n’était finalement possible : cela a repoussé la soutenance à début avril 2022, plus loin qu’initialement prévu.

Étant donné qu’il était désormais acté que ma soutenance n’aurait pas lieu avant la fin de l’année civile 2021, j’ai été obligé de me réinscrire comme doctorant pour une neuvième année. C’est-à-dire remplir le dossier de réinscription, le faire valider par toutes les instances (directeur de thèse, laboratoire, école doctorale, université). Comme chaque nouvelle année, la réinscription est un moment fort désagréable, parce qu’elle coûte cher (380 € de frais d’inscription auxquels s’ajoutent les 92 € de CVEC obligatoire) et que dans mon cas, c’est la neuvième fois que je passe à la caisse. Je préfère ne pas compter combien m’ont coûté mes inscriptions en doctorat au total… Devoir lâcher une nouvelle fois 472 € alors que je suis au chômage, tout cela pour seulement soutenir ma thèse quelques mois plus tard, c’est dur à avaler. Surtout en 2021, car ma blessure fin juin est la principale cause du retard sur les derniers mois. Heureusement que cette fois-ci, c’était bel et bien ma toute dernière réinscription en doctorat !

[Source : Tenor]

La fin de thèse s’accompagne aussi d’une dimension administrative non négligeable. Il faut remplir les documents indispensables pour pouvoir déposer sa thèse et la soutenir. Il y a le dossier de demande de soutenance, dans lequel on renseigne diverses informations scientifiques et pratiques, notamment le titre définitif de la thèse, la date choisie, la composition du jury (dont les deux rapporteurs). D’autres documents sont nécessaires pour le dépôt auprès de la bibliothèque universitaire : mots-clés et résumés en français et en anglais, formulaire de dépôt, contrat de diffusion de la version électronique. Fidèle à mes principes, j’ai choisi de diffuser ma thèse en accès ouvert dans quelques mois, afin que tout le monde puisse y accéder et la consulter.

Fin novembre-début décembre, tout était enfin bon sur le plan administratif pour ces documents : j’avais un jury et une date de soutenance fixée.


Novembre-décembre 2021 : et alors cette thèse, elle est finie ?

Il ne restait désormais “plus qu’à” achever une bonne fois pour toutes le document de thèse. Évidemment, c’est cette tâche qui a été la plus dure, à l’image des années précédentes. Personnellement, je me suis retrouvé tiraillé entre deux sentiments contradictoires. D’un côté, la très forte envie d’achever et déposer ma thèse avant les vacances de Noël, pour pouvoir finir l’année 2021 de manière plus sereine, avec l’objectif accompli. De l’autre, la volonté de terminer correctement le document de thèse, en apportant les derniers compléments nécessaires, pour pouvoir en être satisfait. La tension entre ces deux visées n’est pas surprenante : je pense que l’immense majorité des doctorants vivent cela lors de la fin de rédaction. Mais dans mon cas, deux éléments particuliers ont renforcé cette tension : la durée de mon doctorat et la date fixée pour ma soutenance. Comme la soutenance a été fixée début avril, cela laissait davantage de temps que prévu pour achever le dépôt. Et après 8 ans passés sur cette thèse, je n’avais pas envie de bâcler cette dernière étape : je voulais bien terminer ! En pratique, c’est un luxe de pouvoir disposer de deux mois supplémentaires pour finir son manuscrit, car bien souvent les doctorants n’ont pas le choix : c’est la date de soutenance et le délai impératif pour le dépôt en amont qui contraignent à terminer, à écrire la dernière phrase, à enregistrer le fichier en PDF et à le déposer officiellement. Toutes les personnes qui ont fait un doctorat (mais c’est valable pour beaucoup d’autres tâches) connaissent très bien l’importance d’avoir une échéance ferme qui oblige à lâcher prise une bonne fois pour toutes. Disposer de plus de temps que prévu peut rapidement devenir un piège, surtout pour les perfectionnistes comme moi. Et je me connais désormais bien : si j’ai la possibilité de grignoter davantage de temps, je ne manque pas de saisir l’occasion… Comme le dit le proverbe bien connu parmi les doctorants et que plusieurs personnes m’ont rappelé ces derniers mois : une bonne thèse est une thèse finie !

