Mon bilan 2020 (2) : négatif / positif

Ce deuxième billet consacré à mon bilan personnel de l’année 2020 est divisé en deux parties, comme les deux côtés d’une pièce : face, le négatif et pile, le positif.


Autres billets :

Avertissement : Ce billet contient certains passages qui peuvent être très/trop difficiles à lire pour certaines personnes qui ont vécu une expérience douloureuse ces derniers mois.


Note : Ce billet a été écrit entre décembre 2020 et fin mars 2021.

La flèche [↵] vous permet de revenir ici, au début du texte. Tous les autres liens cliquables présents dans ce billet s’ouvrent dans un nouvel onglet.


2020 côté face : une très mauvaise année  [↵] 

La solitude subie

Le premier confinement a vraiment été un choc, par son caractère subi. Du jour au lendemain, tout a été chamboulé. Assigné à domicile, des attestations pour sortir selon certains motifs autorisés, plus de contacts autrement que par des moyens de communications indirects (téléphone, internet). Au moins c’était clair : j’allais être seul chez moi, pendant 2 semaines (+2, +4, comme au UNO). Avec le recul, l’une des choses qui m’a vraiment surpris, c’est ce que le confinement a changé dans mon rapport personnel à la solitude. Cela fait des années que je suis doctorant et que je vis seul dans un appartement en ville : la solitude ne m’est pas du tout inconnue. Il m’est déjà arrivé de passer plusieurs jours sans voir personne, de rester cloîtré chez moi pendant certains week-ends hivernaux, lorsque la météo est mauvaise. Ce n’est pas forcément négatif d’ailleurs. J’apprécie d’être seul certains moments dans la journée, de rester tranquille. C’est mon caractère, j’en ai besoin : la solitude peut donc être positive. Bien sûr, depuis le début de mes études supérieures, j’ai également vécu des moments de solitude particulièrement désagréables, par exemple lorsque j’ai dû rédiger mon mémoire de Master 1 seul dans ma chambre du CROUS en juillet 2011. Mais là, pendant le premier confinement, la situation était complètement différente. Cette solitude m’était imposée, sans avertissement, je ne l’avais pas choisie. Et ça change tout. D’autant plus que le 17 mars, personne ne savait dans quoi on s’embarquait, combien de temps tout cela allait durer. La seule chose qui était claire, c’est qu’un virus circulait dehors et que la solution adoptée était de confiner tout le pays, ce qui n’était jamais arrivé en France. Comme beaucoup de personnes vivant seules, je crois que ce que j’ai trouvé le plus dur, c’est de ne plus avoir de contact humain (hormis les sorties autorisées, pendant lesquelles chacun essayait d’éviter les autres personnes dehors !). Ne plus voir ses proches, ne plus pouvoir parler à des gens autrement que via un écran ou un téléphone. Chacun chez soi. Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti un très grand manque, un vide profond. J’avais besoin de parler chaque jour à quelqu’un, par visio, par téléphone ou si j’en avais l’occasion, dehors en gardant mes distances. Les jours où ce n’était pas possible – pour une raison ou une autre – ont été les plus durs à vivre pour moi en 2020.


Frustration (et colère)

Ce qui a aussi été difficile à supporter, ce sont les inégalités matérielles pendant le premier confinement. Pour certaines personnes qui ont eu la chance d’être confinées dans de (très) bonnes conditions, à la campagne, dans une maison avec jardin, loin de la ville, cette période semble avoir été très positive. Tant mieux pour elles. En revanche, pour toutes celles qui ont passé deux mois dans leur appartement en ville, sans terrasse ou balcon, complètement isolées (comme moi) ou au contraire à plusieurs 24h/24, avec des enfants, le vécu de ce confinement n’a pas du tout été le même.

