Mon bilan 2020 (1) : récit d’une année chamboulée

D’ordinaire, il est de coutume de faire des bilans annuels en janvier. Si je publie seulement le mien aujourd’hui, après déjà plus d’une année de pandémie, c’est parce que j’accuse du retard dans mes différentes tâches. Je n’ai pas vu passer les trois premiers mois de 2021, tout va trop vite et la situation sanitaire générale ne s’améliore pas. Pourtant, il m’est paru vraiment nécessaire de dresser un bilan de mon année 2020 pour faire le point, prendre du recul et aussi garder une trace écrite de la période « extraordinaire » que nous vivons depuis un an.

Comme j’avais beaucoup de choses à écrire, j’ai scindé ce bilan 2020 en plusieurs billets :


Avertissement : Ce billet contient certains passages qui peuvent être très/trop difficiles à lire pour certaines personnes qui ont vécu une expérience douloureuse ces derniers mois. Dans les trois premiers billets, je raconte mon vécu personnel de cette année 2020 très particulière. Il s’agit de mes souvenirs, mes émotions, mes difficultés, mon ressenti, ce que je retiens de négatif et de positif. Peut-être que certaines choses vous parleront, d’autres moins ou pas du tout. Au moment de faire mon bilan 2020, je me suis demandé si un tel contenu avait sa place sur mon carnet de recherche Hypothèses. Puis, après avoir réfléchi et échangé avec quelques personnes, j’ai jugé que c’était le cas : après tout, cet espace est aussi mon carnet de doctorant. Je choisis donc de partager un certain nombre de choses avec les personnes qui me lisent. J’aurais pu me contenter de vous parler uniquement de ma thèse et de mon blog, mais pour moi, occulter ce que j’ai vécu en 2020 n’aurait pas eu beaucoup de sens. Si vous n’êtes pas intéressé par ce bilan personnel, pas de problème, je vous conseille alors de ne lire que les 3 derniers billets, ceux consacrés à ma thèse, mes recherches et mon blog.


Note 1 : Dans ces billets, j’utilise le masculin pluriel pour désigner collectivement les femmes et les hommes (par exemple : « amis » signifie « amies et amis »).

Note 2 : Ce billet a été écrit entre décembre 2020 et fin mars 2021.

La flèche [↵] vous permet de revenir ici, au début du texte. Tous les autres liens cliquables présents dans ce billet s’ouvrent dans un nouvel onglet.


2020, quelle année étrange… [↵] 

Par où commencer ? Tout d’abord, ma première impression sur l’année écoulée concerne le temps, avec un drôle de paradoxe : Pourquoi le temps passe-t-il si bizarrement depuis un an ? Les douze mois de 2020 (et les trois premiers de 2021) sont passés si vite ! Comme un film en accéléré. Et « en même temps », à de nombreuses reprises, j’ai trouvé le temps long, très long : en particulier lorsque j’étais confiné au printemps 2020. Nous aimerions tous que cette pandémie se termine enfin, car trop d’activités sont devenues impossibles depuis plusieurs mois. Pourtant, lorsqu’on se retourne sur les 12/15 derniers mois, je trouve que ce qui frappe vraiment, c’est la distance temporelle à certains événements, qui nous paraissent lointains et proches à la fois : le premier confinement, le déconfinement du 11 mai, les vacances estivales, la rentrée de septembre, le deuxième confinement, les fêtes de fin d’année…

Pour moi, le bilan global de 2020 est dans l’ensemble extrêmement négatif, ce n’est pas une surprise. À ce stade, je peux l’écrire : 2020 était la pire année de ma vie. Il faut dire qu’avant même le premier confinement, elle avait déjà mal commencé. J’avais terminé 2019 en étant très fatigué par mon activité d’enseignement (faute d’avoir vraiment pris des vacances pendant l’été précédent, entre ma première et ma deuxième année d’ATER en géographie-aménagement). Pendant les fêtes de fin d’année 2019, j’ai attrapé une sorte de grosse bronchite qui a duré pratiquement tout le mois de janvier 2020 et m’a encore davantage épuisé, avec par moments des difficultés à respirer (d’ailleurs, était-ce juste une bronchite ? 🤔).  J’ai quand même pu assurer mes cours presque normalement malgré la toux, mais la fatigue était très présente. Février 2020 est aussi passé très vite : les semaines se sont enchaînées sans que je ne parvienne vraiment à reprendre des forces. J’ai cependant réussi à aller visiter deux expositions à Lyon et à continuer mon activité sportive hebdomadaire (foot en salle dans une MJC). La semaine de congés d’hiver (début mars) m’a vraiment permis de souffler. C’est donc en meilleure forme que je suis revenu faire cours le 9 mars à l’université Jean Moulin Lyon 3 : le semestre pair était déjà bien avancé, il ne restait plus qu’un mois de travaux dirigés pour les matières que j’enseignais en licence 1.

