Mon bilan 2020 (3) : abécédaire

Abécédaire de mon année 2020 : pour mettre des mots sur le vécu (et sur les maux également), sans autre forme d’explication, excepté : il y a parfois plusieurs niveaux de lecture.


Autres billets :

Avertissement : Ce billet contient certains passages qui peuvent être très/trop difficiles à lire pour certaines personnes qui ont vécu une expérience douloureuse ces derniers mois.


Note : Ce billet a été écrit entre décembre 2020 et fin mars 2021.

Tous les liens cliquables présents dans ce billet s’ouvrent dans un nouvel onglet.


AMAP – La seule sortie autorisée pour voir des amis « en vrai » pendant le premier confinement. Le partage des fruits et légumes. Boire des bières et manger ensemble lorsque c’était possible.

Amitié – Cultiver les amitiés. Ce qui m’a fait tenir en 2020. Un besoin vital.

Anniversaire – Immense chance de pouvoir fêter le mien, déconfiné, au parc entouré des amis. Penser à toutes les personnes qui ont été confinées pendant leur anniversaire.

Anxiété – Omniprésente. Trop pesante. Paralysante. Traumatisante. Le comprimé pour la réduire.

Attestation – Permission de sortie. Infantilisation. Papier brouillon réutilisé. Une heure, pas une minute de plus.


Bar – Profiter (un peu) de l’été en terrasse. Dernier verre début octobre. Fermé jusqu’à nouvel ordre.

Belote – Faute de foot, activité ludique en ligne avec les copains pendant le premier confinement. Moments sympas. Et rebelote.

Blog – Ma fierté de 2020, avoir réussi à écrire et publier des billets. Mon année la plus prolifique sur L’Image de Lyon. Le plaisir d’être lu par d’autres. Et un nouveau format qui « Vaut le détour » !

Bruit – Celui des voisins pendant le confinement. Celui des voitures, de la ville dès le 11 mai. Le bruit de fond des informations, à fuir.


Concentration – Instable, difficile, fuyante. Le stress qui l’empêche. Besoin de tranquillité d’esprit, de changer de lieu de travail après des semaines de confinement à domicile.

Confinement – Le mot de l’année. Un premier brutal, subi, difficile, prolongé. Un deuxième à géométrie variable. En novembre, je me suis retrouvé totalement enfermé pendant plusieurs jours, pas pour raison sanitaire, mais à cause d’une serrure hors service (le comble !)

Contact – Cas contact en octobre. Le manque de contact physique, humain, direct avec les autres. Le numérique qui nous a permis de le garder d’une autre manière.

Copies – Peiner à les corriger en mars et avril. À nouveau en décembre, pendant les fêtes de fin d’année. Derrière les copies, les étudiants qu’on ne voit plus.

Courir – Seule possibilité de sport en extérieur pendant le premier confinement. Presque tous les jours, un besoin vital pendant cette période. Courir après ce virus qui nous devance.

Couvre-feu – Chape de plomb. Mesure arbitraire et inefficace. Incompréhension. Sans fin ?

Culture – Sacrifiée car secondaire pour nos dirigeants. Omniprésente en ligne. Sans elle, que reste-t-il ?


Déconfinement – Délivrance en mai. Profiter de la nature, des amis, de la famille. L’insouciance avant l’automne.

Dépression – Le monstre tapi dans l’ombre. Important d’en parler. A touché beaucoup de monde en 2020.


Écrans – Fenêtre ouverte pour échanger avec les autres. Overdose en 2020 (mails, visio, réseaux sociaux, télétravail…). Les yeux qui piquent.

Écrire – Une nécessité, mais tellement difficile. Écrire pour moi, écrire ma thèse, écrire aux autres.

Enseigner – Une 2e année d’ATER qui ne se termine pas du tout comme prévu. Une prolongation inattendue, des conditions discutables. L’impuissance à accompagner les étudiants. Très peu de plaisir finalement.

États-Unis – Cartographie électorale décortiquée. Observer le changement. Une bonne nouvelle en 2020.

Examen médical – Un jour passé à l’hôpital. Des analyses en labo. Rien de grave mais pas de réponse. Toujours dans le flou.

Exigences – Toujours là, presque inchangées, comme si tout était normal. Notre incapacité collective à prendre conscience qu’il faut les revoir à la baisse.


Famille – En lien au téléphone ou en visio. Les retrouvailles post-confinement. 2 semaines en Bretagne pour respirer et avancer sur la thèse. Étranges fêtes de fin d’année.

Fatigue – Plus d’énergie, batteries à plat. Physique et mentale. Besoin de reprendre des forces.

Finir – Quoi : la thèse ? la pandémie ? tout ? Passer à autre chose. Fin d’un monde ?

Foot – Un grand manque en 2020. 3 séances en 9 mois et demi. Le regarder à la télé avec les copains, lorsque c’était encore possible.

Frustration – Être confiné trois semaines avant la fin de mes cours. Ne pas terminer ma thèse en 2020. Ne voir personne ou presque pendant de longues semaines. Les projets annulés.