La colère, elle est montée petit à petit au fil des mois devant la gestion très discutable de la crise sanitaire par nos gouvernants. En France, depuis mars 2020, le discours adopté est guerrier, l’attestation est devenue la norme, dans un contexte de méfiance vis-à-vis de la population, par le contrôle policier. Je constate simplement que d’autres pays, par exemple en Europe, n’ont pas fait les mêmes choix dans leur approche de cette pandémie. Le fiasco des masques, un premier déconfinement raté, l’université complètement abandonnée par sa ministre, le protocole sanitaire aberrant à l’école, la culture sacrifiée, la cacophonie gouvernementale (« partez en vacances, tout va bien ! » ; « ah non, en fait revenez, on reconfine demain ! ») : les dysfonctionnements ont été nombreux (et ils continuent). Comme beaucoup de Français, je comprends les décisions lorsqu’elles sont fondées sur des faits, des arguments, qu’elles me semblent logiques et adaptées à la situation : par exemple, la mise en place d’un « vrai confinement » avant d’être au pied du mur. Mais force est de constater que les choix qui sont faits en haut lieu posent question. J’attends toujours qu’on m’explique l’efficacité réelle du couvre-feu avancé à 18h alors que tout est déjà fermé. Je constate que chez certains voisins européens qui ont mis en place un couvre-feu, celui-ci commence à 22 h ou minuit. Concernant l’isolement, là aussi il y a de quoi critiquer la gestion française. Pendant les confinements, un certain nombre de pays ont permis aux gens vivant seuls de voir une ou deux autres personnes, d’avoir une « bulle sociale ». Personnellement, je regrette vraiment qu’une telle possibilité n’ait pas été autorisée en France : j’aurais beaucoup mieux vécu les deux confinements si j’avais pu voir régulièrement quelqu’un et lui parler.


Une santé qui se dégrade (encore)

Comme je l’ai écrit dans le premier billet, je n’étais déjà pas en grande forme avant la pandémie. L’épuisement généralisé est malheureusement le lot d’un certain nombre de personnes précaires, en particulier dans la recherche et l’enseignement. Dans mon cas, c’est très clairement la conséquence de longues années de doctorat, de cette thèse qui me pèse (et de l’enseignement). Pour ne rien arranger, j’ai depuis juin 2018 un problème de santé assez gênant – engourdissement d’une partie du visage autour d’un œil – qui me cause une grande fatigue oculaire/céphalique certains jours (c’est vraiment très variable). En 2019-2020, j’ai passé plusieurs examens médicaux qui n’ont rien montré de grave (pas de problème neurologique, ce qui est rassurant), sans toutefois m’apporter de réponse. Au fond, j’espère encore que ce problème n’est qu’une conséquence de l’anxiété et l’épuisement liés à la thèse et qu’il disparaîtra une fois celle-ci achevée.

Avec le recul, je pense que j’aurais dû prendre davantage soin de ma santé en 2019/2020 et sans doute demander à mon médecin si j’avais besoin d’avoir un arrêt maladie à un moment donné. Je fais partie des personnes qui n’ont pas osé aller voir leur médecin pendant le premier confinement, pensant qu’avec le virus il valait mieux éviter, que cela pouvait attendre : c’était une grosse erreur. Le problème à l’université, c’est qu’en cas d’absence justifiée, les enseignants ne sont pas remplacés. Cela signifie que les séances qui n’ont pas eu lieu ne sont pas rattrapées. Du coup, on a vite fait de culpabiliser par rapport aux étudiants et de continuer quand même à enseigner pour ne pas les pénaliser, alors que la raison (et un avis médical, et le droit du travail) devrait nous faire comprendre qu’il est temps de s’arrêter. J’ose le dire aujourd’hui car je me rends bien compte que cette année universitaire 2020-2021 a encore accentué le problème, pour les précaires mais aussi pour les titulaires : beaucoup d’enseignants sont au bord de l’épuisement professionnel, d’autres malheureusement sont déjà en burn-out. Depuis quelques mois, la santé mentale est enfin devenue un sujet de préoccupation générale, après les suicides de plusieurs étudiants et la détresse psychologique vécue par nombre d’entre eux. Pourtant, la santé mentale reste encore taboue dans notre société et notamment dans certains secteurs professionnels comme l’université/la recherche. Il serait temps de changer cette vision du « publish or perish », des discours institutionnels ou en off du style « Un doctorant qui ne déprime pas, ce n’est pas un bon doctorant ». Personne n’en parle publiquement, mais si j’en crois les discussions que j’ai pu avoir en 2020, beaucoup de chercheurs sont suivis par des psychologues et autres professionnels de santé mentale (et c’est une très bonne chose d’être accompagné lorsque c’est nécessaire, avant qu’il ne soit trop tard). Il s’agit d’un problème systémique qu’il faudrait vraiment chercher à résoudre, car l’université abîme chaque année des (jeunes) chercheurs, ce qui est à la fois terrible sur le plan humain, très critiquable sur celui du fonctionnement de l’institution et complètement aberrant sur celui de la recherche. On ne fait pas de la bonne recherche lorsqu’on est en dépression ou burn-out, ce n’est juste pas possible.