Vous connaissez la suite : le jeudi 12 mars au soir, le président Macron a annoncé la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées et universités à partir du lundi suivant. Le lendemain, vendredi 13 mars, j’ai assuré deux TD de licence 1 dans une ambiance très étrange. J’étais alors bien incapable d’apporter des réponses précises aux étudiants qui m’interrogeaient sur la poursuite des cours : « comment vont se passer les prochaines semaines ? », « comment va-t-on faire pour les évaluations ? »… Ce jour-là, j’ai profité de mon après-midi pour retourner voir en coup de vent l’exposition sur Tony Garnier aux archives municipales de Lyon. J’ai bien fait, car je ne le savais pas encore à ce moment-là, mais c’était ma dernière sortie culturelle avant très longtemps. Après cette visite, j’ai eu l’occasion de discuter longuement avec une copine et pour terminer ce vendredi, j’ai passé la soirée avec un copain historien, autour d’un verre et d’un burger. Le samedi 14 mars, comme tout le monde, j’ai appris en fin de journée que les bars et restaurants devaient fermer à minuit, pour une durée indéterminée. Et le lundi 16 mars, le président a annoncé le confinement national, à compter du lendemain, « pour quinze jours au moins »


Journal de confinement [↵] 

Dès le premier jour du confinement, j’ai décidé de tenir un journal quotidien (sous forme numérique). Mon objectif principal était d’essayer de trouver un rythme et de ne pas trop perdre la notion du temps. Il y avait aussi l’idée de compter les jours de confinement, pour voir jusqu’à quand celui-ci allait durer (probablement davantage que les deux semaines annoncées…). Depuis le 17 mars 2020, j’ai donc rempli successivement plusieurs documents :

  • Journal du confinement – renommé en Journal du confinement 1 par la suite…
  • Journal du déconfinement – renommé en « déconfinement 1 »
  • Journal du confinement 2
  • Journal du déconfinement 2
  • et désormais, depuis le 27 mars 2021, c’est au tour du Journal du confinement 3

C’est donc cet événement complètement exceptionnel qui m’a poussé à tenir un journal de mes activités, échecs, réussites, contacts… Voilà une bonne habitude de prise grâce à la pandémie ! Très honnêtement, je ne sais pas combien de temps elle va durer, mais je me suis rendu compte que prendre 5 minutes à la fin de la journée pour noter ces éléments, c’était en soi assez simple et finalement, cela me sert beaucoup. Gros avantage, ce journal permet de retrouver/se remémorer facilement à la fois des informations factuelles (ah c’est ce jour-là que j’ai vu telle personne, que j’ai lu tel texte, que j’ai twitté sur tel sujet, que j’ai eu telle idée…), mais aussi des souvenirs de cette année très étrange.


(Premier) confinement : le ciel nous est tombé sur la tête [↵] 

Le confinement qui a duré du 17 mars au 11 mai 2020 a été une période très difficile à vivre sur le plan personnel. J’avais twitté le 15 mars ce qui m’inquiétait le plus :

Je me connais suffisamment pour savoir que ce sujet n’était pas à prendre à la légère, et pourtant, avec le recul, je fais le constat que j’ai hyper mal géré ces deux mois de confinement, mais j’ai désormais compris pourquoi. Le premier élément tient au contexte national. L’annonce brutale du 16 mars nous a tous obligés à décider en quelques heures quel serait notre lieu de confinement pour les 2 semaines suivantes ! Dans mon cas, étant donné que je vis seul dans un petit appartement en ville, sans balcon ni accès à aucun espace vert, j’ai hésité à aller me confiner chez mes parents qui habitent à une trentaine de kilomètres de Lyon (dans une maison avec jardin). Finalement, j’ai décidé de rester chez moi pour deux raisons. Premièrement, pour ne pas risquer de contaminer mes parents, d’autant plus que je venais de passer une semaine entière à l’université, donc au contact de personnes potentiellement porteuses du virus. Deuxièmement, car j’avais chez moi de nombreuses copies à corriger et plein de documents pour ma thèse : il m’a paru plus pratique de rester sur place et d’avoir sous la main tout ce dont j’avais besoin.

