Vaut le détour #8 – avril 2021

Mieux vaut tard que jamais.

Ce proverbe peut s’appliquer à un certain nombre de choses dans ma vie personnelle et professionnelle, en particulier ma thèse. Cette fois-ci, c’est au sujet de mes billets de veille mensuelle « Vaut le détour » qu’il convient de l’utiliser. Comme vous l’aurez sans doute remarqué, je n’ai pas publié de billets en mai et juin 2021. J’ai eu beaucoup de mal à gérer cette période, surtout depuis mon anniversaire mi-mai : manque de motivation, fatigue, retard accumulé dans le travail de thèse… J’avais pourtant bien fait la veille du mois d’avril en temps voulu et commencé à écrire ce billet, puis j’ai décroché début mai et ce n’est que fin juin-début juillet que j’ai réussi à remettre le nez dedans. Je tiens à publier chaque billet « Vaut le détour », même avec beaucoup de retard : mon objectif principal n’est pas de parvenir à respecter à tout prix un calendrier régulier de publications, mais ce qui compte avant tout, c’est de garder la trace de ces informations intéressantes et les partager avec vous.

Le mois d’avril 2021 a été marqué par un troisième (et dernier ?) confinement en France hexagonale. Un an après le premier, force est de constater que la situation ne s’est pas beaucoup améliorée depuis le début de l’année. Personnellement, ce mois d’avril m’a donné l’impression qu’on était revenu au même point qu’en avril 2020, avec autant – si ce n’est plus – d’incertitudes et encore moins d’optimisme qu’avant. Autour de moi, chez mes proches, j’ai surtout vu dominer la fatigue et la lassitude de cette situation de crise sanitaire qui dure.

À l’étranger, l’actualité a été marquée par l’incendie de Table Moutain à Cape Town (Afrique du Sud), qui a notamment détruit en grande partie la bibliothèque universitaire et ses collections exceptionnelles. Après les incendies du musée national de Rio de Janeiro en 2018 et de la cathédrale Notre-Dame de Paris en 2019, cet événement tragique montre une nouvelle fois l’importance de la numérisation des collections, pour qu’en cas de telle catastrophe, ce patrimoine ne soit pas totalement perdu. Bien sûr, il ne s’agit pas de dire que des scans 3D ou des photographies peuvent remplacer totalement des manuscrits, tableaux ou objets anciens. Mais au moins, une politique sérieuse de numérisation et préservation numérique doit permettre de garder des traces (certes incomplètes) de ce patrimoine pour pouvoir l’étudier et le valoriser, sans qu’il ne tombe à jamais dans l’oubli.

Sans plus tarder, voici ma sélection « Vaut le détour » pour le mois d’avril 2021. Bonne lecture !


Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder directement aux rubriques. La flèche [↵] vous permet de revenir ici, au plan du billet.

Tous les autres liens cliquables présents dans ce billet s’ouvrent dans un nouvel onglet.


Informations lyonnaises [↵]


Géovisualisation / Cartographie [↵]

  • Atlas historique de la gendarmerie – Créé par Thomas Fressin (docteur en histoire moderne et officier supérieur de gendarmerie), cet « outil de médiation culturelle et scientifique » se présente sous la forme d’une carte de France interactive qui permet d’accéder à des informations historiques sur les unités de la maréchaussée et de la gendarmerie depuis le XVIIIe siècle, La page de présentation du projet indique d’ailleurs que plusieurs objectifs sont visés : l’identification précise des unités de gendarmerie à travers le temps (grâce à l’étude de diverses sources), la spatialisation de ces informations historiques et la compatibilité avec les données d’autres outils numériques comme Mémoire des Hommes.
    #géovisualisation #histoire #France
  • Google Earth Timelapse – En avril, Google a inauguré une nouvelle fonctionnalité de Google Earth qui permet de suivre l’évolution d’un espace du globe terrestre sur plusieurs décennies, grâce aux photos satellites prises depuis 1984. L’outil se présente sous la forme d’une vue temporelle animée, qui peut être lancée et mise en pause. Sur la page officielle, Google présente plusieurs cas intéressants : la fonte d’un glacier en Alaska, la déforestation à Madagascar, au Brésil et en Bolivie, la construction de grands équipements (pont, aéroport), la croissance urbaine en Asie et à Las Vegas…
    #géovisualisation #Google