[via Giphy]

Le maintien des exigences

Je voulais quand même aussi parler de ce sujet-là, car pour moi c’est une aberration. Dans plein de domaines et surtout dans les discours dominants, c’est comme si cette pandémie n’existait pas vraiment. On en demande toujours autant : il faudrait être aussi productif et efficace qu’en temps normal… mais nous ne sommes pas du tout dans une situation normale ! Comment peut-on attendre des salariés, des étudiants, de tout le monde d’atteindre les objectifs qui étaient valables avant la pandémie ? À titre personnel, cet aveuglement collectif m’inquiète et je suis pessimiste : si nous ne sommes pas capables de revoir nos exigences à la baisse dans une telle situation, cela signifie que nous ne serons jamais en mesure de le faire. Pourtant, c’est une qualité de reconnaître qu’une situation est plus mauvaise que prévue, qu’un coup dur est arrivé et qu’on ne pourra pas atteindre l’objectif fixé si l’on ne change rien. L’erreur, c’est d’essayer de l’atteindre à tout prix : on y laisse des plumes et parfois davantage. Dans une telle situation, être lucide n’est pas un défaut ni une faiblesse, au contraire : c’est la capacité à se rendre compte que les paramètres ont changé et qu’il est préférable d’ajuster ses exigences à la situation dégradée (il y a beaucoup de points communs avec l’expérience de thèse d’ailleurs !). Pour illustrer mon propos, je vais juste citer deux domaines que je connais assez bien, l’enseignement et la recherche. Était-il lucide d’avoir commencé l’année universitaire 2020-2021 en pensant que tout allait bien se passer, que les deux semestres allaient se dérouler comme chaque année « normale » ? D’avoir organisé des examens « normaux », en présentiel, dès la première semaine du deuxième déconfinement ? Et que dire de la recherche ? La course à la publication continue, comme si de rien n’était. « Quoi, vous n’avez pas écrit de nouvel article ou de nouveau livre en 2020 ? Quel mauvais chercheur vous faites ! » Surtout, ne rien changer : pourquoi le ferait-on, alors que ce système marche si bien ? 🙃


Les projets annulés

Frustration et déception : plusieurs projets auxquels je devais participer en 2020 n’ont pas pu se dérouler comme prévu.