Ce qui a dominé dans les premières semaines, c’est la difficulté à réaliser ce qui nous arrivait collectivement. Stupeur. J’étais comme tétanisé par cette situation exceptionnelle, ne sachant pas sur quel pied danser, comment m’organiser pour les semaines à venir. C’était un peu comme si le temps s’était arrêté : impossible de savoir ce qui allait se passer le lendemain, dans 10 jours ou en avril. Incertitude. Je me suis laissé totalement embarquer par la communication très anxiogène du gouvernement français : tout seul chez moi, j’étais quasiment en permanence accroché aux infos, via internet ou la radio. Tous les soirs, le décompte macabre. Angoisse. Et ces attestations qui sont devenus notre quotidien depuis mars 2020, sous une forme plus ou moins contraignante. La mesure que j’ai trouvé la plus dure et injuste, c’est cette restriction spatiale, le périmètre d’1 kilomètre, car dans mon cas, je ne pouvais accéder ni aux cours d’eau lyonnais, ni à de la verdure. Chaque jour, entre quatre murs. Sentiment d’oppression.

L’autre élément qui m’a également beaucoup pesé, c’est l’activité d’enseignement à l’université : mes 2 TD de licence 1 qui auraient dû s’achever fin mars/début avril m’ont finalement occupé pendant les 2 mois du confinement (je vous en parlerai bientôt dans un autre billet). Côté thèse, j’ai essayé d’avancer un peu, mais je n’avais franchement pas l’esprit léger et le cœur à ça. J’ai quand même consacré un peu de temps à la valorisation d’une partie de mes recherches : j’en parle dans le billet consacré à ma thèse (à venir).

Il y a eu aussi le mirage que cette pause forcée allait permettre d’enfin prendre son temps : comme nous étions coincés chez nous, sans pouvoir travailler dans des conditions normales ni voir d’autres personnes, autant en profiter pour faire d’autres choses ! De mon côté, je me suis lancé dans la création d’un GIF animé à partir d’une estampe ancienne, afin d’occuper un peu mes soirées de manière ludique et créative, tout en écoutant de la musique. Les premiers jours, je respectais scrupuleusement la consigne de ne sortir que pour une raison essentielle : faire mes courses alimentaires ou marcher quelques minutes à l’extérieur. Mais au bout de deux semaines, je n’en pouvais plus de tourner en rond chez moi et le sport me manquait. Je me suis donc mis à aller courir presque tous les jours : cela tombait bien, la météo était favorable. En l’absence de ma séance de foot du mardi et des sorties vélo et à cause de la posture assise toute la journée, j’avais surtout besoin de bouger physiquement, de me dégourdir les jambes et capter un peu de vitamine D/soleil. Mais dans l’ensemble, je me suis mis beaucoup trop de pression sur le plan personnel : au lieu de consacrer une partie du temps disponible à des activités qui me plaisent et me détendent, comme lire, jouer, cuisiner, regarder une série ou un film, je me suis au contraire enfermé dans une bulle angoissante, suivant au jour le jour l’évolution de la pandémie et les informations nationales. Ma santé globale s’est dégradée, sur le plan psychologique et physique. Heureusement, il y a eu les appels et visios avec d’autres personnes (famille, amis, collègues doctorants/chercheurs, camarades d’associations, copains du foot en salle…) : ils m’ont permis de ne pas sombrer et de passer quelques moments plus légers.

Je tire de ce premier confinement un bilan fort négatif : 4 kilos perdus en 2 mois, une anxiété qui crève le plafond, un énorme sentiment de solitude, un rythme complètement décalé (notamment pour le sommeil) et un profond désespoir.