Patrimoine numérisé [↵]


Médiation numérique / Réutilisations créatives du patrimoine [↵]


À écouter / À voir [↵]

  • Nuit de la géographie 2021 – Coordonné par La Géothèque en partenariat avec l’École Urbaine de Lyon, Pop’Sciences et CartONG, l’événement lyonnais a eu lieu en ligne cette année. Les deux tables rondes « Géographe un jour, géographe toujours ?» et « L’hospitalité au cœur du tourisme réinventé » sont à voir sur Youtube (durée totale : 3 h 3 min).
    #géographie #tourisme #vulgarisation
  • Faire l’histoire (Arte) – Cette nouvelle émission présentée par Patrick Boucheron raconte l’histoire par le prisme des objets (magazine hebdomadaire, durée des épisodes : 18 minutes).
    #histoire #Lyon
  • Vulgariser a des vertus insoupçonnées – Table ronde organisée le 27 avril sur la chaîne Twitch de DassaJu (Julien Dassa-Terrier) dans le cadre de l’événement Générations Sorciers. Intervenants : Élodie Chabrol (Pint of Science), Hycarius (Histoire Appliquée), Mathilde (Bien dans ma Thèse), Amaury Carrade (Zeste de Savoir) et Sabine Quindou de C’est pas Sorcier (vidéo, durée : 3 h 22 min).
    #vulgarisation #science

Lectures / Publications [↵]

On peut compléter cette liste avec la veille de Géoconfluences : Parutions récentes en géographie (mars-avril 2021).

Je partage aussi d’autres textes/documents publiés sur le web en avril 2021 :

  • Anne-Laure Donzel, Réutilisation des archives publiques : un trésor toujours trop bien gardé. Ce texte propose un premier état des lieux des conditions de réutilisations des données et images produites par les services d’archives départementales en France. Il montre que « les archives ont encore du chemin à parcourir pour être totalement OpenGLAM » et qu’actuellement, la plupart de ces institutions maintiennent des restrictions à la réutilisation effective (filigranes, impossibilité de télécharger, licences commerciales avec redevance…).
    #archives #OpenGLAM #numérisation
  • Éditathon Femmes et Sciences 2021 : une édition exceptionnelle – Sur le site web d’Échosciences Grenoble, Marion Sabourdy livre un retour d’expérience sur l’éditathon qui s’est tenu en ligne en mars 2021. Pendant 4 jours, 47 personnes ont participé en créant, améliorant ou traduisant 65 pages Wikipédia portant sur des femmes scientifiques représentant diverses disciplines (en particulier dans les domaines de l’intelligence artificielle et des sciences de la Terre, les deux grands axes de cet événement).
    #Wikipédia #femmes #science

Focus sur [↵]

Equal Street Name (via Les Artisans Cartographes) – Ce projet utilise les données ouvertes pour montrer la répartition des noms de rues attribuées à des femmes, à des hommes ou à des noms communs. Pour l’instant, 34 villes dans le monde sont concernées (dont 32 en Europe et seulement une en France : Saint-Brieuc !). Le projet a débuté en mars 2020 à Bruxelles. Il est coordonné par Open Knowledge Belgium avec le soutien d’OpenStreetMap Belgium et Wikimedia Belgium.
#ville #femmes #géovisualisation #open data


Image de une  : Johann Gabriel Doppelmayr, Globe terrestre, 1728, Jagiellonian University Museum Collegium Maius,  4119; 119/V. Modèle 3D disponible en licence CC0 Public domain sur Sketchfab.


Citer ce billet : Damien Petermann, "Vaut le détour #8 – avril 2021", L'image de Lyon [carnet de recherche], 16 juillet 2021.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/2260 (consulté le 22 septembre 2021)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.