Mr Bean – The Exam (extrait)

Une chose m’a vraiment surpris lors ces derniers mois de rédaction/compléments. Depuis ma 4e année de doctorat, mon plus gros blocage était justement de réussir à écrire et avancer dans la rédaction. Lors de ces derniers mois, la situation a changé : c’est mettre un point final à ma thèse, lâcher prise, qui a été le plus dur. J’ai même retrouvé du plaisir dans cette dernière phase, en enrichissant mon document de thèse, en apportant des compléments bienvenus. C’était inattendu, car j’étais persuadé que toute fin de rédaction devait forcément être un supplice, avec la frustration et le stress de l’échéance ! C’est un comble : il aura fallu attendre les tout derniers mois de mon doctorat (août pour la première version, octobre-janvier pour la version finale), quatre ans après le début officiel de ma rédaction, pour enfin trouver cet exercice plaisant, en partie tout du moins. Je ne sais pas si mes proches ont pu comprendre ce que je vivais à ce moment-là, c’est vrai que ça doit être étrange : ça fait des années que je veux finir et maintenant que j’y suis presque, je n’arrive plus à décrocher…

Je ne sais pas si c’est la certitude d’arriver au bout du projet qui m’a permis d’avoir enfin un rapport beaucoup moins toxique à ma thèse. En tout cas, j’ai réussi à beaucoup mieux aménager mon temps et à moins culpabiliser. J’ai même profité de quelques « vrais » week-ends sans travailler sur ma thèse, un luxe en cette période : pour participer à Museomix Rouen début novembre (et c’était trop cool !) et pour fêter l’anniversaire d’une amie fin novembre à la campagne ! Et j’ai enfin pu reprendre le sport fin novembre, 5 mois après ma chute à vélo qui a nécessité une rééducation de mon épaule chez le kiné entre fin août et fin novembre.

Début décembre, mon dossier de demande de soutenance était finalisé, je l’ai fait signer à mon directeur. Mais comme ma thèse n’était pas encore achevée, et que les vacances de Noël – synonymes de coupure administrative – approchaient, le dilemme était désormais de bien viser pour la date du dépôt. En effet, une autre règle dans mon université est qu’une fois le dossier de demande de soutenance complet et signé transmis au service de la recherche, on dispose d’une semaine pour effectuer le dépôt de la version électronique de la thèse auprès de la bibliothèque universitaire. Finalement, il est apparu plus judicieux de laisser passer les vacances de Noël et d’effectuer le dépôt en janvier 2022. J’ai pu profiter d’une vraie semaine de vacances en famille pour la fin d’année, et c’était très appréciable après un Noël 2020 qui avait été bien triste en tout petit comité, à cause du covid.


Janvier 2022 : dernière ligne droite

Début janvier, j’étais persuadé que j’allais plier les derniers détails en quelques jours, une semaine tout au plus. Il s’est avéré que lâcher prise était encore trop difficile. Janvier 2022 a sans doute été ma période la plus studieuse depuis très longtemps. J’ai passé quasiment tout le mois enfermé chez moi – ça tombait très bien avec la vague Omicron – à compléter, relire et soigner mon document de thèse. Ma motivation était très haute, mes séances de travail hyper efficaces : quel plaisir là encore de retrouver cette sensation ! Cependant, les jours passaient et bientôt la réelle échéance – 2 mois avant la date de soutenance – se rapprochait à grands pas. Cette fois-ci, j’avais bientôt usé tous mes jokers, il fallait terminer.

[Source : Tenor]
Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais je peux indiquer que ma dernière semaine de travail a été d’une folle intensité. J’ai passé des journées de 15-20h devant mon ordinateur, sans vraiment ressentir la fatigue. L’adrénaline et les playlists de musique motivante (ce qui marche pour moi c’est la synthwave) m’ont permis d’être d’une extrême efficacité. Là aussi, c’était une surprise, car avec la fatigue mentale/physique et toutes les difficultés accumulées ces dernières années, je ne pensais plus avoir la capacité de finir ce long marathon sur un dernier sprint. En tout, j’ai dormi une douzaine d’heures lors des 4 dernières nuits avant le dépôt, en me couchant chaque jour à 4h ou 5h du matin… Chacun ses préférences : je suis du soir et j’ai trouvé que finir sa thèse en pleine nuit dans le calme, pendant que tout le monde dort, avec de la bonne musique dans ses oreilles, c’est vraiment agréable ! Il faut bien sûr préciser que ce genre de rythme ne peut être tenu que sur quelques jours pour être réellement efficace : il doit être adopté avec modération et seulement pour de grandes occasions, ce qui était le cas ici. Pour reprendre la métaphore de la course à pied, ça m’a vraiment donné l’impression de sprinter sans plus ressentir ni fatigue, ni blocage, ni baisse de motivation ou déprime. C’était vraiment grisant et ça restera un bon souvenir. Surtout, parce qu’il est synonyme de fin d’un énorme projet qui m’a tellement occupé mentalement et pompé de l’énergie, et que c’est extrêmement satisfaisant d’y être arrivé ainsi !