Déconfinement : délivrance et insouciance [↵] 

C’est avec joie que j’ai accueilli l’annonce du déconfinement, car j’étais pressé de pouvoir retrouver l’extérieur (sans attestation !). Je me souviens bien du lundi 11 mai 2020 : j’ai passé une bonne partie de l’après-midi dans mon arrondissement, à essayer de trouver quelques masques à acheter (ce qui n’était pas simple). J’ai profité du mois de mai pour essayer de rattraper le temps perdu : voir des amis, passer quelques jours chez mes parents et faire de longues sorties à vélo dans la campagne environnante. Côté recherche doctorale, j’ai continué à valoriser mes travaux sur mon blog Hypothèses et j’ai déposé un deuxième texte dans l’archive ouverte HAL.

En juin, j’ai enfin pu revenir à l’université, pour travailler dans mon bureau. C’était encore assez compliqué car il fallait réserver une semaine à l’avance en indiquant des créneaux précis… Cela m’a fait du bien de pouvoir changer de lieu de travail, après 2 mois et demi coincé dans mon appartement. En revanche, pour la convivialité, ce n’était pas encore ça. L’ambiance dans les bâtiments de l’université était vraiment étrange et triste, car il n’y avait presque personne : lorsque j’arrivais, la seule personne que je voyais était celle en poste à l’accueil du bâtiment. J’allais dans mon bureau, je travaillais et puis je repartais le soir. Une impression de ville-fantôme dans ce lieu qui est si fourmillant en temps normal !

Sur le plan psychologique, c’était encore difficile : fatigue, problèmes de sommeil, anxiété car les restrictions sanitaires étaient encore présentes (pas de sport collectif par exemple). Heureusement, j’ai pu refaire une seule et unique séance de foot en salle fin juin, c’était super mais nous avons pu constater les effets physiques que produit une coupure de plusieurs mois ! En ce début d’été, la vie commençait à reprendre un cours un peu plus normal. La solitude a continué à me peser, j’avais besoin de voir des gens « en vrai ». C’était différent du premier confinement, car il y avait aussi une forme de « violence » de la ville : bruit, chaleur, circulation… Je sais que certaines personnes ont moins bien vécu le déconfinement que le confinement, car évidemment le risque de contamination était toujours là. Avec le recul, je me dis que nous avons été pour la plupart (et nos dirigeants en premier lieu) bien insouciants, voire inconscients par moment. Je ne vais pas mentir, je n’ai pas scrupuleusement respecté les gestes barrières en permanence, notamment quand j’étais dans un parc avec des amis. Cela ne me semblait pas possible, nous avions besoin de nous retrouver en extérieur, de passer du temps ensemble – tout en essayant de mesurer les risques.

Le mois de juillet a été studieux, j’ai travaillé sur ma thèse la semaine tout en ménageant des moments de convivialité dehors avec des amis ou en famille. En août, j’ai enfin pu profiter de vraies vacances à vélo avec des amis. Puis je suis revenu quelques jours à Lyon, avant de partir pour la Bretagne où j’ai passé deux semaines chez mon oncle et ma tante. Ils m’ont bien aidé à avancer sur ma thèse. Mon mois de septembre a surtout été consacré à des démarches administratives : réinscription en doctorat, inscription à Pôle Emploi, puis la question de la prolongation (surprise !) de mon contrat d’ATER qui a complètement bouleversé mon calendrier car je ne m’y attendais pas du tout. J’ai fait un constat assez clair en septembre : j’avais énormément de difficultés à avancer sur ma thèse en restant chez moi à Lyon, car il y avait trop de négativité : mon appartement dans lequel je me sentais encore assez mal à l’aise (à cause du premier confinement), une anxiété qui était toujours assez forte, le rythme de la ville. C’est bien simple, les meilleurs moments sont ceux que j’ai passés en dehors de Lyon.

En octobre, j’ai donc décidé de quitter Lyon à nouveau. Je suis allé vivre deux semaines chez mes parents, avec ma sœur. J’avais vraiment besoin de changer de lieu pour avancer plus efficacement sur ma thèse. Cela m’a fait du bien et a en partie fonctionné, jusqu’à la dernière semaine d’octobre et l’annonce du reconfinement qui a une nouvelle fois chamboulé tout mon programme…


Le deuxième confinement : en hibernation [↵] 

