Mon été 2021 et la thèse : enfin la dernière ligne droite ?

Nous sommes déjà en septembre. En cette rentrée 2021, je suis extrêmement soulagé et satisfait, car j’ai réussi à terminer une première version de mon manuscrit de thèse !

[Source : Tenor]
Pourtant, c’était très mal parti au début de l’été. Fin juin, j’étais pour une dizaine de jours chez mes parents pendant leurs vacances, afin de profiter un peu de la nature et du calme, seul, tout en me concentrant sur la fin de rédaction de ma thèse. Mon objectif était alors de terminer une première version du manuscrit autour du 20 juillet, date qui correspond à la fermeture estivale de l’université. Malheureusement, les choses ne se sont pas du tout passées comme prévu pour moi cet été et tous mes plans ont été chamboulés.


La chute

Le 24 juin, j’ai participé à une journée d’étude en ligne (en visio) intitulée « Pour une histoire des points de vue : nouveaux outils, nouvelles approches ». J’y ai présenté différents travaux sur les images anciennes de Lyon que j’ai menés seul ou avec des collègues/stagiaires ces dernières années, et dans lesquels la question du point de vue spatial est centrale. C’était une journée scientifique très intéressante, avec des communications de différentes chercheuses et chercheurs, notamment plusieurs personnes que je connais bien (coucou Johanna, Martin et Perrine). Le lendemain, j’étais encore bien fatigué, sans doute à cause du manque de sommeil accumulé les jours précédents (la préparation de ma communication et les longues heures passées en visio pendant la JE, ce qui est toujours épuisant, malgré l’intérêt des présentations).

À la fin de la journée, comme le ciel était bleu, j’en ai profité pour aller faire un petit tour à vélo autour de chez mes parents. D’ordinaire, lorsque j’ai davantage de temps, je roule environ 1h30/2h sur les petites routes dans la campagne environnante, mais là, comme je voulais juste faire un tour rapide, j’ai décidé de rester dans les bois. Et franchement, c’était un super moment, parmi ceux que je préfère car c’est mon triptyque vélo-nature-soleil : tout seul dans la forêt sur les chemins, il faisait beau et chaud, j’étais vraiment bien. Je roulais depuis environ 20 minutes en faisant mon tour habituel qui passe par des petits chemins que je connais par cœur depuis une vingtaine d’années.

Je descends un chemin de galets, tout va bien, je fais une boucle et là en revenant, j’hésite à prendre un autre chemin ou repasser au même endroit… Finalement, j’opte pour la deuxième option : j’arrive sur le chemin de galets et là, je ne sais pas vraiment ce qu’il s’est passé : sans doute un peu trop de vitesse et/ou une hésitation à freiner tout de suite dans les galets (parce que je ne me sens jamais très à l’aise sur ce genre de terrain). En revanche, je me souviens très bien du moment – que j’ai l’impression d’avoir vécu « au ralenti » – où j’ai pris conscience que j’avais perdu le contrôle de mon vélo et qu’il était trop tard… La chute.

Le lieu du drame 🙁

Grosse chute visiblement, puisque j’ai été éjecté du vélo. Lorsque je me suis relevé, difficilement, j’avais des contusions sur tout le côté droit et surtout mal à l’épaule et aux cervicales à droite. Mon vélo était de l’autre côté du chemin, avec le guidon bloqué à 90°. Mon casque avait aussi pris une partie du choc. Ce petit tour à vélo s’est donc terminé plus tôt que prévu, et là je n’en menais par large, tout seul au bord du chemin, le maillot troué, un peu en sang. Et presque immédiatement, cette  pensée : « oh non, mon été est complétement foutu ! Les vacances, et la fin de thèse… comment je vais faire ? »
Ensuite, direction les urgences. Verdict des radios : fracture de la clavicule et d’une partie de l’omoplate droits (et plusieurs côtes aussi, mais ça je ne l’ai su que quelques semaines plus tard, à la suite de nouvelles radios).