  • La Nuit de la Géo 2020 à Lyon : avec l’association La Géothèque, nous avions commencé à préparer depuis plusieurs mois cet événement qui a lieu tous les ans début avril. Il devait se tenir le vendredi 4 avril aux Halles du Faubourg. De mon côté, j’avais essayé de motiver quelques étudiants en géographie de Lyon 3 à faire un petit projet d’exposition patrimoniale, mais il n’a finalement pas pu voir le jour (et je n’en veux pas du tout aux étudiants impliqués, c’était finalement préférable étant donné l’issue finale…). Les affiches et programmes de la Nuit de la Géo étaient imprimés, nous avions commencé à communiquer sur l’événement et puis tout s’est arrêté d’un coup. Enfin, heureusement, tout n’a pas été perdu, une petite partie de l’événement a pu se tenir en ligne : la diffusion du documentaire L’Image qu’on s’en fait, suivi d’un Facebooklive avec le réalisateur Seb Coupy le 4 avril, au cours duquel nous avons pu lui poser des questions. J’ai contribué au compte rendu qui a été publié sur le site de La Géothèque.
  • Le projet sur les cartes postales anciennes de Lyon : en 2019, avec ma collègue géographe, nous avons mis en place un partenariat avec le musée d’histoire de Lyon (Gadagne) qui consiste à étudier les cartes postales représentant Lyon, selon une approche géohistorique (indexation, géolocalisation, datation). Ce projet s’articule autour d’un stage d’un mois et demi, effectué par un binôme de deux étudiants de licence 3 géographie-aménagement. Le stage de l’été 2019 a été une belle réussite et nous étions très contents de pouvoir continuer le projet en 2020, sur une belle dynamique, avec deux nouveaux stagiaires. Nous avions même l’intention d’organiser fin juin 2020 une journée rassemblant chercheurs et professionnels du patrimoine autour de ce sujet. Malheureusement, à la mi-avril 2020, nous avons appris que l’université Lyon 3 avait décidé d’annuler tous les stages facultatifs (et aussi beaucoup de stages obligatoires) à cause de la crise sanitaire. Cette annulation, je l’ai encore en travers de la gorge. Pourquoi ? Parce qu’à mon avis, la décision unilatérale de l’université était trop hâtive et définitive, avant même d’avoir étudié les possibilités d’adaptation. Je suis persuadé que le stage aurait pu avoir lieu en juin-juillet 2020, avec des modalités sans doute un peu différentes (une partie en télétravail par exemple). C’est d’autant plus frustrant que d’autres universités ont fait des choix différents : par exemple, je sais que des étudiants de Lyon 2 ont pu effectuer des stages au sein d’institutions culturelles lyonnaises pendant le premier déconfinement. J’ai donc été très déçu de cette situation :
    • car le musée n’a même pas eu son mot à dire à cause de cette décision de l’université (et nous non plus)
    • pour les étudiants qui avaient postulé et s’étaient montrés très intéressés par le stage
    • que l’on ne puisse rien faire du tout et que la dynamique du projet soit stoppée net

Nous avons relancé le projet cette année et j’ai bon espoir que l’on puisse organiser le stage en 2021. Pour le moment tout se déroule bien. Quant à la journée d’études, ce sera peut-être pour 2022…

  • Museomix 2020 : Cela fait plusieurs années que je fais partie de la communauté Museomix, en tant que membre de l’association Museomix AURA. L’édition 2020 de ce marathon créatif en musée était programmée les 6, 7 et 8 novembre 2020. Je devais participer à l’événement organisé par la communauté Museomix Normandie, à Rouen. Avec l’équipe organisatrice, nous avions déjà bien discuté du rôle que j’allais occuper (documentation des prototypes et de l’événement). Je me réjouissais de pouvoir participer de nouveau à Museomix, de tester ce nouveau rôle et de passer quelques jours à Rouen, pour découvrir un peu cette ville que je ne connais pas encore. Malheureusement, à cause de la dégradation de la situation sanitaire, l’événement a été annulé au mois de septembre (finalement, aucun événement Museomix n’a pu se tenir en novembre 2020). J’espère que ce n’est que partie remise pour ce Museomix à Rouen et que du côté de Museomix AURA, le projet qu’on prépare depuis plusieurs mois va pouvoir se tenir comme prévu en 2021 !

Je sais que nous sommes nombreux depuis un an à avoir été contraints d’annuler ou reporter des événements/projets qui ont demandé énormément de préparation. Je suis d’ailleurs loin d’être le plus malheureux sur ce plan et je connais des personnes dont c’est le cœur de métier même qui est à l’arrêt (organisation de festivals, d’exposition…). Dans cette situation de pandémie, je trouve que c’est particulièrement dur de réussir à garder collectivement de l’espoir et de la motivation, sans dépenser en vain du temps, de l’énergie et des moyens pour finalement acter la mort dans l’âme l’annulation ou le report de ces projets/événements… Quelle est la meilleure attitude à adopter personnellement et collectivement ? Comment se projeter à court ou moyen terme sans s’épuiser inutilement, tant sur le plan mental que physique ? Si quelqu’un a la réponse…