Février 2022 : dépôt, impression et envoi de la thèse

J’ai effectué le dépôt de la version électronique de ma thèse auprès de la BU Lyon 3. J’en profite pour remercier les personnes qui m’ont accompagné dans cette étape et qui ont été très compréhensives sur certains éléments pratiques. L’étape suivante est celle de l’impression des exemplaires de la thèse et de leur envoi aux membres du jury. Depuis quelques années, nous avons la chance que la composante EVS-CRGA de mon laboratoire prenne en charge les frais d’impression de plusieurs exemplaires de thèse, en passant par le service Édition de Lyon 3. Cela évite aux doctorants de devoir débourser encore quelques centaines d’euros et c’est vraiment appréciable. Je tiens à le préciser, car je sais que les conditions sont très différentes pour les doctorants en France en fonction des disciplines, des laboratoires, écoles doctorales ou universités. Et lorsqu’il y a un changement en faveur des doctorants comme cela est le cas ici, il est important de le souligner. En revanche, j’ai dû me charger moi-même des envois des exemplaires imprimés et pour ceux des deux rapporteurs, il fallait faire vite, donc ça a représenté un coût non négligeable sur le moment (notamment pour l’envoi d’un exemplaire en Allemagne en Chronopost… car j’ignorais alors qu’on peut envoyer des thèses à l’étranger à un tarif très favorable, en tant que bien culturel). Il a fallu encore quelques jours pour terminer tous les envois des exemplaires imprimés, et voilà, ma part du travail était terminée !

Bien que je préfère les versions numériques, cela fait quelque chose de voir les exemplaires imprimés, le résultat de ma persévérance. Ma thèse se présente sous la forme d’un volume de 749 pages (Times New Roman 12, interligne 1,4, marges de 2,5 cm de chaque côté). Elle se compose de 9 pages de remerciements, d’un sommaire, d’une liste des abréviations, d’un glossaire, d’une introduction (25 pages), de 6 chapitres de taille variable (pour un total de 620 pages), d’une conclusion (15 pages), d’une liste des sources et données (23 pages), d’une bibliographie (40 pages), de sept annexes et d’une table des matières complète.  Le texte contient 115 figures (graphiques, extraits de guides, images et plans numérisés), 20 tableaux et 35 cartes réalisées à partir de l’analyse du corpus. Physiquement, il s’agit d’un volume A4 de 4 cm d’épaisseur, qui pèse 1,7 kg !

Quelques exemplaires imprimés

Je dois reconnaître ma surprise, qui a vite laissé place à une grande satisfaction en voyant le résultat final de toutes ces années de travail. Surprise concernant la taille du document, car il a doublé de volume entre début octobre 2021 et fin janvier 2022 : ma première version de thèse comptait 371 pages. Cela montre l’ampleur du travail de compléments et d’enrichissement que j’ai réalisé en moins de 4 mois durant l’automne-hiver ! Grande satisfaction, car après avoir galéré pendant plusieurs années dans la rédaction, presque toutes les pièces de ce puzzle se sont assemblées lors de cette phase finale. Sur le plan scientifique et intellectuel, c’est vraiment très gratifiant de voir que l’on est capable de boucler une thèse, résultat d’un long travail de fond. Bien évidemment, j’ai conscience qu’aucune thèse n’est parfaite, qu’il est toujours possible de critiquer et commenter un tel document. Heureusement d’ailleurs, c’est le principe de toute recherche. Pour moi, le plus important est d’avoir atteint l’objectif que je m’étais fixé en 2021 : réussir à produire un document qui se tient du début à la fin et qui apporte son lot de nouvelles connaissances et réflexions pour la géographie et l’histoire de Lyon, sur ce sujet de l’image de la ville construite par les guides de voyage des grandes collections. Je ne regrette pas les quelques semaines supplémentaires consacrées en novembre-janvier à enrichir ma thèse, car il me tenait à cœur d’être satisfait de mon travail, de finir en beauté. Aujourd’hui, je suis extrêmement fier de ce que j’ai réalisé.


Enfin la pause !