Repos forcé

Voilà, j’ai donc porté une attelle coude-bras pendant 6 semaines, jusqu’à mi-août. Pas du tout agréable, mais nécessaire pour maintenir mon épaule et m’empêcher d’utiliser ma main droite. Au début, je me suis surtout reposé, j’en avais besoin. Puis courant juillet, j’ai commencé à réfléchir à ce que j’allais faire pendant ces semaines de convalescence : fallait-il continuer à travailler sur la thèse malgré cette situation ou faire autre chose ?1 Le principal problème, c’est qu’il me restait surtout des cartes à terminer et c’était alors devenu impossible : je ne pouvais pas utiliser ma main droite (je suis droitier), donc ce n’était même pas la peine d’ouvrir le logiciel de cartographie, cela n’aurait servi à rien. J’ai essayé tant bien que mal d’utiliser la souris et le clavier d’ordinateur avec la main gauche, pour aller sur le web, envoyer quelques mails, mais ce n’était pas une réussite ! J’ai hésité pendant plusieurs jours, puis quelques discussions avec des amies doctorantes m’ont convaincu de « tirer profit » de cette période sans sport ni vacances pour essayer de terminer ma thèse.

Finalement, avec le recul, ces 6 semaines de port d’attelle sont passées plus vite et mieux que je ne le craignais. J’ai regardé la fin de l’Euro de foot, j’ai vibré devant les Jeux Olympiques d’été, ce qui m’a permis de penser à autre chose. J’ai pu peu à peu me déplacer plus facilement et revoir des ami·es à Lyon. En revanche, je n’ai absolument pas progressé de la main gauche pour écrire ou manipuler la souris : rien à faire de ce côté-là, je reste bien un pur droitier !

[Source : Tenor]

Août : un mois très studieux

À partir de fin juillet, j’ai commencé à me replonger dans ma thèse. Dans un premier temps, il s’agissait de faire le point et voir ce qu’il restait à terminer pour aboutir à une première version potable (sans les cartes que je ne pouvais pas réaliser). J’ai eu plusieurs échanges avec Hélène Morlier, docteure en histoire et spécialiste des guides Joanne, qui m’aide depuis quelques années. Nos discussions sont très précieuses, elles me motivent et me stimulent beaucoup. Peu à peu, je suis parvenu à trouver un rythme. En août, j’ai réussi à travailler presque tous les jours sur ma thèse pendant plusieurs semaines. Mon credo était alors très clair : j’essaie une dernière fois de terminer une version de ma thèse, je fais ce que je peux dans la limite de ma douleur et mes capacités du moment. En fait, la deadline que je m’étais moi-même imposée et mon état physique m’ont fortement simplifié la tâche. Cela m’a permis de moins me prendre la tête, d’aller à l’essentiel. J’ai supprimé un à un les commentaires ou annotations en suspens, en procédant ainsi : « c’est essentiel ? oui, je prends le temps de compléter / Non, je supprime ». C’était libérateur ! J’ai bossé plusieurs heures par jour, mais sans en faire trop : de ce point de vue-là, j’ai vraiment réussi à gérer mes efforts et surprise, j’ai bien vécu cette période, sans stress ! La douleur et la convalescence m’ont sans doute permis d’être plus raisonnable. En tous cas, je suis parvenu à aboutir le 27 août à un document de 371 pages mis en forme, contenant les pages préliminaires, l’introduction générale, 6 chapitres, la conclusion générale, la bibliographie et quelques annexes. Il manque encore quelques éléments – dont des cartes, faute de temps – dans cette version, mais ce n’était pas le plus important. L’essentiel était d’arriver à constituer un document propre et qualitatif, avec des figures et des notes de bas de page, clair et suffisamment volumineux (je visais les 250-300 pages de texte) et ne contenant plus aucun commentaire. C’est donc une réussite sur ce point-là, et je considère ce document comme ma première version « complète » du manuscrit car il a un début, un milieu et une fin. Il me reste désormais à améliorer et compléter cette version pour aboutir à celle que je déposerai officiellement dans quelques temps.