Gel hydroalcoolique – Pénurie au printemps. Toujours dans une poche. Les mains qui collent.

GIF animé – Mon petit plaisir créatif. Le concours GIF IT UP. Remixer le domaine public. Un projet pour la suite.

Gouvernement – L’attente des annonces. L’incompréhension face à certaines décisions. Et pendant ce temps-là, en Nouvelle-Zélande ?

Gris – Mon quartier sans verdure. La vie en 2020. La morosité.

Guides – De voyage, dans ma collection personnelle et pour ma thèse. Ces hommes et femmes oubliées, qui n’ont pas pu exercer leur activité professionnelle dans de bonnes conditions, même en extérieur.


HAL – Mettre mes dernières publications en open access. Ouvrir la science. Partager.

Humanité – Toute entière confrontée à la maladie et la mort. Vivre la sienne en étant confiné. Nous ne sommes pas des robots.


Imposteur – Le syndrome qui revient toujours plus fort. Ne pas me sentir à la hauteur. Parfois envie de me cacher, de disparaître.

Incertitudes – Ne pas savoir de quoi demain sera fait. Les règles qui changent sans cesse. Comment se projeter et avancer, sans se décourager ?

Inquiétude – Pour moi, pour les autres. Paralysé par l’anxiété. Voir des personnes solides être en grande difficulté en 2020.

Insomnie – Nuit pas tranquille. Pensées omniprésentes. Fatigue qui s’accumule.


Journal – Au quotidien, écrire pour moi. Garder une trace. Du confinement puis du déconfinement.


Kilomètres – Les rayons autorisés : 1, 100, 20. Plus de 400 parcourus à vélo en Bourgogne pendant les vacances.

Kiné – Cervicales en vrac. Tensions. Sortie médicale autorisée pendant le deuxième confinement.


La MoucheLyon la Moche. Confiné, explorer mon quartier. La belle rotonde ferroviaire.

Lectures – Plaisir de lire des articles, billets et livres numériques intéressants. Relectures mutuelles de nos textes entre doctorants. Tous ces livres empruntés en bibliothèque que je n’arrive jamais à lire dans les temps.

Logique – La chercher dans les décisions gouvernementales, souvent en vain. Se poser des questions sur la vie en 2020. Tout cela n’est-il pas absurde ?

LPR – Le coup de poignard dans le dos de la recherche française. Sinistre loi. À quoi bon continuer dans cette voie ?

Lyon – Les rues vides, chacun chez soi. La belle campagne de l’OL en Ligue des Champions. Ma ville, ma thèse.


Masque – Inconfortable mais indispensable. Devoir le mettre. En profiter pour enlever enfin celui que je porte depuis des années et m’ouvrir aux autres.

Moments – Ce qui restera de 2020. Quelques très bons moments, bien entouré, pendant lesquels le temps était suspendu. Trop courts et fugaces malheureusement.

Mort – Interroger son rapport à la sienne et celle des proches. Des dizaines de milliers en France, 2 millions dans le monde à cause du Covid : derrière les chiffres, des personnes, des deuils.

Motivation – Portée disparue une grande partie de l’année. Éphémère pour quelques petits projets.

Museomix – Retrouver une dynamique d’équipe, une envie de faire ensemble. Des projets collectifs. Réfléchir au musée en temps de pandémie. Les 10 ans sont annulés, nous les fêterons en 2021 ?


Nature – Sortir de la ville. Marcher dans la Forêt. Sentir les fleurs, les animaux. Voir la verdure. Respirer l’air. Revenir au contact de la terre.

Négatif – Une année vraiment négative. En octobre, mon test PCR négatif : un soulagement.

Nuit – De la géo début avril, en ligne à cause du confinement. Des musées en novembre, en ligne aussi. Nuit noire.


OpenGLAM – Une dynamique en ligne. Des lectures, des rencontres, des échanges. Il faut déconfiner les collections patrimoniales numérisées.


Pandémie – Cette fois-ci, on ne joue plus. Par Toutatis, le ciel nous est tombé sur la tête ! 19 sur 20.

Parler – À moi-même. Aux autres, mon besoin quotidien de confiné. Pendant des heures. Oser parler de ce qui ne va pas.

Pensées – Grises, virant au noir. La thèse, encore elle, qui revient sans cesse. Vouloir tout débrancher.

Pierre-Scize – Mon rocher préféré. Mon texte en open access dans HAL. L’incarner dans un podcast super chouette avec les amies de Cybèle. L’observer et le photographier selon différents points de vue (et pour un futur billet de blog !).

Pôle Emploi – Une réinscription, puis une désinscription. Beaucoup de temps perdu en administratif. Un retour à la case départ.

Projets – Ceux qui n’ont pas été réalisés. Ceux qui sont porteurs d’espoir collectif. Ceux qui m’attendent lorsque je serai libéré de la thèse.