Je passerai plus rapidement sur le deuxième confinement. J’étais très énervé de devoir revenir à Lyon plus tôt que prévu pour être à nouveau enfermé chez moi. Mais finalement, j’ai mieux vécu ce deuxième confinement que le premier, ce qui m’a étonné (d’autant que pour la majorité des Français, c’est l’inverse). Pendant ce mois et demi cloîtré chez moi, mon activité principale a été d’assurer quelques séances d’un TD de licence 2 et d’avancer sur ma thèse. Comme chaque année en cette période automnale, je n’avais pas vraiment envie de sortir dehors : j’étais donc bien content de rester au chaud. Contrairement au printemps 2020, j’ai réussi à prendre davantage de temps pour moi cette fois-ci, en me plongeant dans quelques séries, podcasts, émissions, diffusion de matchs… qui m’ont permis de m’aérer l’esprit. Je me suis aussi occupé de ma santé mentale et physique, par exemple en reprenant des séances de kiné : très bon choix, qui m’a permis d’avoir un contact humain au moins deux fois par semaine. Par curiosité personnelle et aussi pour mon cours, j’ai suivi de près l’actualité des élections présidentielles américaines : c’était parfait, je n’étais plus focalisé uniquement sur la situation en France. Et puis j’ai continué ma veille pour les billets « Vaut le détour », répertoriant plein de projets intéressants.

Cependant, j’ai quand même deux remarques personnelles à faire sur ce deuxième confinement : très clairement, il était à géométrie variable, avec des situations fort diverses, entre les personnes assignées à domicile (en télétravail ou sans activité) et celles qui ont continué à aller travailler sur site tous les jours ou quelques jours par semaine. Mon sentiment personnel est assez partagé : d’un côté, je comprends celles qui étaient soulagées de pouvoir continuer à se rendre au travail, car elles avaient besoin de sortir de chez elles pour garder un bon moral. De l’autre, j’ai trouvé l’écart entre les différentes situations assez injuste : tout le monde n’a pas eu le choix et certains employeurs – y compris dans le public – n’ont pas vraiment joué le jeu de réduire les déplacements non essentiels de leurs employés ou agents. Et puis le grand changement par rapport au premier confinement, c’est qu’il n’y a eu aucune pause collective : au contraire, le rythme effréné s’est poursuivi dans de nombreux domaines. Comme si tout était normal.


Décembre déconfiné, étranges fêtes de fin d’année [↵] 

En décembre, j’ai terminé mon cours de licence et j’ai commencé la correction des rendus numériques que les étudiants m’avaient transmis. Comme beaucoup de monde, j’attendais avec impatience le déconfinement du 15 décembre, qui devait s’accompagner de la réouverture des musées… On l’attend toujours. Cette semaine avant les vacances est passée vite, sans grand changement finalement : encore des visios, des échanges par mail et des copies à corriger. J’ai assisté avec grand plaisir à la soutenance de thèse d’une copine, ce qui m’a redonné de la confiance. Et j’ai pu aller me promener le samedi et le dimanche avec des copines, profiter à nouveau de la nature et de la ville, cela faisait du bien.

En revanche, mes vacances ont été bien ternes : j’ai passé les fêtes de Noël chez mes parents, nous étions quatre avec ma petite sœur. J’avais fait un test antigénique avant de m’y rendre, nous avons bien respecté les consignes sanitaires, mais c’était vraiment triste de ne pas voir les autres membres de la famille. En plus, j’ai passé une grande partie des vacances à finir de corriger les rendus des étudiants, ce qui n’est jamais très plaisant (mais le lot de nombreux enseignants et je n’ai pas à me plaindre par rapport à d’autres). Je suis rentré à Lyon et j’ai préféré rester seul chez moi le soir du 31 décembre, pour ne pas prendre de risque inutile. Finalement, vivre le passage en 2021 en regardant quelques épisodes d’une bonne série de science-fiction, au calme, ce n’était pas si mal pour une fois. Ah, tourner enfin la page de cette mauvaise année 2020, c’était bien, à ce moment-là…

Billet suivant ⇒ Mon bilan 2020 (2) : négatif / positif


Je remercie vivement Noémie et Perrine d’avoir relu ce billet, ainsi que les autres personnes avec qui j’ai échangé sur mon bilan 2020.


Image de une (rognée) : Thomas Rowlandson, The dance of death: skaters, 1816, aquatinte, Wellcome Collection (licence CC BY 4.0). [Domaine public]


Citer ce billet : Damien Petermann, "Mon bilan 2020 (1) : récit d’une année chamboulée", L'image de Lyon [carnet de recherche], 28 avril 2021.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/2263 (consulté le 22 septembre 2021)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.