Un bilan de cet été 2021 si particulier

Cet été restera forcément à part dans mes souvenirs. Déjà parce que cette fois, c’est sûr et  certain, quoiqu’il arrive : c’est vraiment mon dernier été de doctorant ! Ensuite, parce que je suis passé par presque tous les états en quelques semaines, du pire au meilleur.

La douleur physique, d’abord : avec ces multiples fractures, c’est ma plus grave blessure en faisant du vélo. Le découragement, ensuite : j’ai vraiment pensé que tous mes efforts depuis des années et surtout le début de la pandémie allaient être réduits à néant par cet événement malheureux, qui arrivait au plus mauvais moment. C’était la goutte d’eau de trop : après plus d’un an de pandémie, sans presque aucun sport et activité de loisirs, il a fallu que je me blesse en pratiquant justement une activité que j’adore et qui me fait du bien ! La loose totale. La frustration, évidemment : se blesser et être immobilisé à la meilleure période de l’année, je ne conseille pas ! Je n’ai pas pu partir en vacances à vélo avec des amis comme cela était prévu initialement, et bien sûr, c’est un gros regret, mais je ne pouvais pas faire autrement cet été. Je n’ai pas encore eu l’autorisation de reprendre le moindre sport, mais j’espère que je pourrai bientôt à nouveau refaire du foot en salle et du vélo.

[Source : Tenor]
Avec le recul, cette chute à vélo aura peut-être été le déclic qu’il me fallait pour finir ma première version de thèse. Je ne crois pas au destin, mais plusieurs proches m’ont parlé d’une sorte « d’acte manqué » et je dois dire qu’au-delà de la blague, c’est peut-être un peu le cas. Aurais-je tout de même réussi à finir cette première version du manuscrit si l’été s’était déroulé sans accroc ? Je ne le saurai jamais, mais en tout cas, une chose est sûre : j’y suis parvenu après plusieurs fractures et une immobilisation forcée. Et ça, c’est énorme pour moi, j’ai même encore du mal à le réaliser. Au fond, pour être honnête, je ne sais pas si je me sentais encore capable d’y arriver après ces longues années de doctorat et toutes les difficultés rencontrées (plus la pandémie, évidemment, qui n’arrange rien : force aux doctorant·es !). Sur ce plan-là, mon été 2021 est une vraie réussite, inespérée,  et je la savoure comme il se doit ! Un bon rappel qu’il est important de célébrer chaque étape majeure au cours d’une aventure aussi longue que le doctorat.

Cet été, dans la lignée de ces derniers mois, j’ai aussi le sentiment d’avoir encore avancé sur le plan personnel : sur ma propre connaissance (physiquement et mentalement), mais aussi dans les rapports avec certains proches. Les échanges, les discussions profondes et intimes, les blagues autour d’une bière, tout cela a égayé mon été et j’en avais vraiment besoin. C’est peut-être bateau, mais on dit « à quelque chose malheur est bon », et là pour une fois j’ai l’impression d’avoir réussi à retourner une situation vraiment mauvaise en quelque chose de beaucoup plus positif. Alors bien sûr, à l’heure où j’écris ces lignes, mes os fracturés ne sont pas encore complètement guéris, ma thèse n’est pas encore achevée et déposée, et il me tarde de pouvoir refaire du sport, mais je sors de cet été 2021 soulagé, et ça, c’est un très grand pas en avant, après des mois de surplace et de galères.


La dernière ligne droite ?

J’ai imprimé et transmis les 371 pages de ma première version de thèse à mon directeur fin août, puis pris quelques jours de pause au vert, qui m’ont fait du bien. C’étaient mes seules véritables vacances de l’été. Je suis désormais de retour à Lyon et je vais bientôt revoir mon directeur après sa relecture de cette première version, pour que nous puissions discuter ensemble de ce qu’il reste à faire en vue de la finalisation et de la soutenance de ma thèse. Je suis tout à fait conscient qu’il demeure encore des améliorations, ajouts et corrections à effectuer dans les prochaines semaines, mais il me semble que ce sera plus facile et pratique à appréhender sur les bases de cette première version. Il s’agit désormais d’évaluer le temps et les actions nécessaires en vue de l’achèvement de ma thèse. Je suis déjà rassuré par cette première version (forcément encore incomplète) et je suis ultra motivé pour terminer enfin cette aventure au long cours ! Il reste encore quelques kilomètres à parcourir, mais pour la première fois, la ligne d’arrivée est en vue 😀

[Source : Tenor]

Et la suite ?