Mi-février, je me suis enfin retrouvé libéré du plus gros, avec une pause bien méritée. À partir du dépôt officiel, il revient aux rapporteurs de lire la thèse et d’envoyer leur pré-rapport un mois avant la soutenance. Pour la première fois depuis des années, j’ai eu plusieurs semaines pour me reposer et couper complètement. J’ai suivi le conseil que m’ont donné plusieurs docteurs : laisser la thèse de côté, ne pas y toucher avant d’avoir reçu les pré-rapports. La coupure mentale et physique est vraiment nécessaire, surtout après avoir achevé un marathon de 8 ans, conclu par un dernier sprint intensif ! Quelques jours de repos/tourisme dans le Sud de la France, pour voir un ami et ma petite sœur, m’ont permis de bien décompresser et de goûter à nouveau à ce que peut être une « vie sans la thèse ». De retour à Lyon, j’ai commencé à reprendre un nouveau rythme, avec diverses activités. Sur le plan scientifique, j’ai de nouveau participé à des séminaires ou réunions sur des projets. J’ai également pu être à nouveau un peu plus actif dans les collectifs, en revenant échanger avec les camarades de l’association Ateliers la Mouche et en participant à deux éditathons Wikimédia. Et bien sûr, j’ai fêté mon dépôt de thèse avec mes proches, amis et famille !

Avec le recul, j’ai trouvé cette période d’entre-deux – entre le dépôt et la soutenance – vraiment étrange à vivre, à cause de sa dualité. D’un côté, il est très appréciable de se libérer d’un énorme poids : fini la culpabilité de la rédaction, la thèse est achevée et déposée ! De l’autre, comme c’est l’attente des pré-rapports et de la soutenance, on n’est pas complètement débarrassé et libéré. En fait, il faudrait parler des fins de thèse successives : la première, celle qui correspond au manuscrit (achèvement de la rédaction, dépôt officiel) et la seconde, l’ultime, qui est la soutenance (discours, échanges avec le jury, annonce du titre de docteur). À l’heure où j’écris ces lignes, je suis toujours dans cet entre-deux, mais plus pour très longtemps : ma soutenance est toute proche !


Mars 2022 : préparatifs de la soutenance

J’ai reçu mes deux pré-rapports un mois avant la date de ma soutenance, donc pile au moment prévu. Je remercie les rapporteurs d’avoir tenu les délais, car je sais que ce n’est pas toujours simple, avec toutes leurs autres contraintes (enseignement, administratif, recherche).  Mes pré-rapports sont tous deux favorables, condition sine qua non pour pouvoir soutenir ma thèse. C’est un nouveau soulagement et une reconnaissance importante, même s’il y a encore dans ces dernières semaines quelques formalités administratives (validation des pré-rapports par l’université, délivrance de l’autorisation de soutenance).

De mon côté, une fois les pré-rapports reçus, il était temps de se remettre au travail afin de préparer au mieux la soutenance. Les avis des rapporteurs sont précieux, car ils soulignent les points forts et les points faibles de ma thèse. Ils contiennent des remarques sur des éléments qu’il sera nécessaire de justifier et d’argumenter lors de la soutenance. Dans l’essentiel, je suis d’accord avec le contenu des pré-rapports. Comme l’exige cet exercice formel, ils prennent la forme d’une description de la thèse (volume, contenu, structure, etc.), accompagné de l’avis scientifique des rapporteurs sur la forme et sur le fond. Cela fait plaisir de lire des commentaires positifs qui reconnaissent la qualité de mon travail. Bien sûr, je suis conscient de certaines limites de ma thèse et mes rapporteurs les ont également bien perçues. Nous aurons l’occasion de discuter lors de la soutenance des différents points soulevés, cela s’annonce fort intéressant.

Enfin, lors de ces dernières semaines, il ne faut pas non plus oublier la préparation matérielle et logistique de la soutenance : personnes à inviter, pot de thèse (lieu, organisation) ! Heureusement, je peux compter sur mes proches pour m’aider dans ces tâches en amont et le jour J.


Ce billet est publié à la veille de l’ultime étape de mon aventure doctorale. Ma soutenance aura lieu le vendredi 8 avril 2022 après-midi à l’université Jean Moulin Lyon 3. J’ai hâte d’y être, pour pouvoir présenter ma recherche devant le jury et le public présent, et enfin devenir docteur après toutes ces années de sacrifices et de labeur !

Le billet suivant correspond à l’annonce et la présentation de ma soutenance de thèse.


Je remercie Noémie pour sa relecture de ce billet.


Billet précédent : Mon été 2021 et la thèse : enfin la dernière ligne droite ?

Citer ce billet : Damien Petermann, "Début 2022 : achèvement et dépôt de ma thèse !", L'image de Lyon [carnet de recherche], 30 mars 2022.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/2495 (consulté le 27 juin 2022)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.