Quatre – 4 kilos perdus en 2 mois de confinement au printemps, inquiétant.

Questions – Existentielles. Introspection personnelle. Pas toujours de réponse.


Recherche – Sacrifiée en 2020. Quête de sens sur ce qu’on vit. À la recherche du temps perdu.

ReMarkable – La tablette à encre électronique, l’une de mes nouvelles compagnes au quotidien. Plaisir de lire, plaisir d’écrire ? Déjà indispensable.

Report – Des élections municipales. Du déconfinement. Des événements sportifs, culturels et scientifiques. De la fin de thèse. Des projets personnels et collectifs. Du « retour à la normale ».

Retard – Qui s’accumule et qu’on ne rattrape jamais. « En retard, toujours en retard » comme dit un certain lapin blanc.

Rire – Besoin vital. Heureusement comblé par moments, trop rares en 2020.

Rythme – Complètement décalé. Dormir trop ou pas assez. Ralenti au printemps, effréné à l’automne.


Salaire – La chance d’en avoir eu un pendant 12 mois. Mon dernier en décembre.

Santé mentale – Complètement dégradée au fil de l’année. Pilier indispensable de notre humanité, à ne pas négliger. Devrait être une priorité nationale, à l’université comme partout ailleurs.

Sémiologie graphique – Mon dernier cours du premier confinement. Mon seul cours du deuxième confinement. Les cartes ratées (#mapfails) du gouvernement depuis le début de la pandémie.

Séries – Des respirations pour me changer les idées. Science-Fiction et comédie (Future Man, Killjoys, Mandalorian, Parks and Recreation, The Good Place…).

Silence – Celui de la ville confinée, seulement entrecoupé par le chant des oiseaux. Celui de la nuit, absolu. Celui de la solitude.

Soleil – Seulement une heure pour capter ses rayons au printemps. Cyclotourisme estival en Bourgogne, pendant la canicule. Sentir sa chaleur sur mon visage.

Solitude – Subie entre quatre murs. Nécessaire par moments mais insupportable en permanence. La thèse, aventure solitaire.

Soutien – Indispensable en 2020. Celles et ceux qui comptent. Soutien mutuel : tu es là pour moi et je suis là pour toi.


Temps – Distorsion complète : tout le temps du monde ; le temps qui fuit ; trouver le temps long ; et voilà, l’année est déjà finie.

Thèse – Omniprésente, intimidante, oppressante. Parasite qui ronge de l’intérieur. « C’est pas bientôt fini ? ». Abandonner ou terminer ?

Twitter – Mon repaire virtuel en 2020. Positif et négatif : addiction, réconfort, énervement, lien, soutien.


Un – Un kilomètre, mon périmètre. Un virus qui stoppe tout ou presque. Un an de perdu ?

Université – Ouverte. Fermée. Sur réservation. À moitié. En ligne. Hybride. Oubliée. Sacrifiée.


Vacances – La respiration tant attendue. À vélo le long des canaux en bonne compagnie. Recharger les batteries.

Vélo – En mai dans la campagne viennoise. En août en Bourgogne. Début septembre en Bretagne. Pendant tout le déconfinement à travers Lyon. Le sport, l’air, le soleil.

Vie – Vivre avec le virus. Repenser la sienne. Merci à celles et ceux qui en sauvent chaque jour, les véritables héroïnes et héros.

Visage – Ne plus voir celui des autres à cause du masque. Le mien figé certains mauvais jours.

Visites – Expositions lyonnaises avant le grand enfermement. La Cressonière de Vaise pendant les JEP. Cymoche à Perrache en octobre. Devenues impossibles en musée et archives.


Whatsapp – Garder le lien. Soutien du quotidien. Un petit message qui réconforte.

Wikimédia – Bonheur de se retrouver autour d’un pique-nique ou d’un barbecue pendant l’été. Des échanges, de l’humain. De nouveaux projets qui prennent forme avec certaines institutions culturelles lyonnaises.


Yeux – Nos regards, au-dessus du masque. Fatigués par les écrans. Trop secs, mais parfois complètement humides.


Zéro – Aucune goutte d’alcool pendant le premier confinement. Pas d’espoir, par moments.

Zoom – Et les autres outils de visio. Activer la caméra et le micro. Tenir la distance.


Billet suivant ⇒ Mon bilan 2020 (4) : cette thèse qui me pèse (à venir)

Billet précédent ⇒ Mon bilan 2020 (2) : négatif / positif


Je remercie vivement Noémie et Perrine d’avoir relu ce billet, ainsi que les autres personnes avec qui j’ai échangé sur mon bilan 2020.


Image de une (rognée) : Johannes Condet (attribué à), Alfabetten in verschillende lettertypes, 1781, estampe, Rijksmuseum, RP-P-1935-1063(R). [Domaine public]


Citer ce billet : Damien Petermann, "Mon bilan 2020 (3) : abécédaire", L'image de Lyon [carnet de recherche], 30 avril 2021.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/2275 (consulté le 22 septembre 2021)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.