Ce qui m’a manqué

Les moments conviviaux : discuter entre amis, rire autour d’un verre ou en partageant un repas. Heureusement, cela a été possible quelque fois au cours de l’année, mais si peu et tellement éphémère…

Le collectif : entre les confinements et les projets annulés, il m’a été bien difficile de participer à des collectifs en 2020. Depuis des années, les projets collectifs sont l’une de mes plus grandes motivations, que ce soit à l’université ou dans des associations (certains diront : au détriment de l’avancement de ma thèse).

De bonnes conditions pour faire de la recherche : je vous parle de mes activités de doctorant dans un autre billet (à venir).

Le foot en salle : entre le 15 mars et le 31 décembre 2020, je n’ai pu participer qu’à 3 séances de foot en salle (une fin juin, deux en septembre). Alors certes, j’ai fait de la course à pied et du vélo en 2020, mais ça ne remplace pas la pratique d’un sport collectif. Depuis 2017, j’ai trouvé avec le foot en salle une activité qui me permet de me dépenser physiquement dans une bonne ambiance, c’est un sport qui me plaît beaucoup par son intensité, sans temps mort. Surtout, le foot en salle me permet de ne pas penser à ma thèse pendant une heure et demie chaque semaine (alors qu’à vélo ou en courant, je cogite et la thèse revient toujours dans mes pensées, je n’arrive jamais à m’en débarrasser complètement…).

Des souvenirs : il est clair qu’en 2020, il y a eu beaucoup moins de moments heureux et donc de souvenirs qui resteront. C’est un peu comme si la pandémie nous avait volé plusieurs mois de nos vies, en quelque sorte. Alors on peut se rassurer en se disant que les rares souvenirs positifs qu’on gardera seront vraiment forts : je pense en particulier aux moments passés avec les gens qu’on aime ou la possibilité de profiter librement de la nature et du soleil pendant l’été.


2020 côté pile : ce qui compte  [↵] 

Après ce bilan fortement négatif, il est temps de s’attarder sur les choses positives qui se sont passées dans ma vie en 2020. Faire ce bilan est important pour moi, car il me permet d’aller au-delà de l’image sombre qui se détache à première vue pour l’année écoulée. Et la prise de recul des derniers mois me permet d’y voir encore un peu plus clair. 2020 n’a pas été une année complètement perdue sur tous les plans et j’en retire quand même des éléments positifs.

Tout d’abord, j’ai très mal vécu cette année, mais je mesure aussi ma chance par rapport à de nombreuses personnes : je n’ai pas été touché par le Covid-19, personne dans mon entourage n’est décédé ou n’a eu de complications liées à cette maladie. Bien que précaire, j’ai finalement été salarié toute l’année 2020, donc je n’ai pas eu de problèmes financiers (ce qui n’est pas le cas de tout le monde). Il est important d’avoir conscience de cela.


Cultiver ma créativité

Le 17 mars, premier jour du premier confinement, j’avais twitté que cette période était peut-être propice à la création de GIF animés à partir des collections patrimoniales :

Chaque année depuis 2017, je réalise au moins un GIF pour participer au concours GIF IT UP. Je me suis moi-même lancé dans les premières semaines du confinement dans ce projet, pour me changer les idées. J’ai passé plusieurs longues soirées à créer un gif sur le thème de La Mort (oui, j’apprécie l’humour noir et les représentations artistiques du type « danse macabre »). C’était aussi l’occasion de découvrir un nouvel outil numérique, sur les conseils de Laurent Gontier : Construct 3. J’ai publié ce GIF le mardi 14 avril, jour qui marquait officiellement un mois de confinement. J’en suis plutôt fier et je pense que c’est mon meilleur gif jusqu’à présent (en tout cas celui qui m’a demandé le plus de temps). J’ai aussi pu parler des GIF animés dans l’infolettre Muzeodrome grâce à Omer Pesquer, que je remercie. Je n’ai en revanche pas réussi à en faire d’autres avant octobre 2020, mois du concours GIF IT UP. En octobre, j’ai créé plusieurs GIF à partir de collections françaises et étrangères. Surtout, j’ai enfin écrit un billet de blog pour présenter le concours GIF IT UP et parler de la création de GIF animés à partir des collections patrimoniales ! Enfin, j’ai réalisé mon dernier GIF de l’année 2020 lors de la Nuit des musées, pour participer à l’initiative #CeSoirJeSors d’Omer Pesquer.