En fonction du retour que me fera mon directeur et notre prochain échange, je vais encore passer au moins plusieurs semaines (ou davantage) à achever ma thèse. Concrètement, cela signifie : procéder aux corrections/améliorations/ajouts, effectuer les démarches administratives pour le dépôt et la réinscription en parallèle, et commencer à voir ce qui concerne la préparation de la soutenance. La soutenance me paraît encore loin, et pour moi ce sont vraiment l’impression et le dépôt officiel du manuscrit qui constitueront le moment le plus important dans cette fin de doctorat. J’ai hâte d’y être.

J’attends aussi avec impatience le dépôt de ma thèse pour pouvoir me consacrer encore davantage à travailler sur mon projet professionnel et la recherche d’un emploi, car la fin du doctorat signifiera aussi la fin de mes études et probablement de mes activités professionnelles à l’université (en tout cas dans un premier temps, il y a de fortes chances).

Et puis en parallèle de tout cela, en fonction du temps disponible, je vais continuer mes autres activités :

  • poursuivre mon engagement associatif et collectif pour valoriser le patrimoine et les connaissances, parce que cela me tient vraiment à cœur
  • continuer à enrichir mon blog avec des billets « Vaut le détour » (j’ai du retard à rattraper !) et d’autres textes, car il est important de parler/écrire pour transmettre et mettre en valeur ce que je fais et ce qui m’intéresse
  • reprendre le sport (vélo, foot en salle), car une année sans activité physique régulière, ce n’est pas terrible pour le corps et l’esprit
  • commencer à travailler sur plusieurs projets personnels, pour valoriser mes recherches sur les guides et l’image de Lyon. J’ai des idées pour le blog et l’écrit, mais aussi très envie de tester d’autres formes de transmission des connaissances… À suivre !

Cet automne 2021 sera donc encore bien rempli de mon côté, mais je suis beaucoup plus confiant qu’avant.

Et puis, pour la thèse, comme on dit : « Mieux vaut tard que jamais ! »

[Source : Tenor]

P-S : Merci à toutes les personnes, proches (mes parents, mes ami·es) ou moins proches, qui m’ont soutenu, aidé, encouragé ces derniers mois et cet été après ma chute. C’est aussi grâce à vous que je trouve la force d’avancer dans ma thèse et de relativiser les coups durs.

Et j’espère que ce billet est l’un des tout derniers dans cette rubrique Carnet de doctorant !


Je remercie Noémie pour sa relecture de ce billet.


Image de une (rognée) : Homme courant sur une route, licence CC0, Piqsels.com.


Citer ce billet : Damien Petermann, "Mon été 2021 et la thèse : enfin la dernière ligne droite ?", L'image de Lyon [carnet de recherche], 13 septembre 2021.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/2421 (consulté le 18 octobre 2021)

  1. J’ai aussi pu participer en juillet à deux projets qui comptaient beaucoup pour moi en 2021 : le Nanomix organisé avec MuseomixAURA à Saint-Romain-en-Gal dans le cadre du festival Pop’Sciences et la reprise du projet sur les cartes postales anciennes de Lyon avec le  musée Gadagne (MHL), à travers le stage de deux étudiantes de L3 Histoire-Géographie. []

2 réflexions sur « Mon été 2021 et la thèse : enfin la dernière ligne droite ? »

  1. Bravo!! Bravo! Finis vite et bien!!

    J’espère bien que tu nous inviteras à la soutenance… Bisous, Agnès et François

    1. Merci pour votre message ! Oui c’est bien prévu pour la soutenance, j’espère qu’il n’y aura plus de contraintes sanitaires limitant le nombre de personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.