Le premier confinement m’a vraiment confirmé que j’aime faire des GIF à partir des œuvres numérisées, c’est une activité qui m’intéresse et me fait beaucoup de bien. Je pense aussi que GIF IT UP est une super initiative, qui va bien au-delà de la simple communication numérique autour du patrimoine. Je souhaite creuser ce thème de l’animation 2D des collections et j’ai commencé un projet numérique, qui n’est pas encore complètement abouti à l’heure actuelle, même si j’ai déjà créé @gifs_dp. Cependant, je peine encore à trouver un rythme régulier (faute de temps) et j’étais en panne d’inspiration ces derniers mois (mais ça revient !).


Prendre l’air (nature-soleil-vélo)

C’est une évidence, mais il ne faudrait pas l’oublier. C’est bien simple, la grande majorité des meilleurs moments que j’ai vécus au cours de l’année 2020 ont eu lieu en extérieur.

  • Ce sont d’abord les sorties footing d’une heure dans le périmètre d’un kilomètre, pour me dégourdir les jambes, m’aérer l’esprit et essayer de capter un maximum de soleil lorsqu’il était présent. Assurément parmi les meilleurs moments du premier confinement, car courir sous le soleil me donnait un sentiment de délivrance et me confirmait que j’étais bien vivant. Moi qui n’avais jamais tenu jusque-là un rythme régulier de course à pied, je suis allé courir presque tous les jours pendant un mois et demi (malheureusement, j’ai vite perdu cette bonne habitude dès le déconfinement).
  • C’est le mercredi soir à l’AMAP du quartier, pour récupérer fruits et légumes, mais surtout car c’était ma seule sortie collective de la semaine pendant les confinements. Le seul moment où j’avais le droit de voir des amis « en vrai » et pas seulement par écran interposé, de leur parler (dans le respect des gestes barrières) : en fait la seule activité collective qui a continué à fonctionner dans des conditions presque normales (et c’était important dans une telle période).
  • C’est mon anniversaire en mai, quelques jours seulement après le déconfinement. J’ai eu la chance de pouvoir le fêter, très bien entouré, dans un parc lyonnais. J’espère pouvoir fêter mes prochains anniversaires dans des conditions plus normales, mais je crois que je me souviendrai pendant longtemps de cet anniversaire 2020 (surtout lorsque je pense à toutes les personnes qui ont malheureusement été confinées le jour de leur anniversaire…)
  • Ce sont les moments conviviaux de mai-juin-juillet, pour rattraper le temps perdu : pique-nique dans un parc, bières en terrasse entre amis, balades à vélo…
  • C’est le vélo, justement : fin mai lorsque je suis revenu voir mes parents, j’ai enfin pu pédaler librement dans la campagne et les forêts, sous le soleil. 2020 m’aura vraiment confirmé que le triptyque sport-nature-soleil compte vraiment pour moi, et en particulier le vélo ou cyclotourisme. Contrairement à 2017 et 2018, je n’avais pas fait de cyclotourisme pendant l’été 2019 et c’était une erreur. Ne serait-ce qu’un ou deux jours sur le vélo, avec les sacoches et la tente, c’est une activité dont j’ai besoin au moins une fois par an. En août 2020, j’ai passé une dizaine de jours à vélo en Bourgogne avec Johanna et Chris. Nous avons roulé plus de 400 kilomètres entre Auxerre et Santenay : vélo, camping, visites. La moitié du séjour s’est passée en pleine canicule, ce qui n’était pas évident, mais cela valait largement le coup (par exemple, monter à Vézelay pour visiter le village et la basilique !). Ces vacances à vélo sont mon meilleur moment de l’année 2020.

  • Ce sont aussi les promenades dans Lyon de mai à octobre : me balader seul ou accompagné sur les bords de Saône, entre Pierre-Scize et Loyasse, sur la colline de Fourvière ou au parc de la Tête d’Or, partager un pique-nique entre membres de la Cabale de la Quenelle (le groupe Wikimédia local), assister au passage du Tour de France montée des Esses, découvrir la Cressonière de Vaise lors des Journées du patrimoine…

Les réseaux sociaux et autres outils numériques de communication

Je crois que ces outils numériques n’ont jamais mieux porté leur nom que depuis un an. Je ne sais plus où j’ai lu il y a quelques mois (sans doute sur Twitter) que finalement, nous avons en quelque sorte « de la chance » que cette pandémie mondiale soit arrivée en 2020 et pas 20 ou 30 ans plus tôt, car nous disposons aujourd’hui d’une grande facilité pour communiquer à distance avec d’autres personnes, qu’elles soient à l’autre bout du monde ou dans la même ville (mais hors de notre périmètre d’1 kilomètre !). 2020 est l’année où j’ai été le plus présent en ligne et en particulier sur Twitter. Oui, il me faut bien l’admettre : en 2020, je suis devenu complètement accro à Twitter (bon, c’était déjà le cas avant, mais pas à ce point-là !). J’ai bien conscience que j’y passe trop de temps et l’un des objectifs des prochains mois est de réduire un peu ma présence. Mais franchement, tant qu’il y a la pandémie, je pense que c’est une résolution assez vaine. Je préfère retenir tout ce que Twitter m’a apporté de positif depuis plus de 6 ans et particulièrement en cette année 2020. J’ai eu de nombreux échanges publics ou privés sur Twitter ces derniers mois et en quelque sorte, c’est l’un des piliers importants qui m’a maintenu à flot dans les moments difficiles, qui ont été bien plus nombreux que d’ordinaire.  Même chose pour les autres outils numériques : messagerie instantanée (en particulier Whatsapp) qui m’a permis de garder le lien avec un certain nombre de proches. Un soutien mutuel qui a pris diverses formes : conversations très sérieuses ou au contraire légères, blagues/mèmes, messages d’encouragement, débats enflammés sur la gestion de la pandémie par nos gouvernants ou sur l’organisation de l’enseignement supérieur et bien sûr, messages pour fixer l’horaire de la prochaine visio. S’il y a bien un élément qui a pris une place considérable dans nos vies depuis un an, ce sont ces échanges derrière l’écran d’ordinateur ou smartphone, tributaires de la qualité de la connexion internet, des micros et casques/écouteurs. Je retiens tout particulièrement plusieurs types d’échanges en visio en 2020 : fêter les anniversaires en famille chacun chez soi mais connectés ; jouer à des jeux de cartes ou société sur Board Game Arena (faute de sport, nous sommes passés aux parties de belote entre footeux au printemps) ; faire des réunions associatives pour garder une dynamique et un esprit collectif, bien nécessaires en cette période.


Oser parler, avec sincérité : quand ça va et surtout quand ça ne va pas

Les personnes qui me connaissent depuis longtemps savent que je suis d’un naturel timide, discret, voire renfermé (mais j’ai fait beaucoup d’efforts depuis le début de mon doctorat). Personnellement, cette pandémie et tout ce qui va avec depuis mars 2020 m’ont vraiment fait évoluer sur ce point : c’est le plus grand enseignement que j’en tire. Le rapport à la mort, que nous avons tous expérimenté d’une manière ou d’une autre en 2020, est un élément puissant qui fait voir la vie différemment. La solitude subie pendant les confinements m’a aussi donné du temps pour une introspection personnelle, faire le point, réfléchir (je cogite beaucoup, beaucoup trop d’ailleurs !). Lorsque l’on vit une situation comme cette pandémie mondiale et qu’on a le luxe de pouvoir prendre du recul, on se met à repenser un certain nombre de choses, à se demander ce qui est vraiment important pour nous. Pour ma part, j’ai vraiment compris cette année que le lien social, humain compte beaucoup pour moi. C’était le cas avant bien sûr, mais je ne l’exprimais pas forcément aux autres et je considérais ça comme acquis. En étant enfermé tout seul chez moi, sans activité sportive, culturelle, sans moment convivial avec des proches, j’ai réalisé combien tout cela me manquait.

Et aussi comment par timidité, manque de confiance en soi ou normes sociales, on a tendance à se voiler la face, s’enfermer dans sa carapace et cacher aux autres qu’on va mal. Vous savez, le fameux « Comment ça va ? ». Et bien depuis le début de la pandémie, j’ose enfin le dire : « Je ne vais pas bien », « ça va moyen », « je n’en peux plus », « ça va mieux mais c’est pas encore la grande forme »… Si vous me suivez sur Twitter, vous l’avez constaté à plusieurs reprises ces derniers mois : lorsque ça ne va vraiment pas, désormais, j’en parle. Peut-être qu’il ne faudrait pas, peut-être que c’est quelque chose que certaines personnes vont me reprocher un jour. Franchement, à l’heure actuelle, je pense que c’est le meilleur choix pour moi et je l’assume. En tant qu’être humain, c’est juste tout à fait normal d’avoir des hauts et des bas. Et beaucoup plus de bas que de hauts lorsque l’on essaie de traverser tant bien que mal la tempête pandémique, en essayant de tenir jusqu’au retour au calme, sans savoir ce qui nous attend à l’horizon. Au diable les conventions, les normes et la fierté mal placée ! Le premier confinement a été une révélation pour moi sur ce plan. Éloigné physiquement de toutes les personnes que j’apprécie et qui comptent dans ma vie, j’avais besoin de parler tous les jours à quelqu’un pour ne pas couler. Et c’est sans doute en 2020 que j’ai eu les conversations les plus riches avec certains proches, mais aussi avec des personnes que j’avais un peu perdues de vue, avec de nouveaux amis ou avec des gens que je n’ai encore jamais rencontrés en vrai (mais ça viendra !). Moi qui n’aimais pas particulièrement les échanges à distance, je me suis surpris à passer 4 heures au téléphone avec une copine en plein après-midi ou 5 heures en visio avec un copain un soir. J’ai aussi essayé d’être davantage présent pour les autres, peut-être pas toujours de manière adroite, mais c’est déjà ça. C’est ce que je préfère retenir de positif de cette période : cette année aura finalement été très importante dans ma croissance personnelle.


Pour terminer ce billet au ton très personnel et inhabituel, je tiens à remercier vivement toutes les personnes qui m’ont aidé, conseillé, soutenu au cours de l’année 2020, qu’il s’agisse de mes proches, ma famille, mes amies et amis, mes copines et copains, mes collègues, mes potes du foot en salle et les nombreuses personnes avec qui j’ai pu interagir en ligne au cours de cette année, sur Twitter par exemple. Je ne les nomme pas, mais chacune et chacun se reconnaîtra. Je retiens notamment les messages de soutien et d’encouragement qui m’ont permis de tenir dans les moments les plus difficiles, lorsque j’étais à deux doigts de tout arrêter.

Merci à vous.


Billet suivant ⇒ Mon bilan 2020 (3) : abécédaire

Billet précédent ⇒ Mon bilan 2020 (1) : récit d’une année chamboulée


Je remercie vivement Noémie et Perrine d’avoir relu ce billet, ainsi que les autres personnes avec qui j’ai échangé sur mon bilan 2020.


Image de une (rognée et inversée) : « Energy Sculpture: Station Clock of the Zwolle Central Station in the Netherlands », par Arjan Richter (licence CC BY 2.0).


Citer ce billet : Damien Petermann, "Mon bilan 2020 (2) : négatif / positif", L'image de Lyon [carnet de recherche], 28 avril 2021.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/2272 (consulté le 22 septembre 2021)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.