GIF IT UP, remixer les collections patrimoniales en créant des GIF animés

Comme chaque année, le mois d’octobre est celui du concours international GIF IT UP. Pour ma part, c’est la quatrième fois consécutive que j’y participe. C’est toujours un réel plaisir d’essayer de trouver des idées créatives puis de les mettre en application à travers la création de GIF animés.

Dans ce billet, je vous présente rapidement l’esprit et le règlement actuel de ce concours. J’essaie aussi de vous donner quelques conseils utiles pour vous lancer dans la création de GIF animés du domaine public.

Ce billet est illustré de quelques GIF réalisés par des participants à #GIFITUP ces dernières années (avec bien évidemment attribution et lien vers la source).


Cliquer sur les liens ci-dessous pour accéder directement aux rubriquesLa flèche [↵] vous permet de revenir ici, au plan du billet. 

Tous les autres liens cliquables présents dans ce billet s’ouvrent dans un nouvel onglet.


GIF IT UP, qu’est-ce que c’est ? [↵] 

GIF IT UP est un concours annuel international, qui se déroule du 1er au 31 octobre, depuis 2013. Il est porté par la plateforme numérique Europeana (qui regroupe des collections de divers GLAM en Europe) et plusieurs autres portails web patrimoniaux dans le monde y participent également :

et deux nouveaux les ont rejoints pour l’édition 2020 :

    • Japan Search : collections du Japon 
    • DAG Museums : collections de plusieurs musées indiens (Delhi, Varanasi, Kolkata)1.

On remarquera qu’à l’heure actuelle, peu de collections françaises sont réutilisables pour ce concours. Il existe dans Europeana des images de plusieurs GLAM français (dont la BNF), mais elles sont peu nombreuses en comparaison avec certaines collections étrangères. J’espère que dans les années à venir les collections ouvertes #OpenGLAM en France comme celles du musée de Bretagne, du musée Saint-Raymond de Toulouse, du musée d’art et d’histoire de Saint-Brieuc ou encore de Paris Musées pourront participer pleinement à GIF IT UP !

Sikhs fighting - Roland Zsigmond
Roland Zsigmond (Arad, Roumanie), l’un des deux gagnants du grand prix de GIF IT UP 2019.

GIF IT UP se place explicitement dans un esprit d’accès ouvert et réutilisation libre des contenus culturels : le concours invite à découvrir la richesse des collections patrimoniales qui sont dans le domaine public ou sous licence libre/ouverte. La très grande majorité de ces images peuvent donc être modifiées et réutilisées sans autre restriction que de citer correctement la source (attribution).

Le principe du concours est extrêmement simple : créer un GIF animé, c’est-à-dire une animation image par image à partir d’une ou plusieurs œuvres patrimoniales numérisées. Pour en savoir plus sur le format GIF, je vous renvoie à sa page Wikipedia : Graphics Interchange Format.

Annija Drungila - Taurini
Annija Drungila (Liepaja, Lettonie), participation à GIF IT UP 2018.

GIF IT UP est soutenu par le site web GIPHY (les GIF participant au concours y sont d’ailleurs ajoutés, sur le compte GIF IT UP). Vous pouvez aussi voir la galerie des GIF soumis les années précédentes sur le site web de GIF IT UP : 2019, 2018 (cliquer sur chaque image pour afficher le GIF en taille réelle). 

En 2020, il y a deux catégories spéciales dans ce concours :


Règlement (valable pour l’édition 2020) [↵]

Il est nécessaire de respecter plusieurs règles pour participer au concours GIF IT UP (disponibles ici en anglais, je les traduis/commente ci-dessous).

  • Le GIF doit contenir au moins un élément provenant d’une image présente dans l’une des plateformes numériques partenaires : Europeana, DPLA, DigitalNZ, Trove, Japan Search, DAG Museums. Cela signifie que vous pouvez soit utiliser une seule image, soit créer un GIF composé d’éléments extraits de plusieurs images différentes. 
  • Le GIF doit uniquement contenir des éléments qui ne posent pas de problèmes de droit d’auteur/réutilisation. Vous pouvez donc inclure dans votre animation des éléments d’institutions patrimoniales qui ne participent pas à GIF IT UP (à condition de respecter la première règle et qu’il s’agisse de collections ouvertes #OpenGLAM). Je vous en reparle plus loin dans ce billet. Vous ne pouvez pas utiliser des documents qui sont protégés par le droit d’auteur (pas encore dans le domaine public) ou qui possèdent des conditions de réutilisation trop restrictives2.
  • Il faut indiquer la source du GIF, en mentionnant l’URL de la page de la ressource que vous avez remixée (si vous avez utilisé plusieurs images, indiquer plusieurs URL).
  • Attention : « les organisateurs se réservent le droit de disqualifier les créations qui enfreignent les droits de propriété intellectuelle de tiers, qui contiennent un langage/des images offensants ou obscènes, du matériel confidentiel ou portant atteinte à la vie privée ou qui enfreignent les droits de toute autre personne. »
  • Le fichier numérique ne doit pas peser plus de 2 Mo (il n’y a plus de restriction de taille en pixels pour la largeur/la hauteur, mais attention : plus l’image est grande, plus le fichier numérique exporté sera lourd. Le poids final du fichier dépend bien sûr du nombre d’images composant l’animation). 
  • Chaque personne peut soumettre 3 GIF maximum. Pour participer, il faut transmettre le fichier numérique en utilisant le formulaire dédié, entre le 1er et le 31 octobre. Il vous sera notamment demandé votre nom, votre localisation (ville et pays), votre adresse e-mail, l’URL de la ressource utilisée et quelques informations descriptives sur votre GIF. Si vous le postez sur les réseaux sociaux, n’oubliez pas d’utiliser le hashtag #GIFITUP2020. 
  • En participant, vous acceptez que votre GIF soit publié sur le site du concours aux côtés des autres créations et que les plateformes participant à GIF IT UP puissent le réutiliser sur d’autres canaux (comme les réseaux sociaux) à des fins promotionnelles et éditoriales. Votre GIF sera placé sous licence Creative Commons (CC-BY ou CC-BY-SA). Les GIF soumis sont jugés par un jury externe et impartial, qui désigne les gagnants. Il y a plusieurs prix à remporter, dont un « choix du public ».
  • Lors de la création du GIF, vous êtes fortement encouragé à prendre en compte les personnes malvoyantes. Il est recommandé d’ajouter dans les métadonnées du fichier une description textuelle de l’animation et de faire en sorte que le GIF ne défile pas trop vite. 
Ilona Serbulenko
Ilona Serbulenko (Odessa, Ukraine), participation à GIF IT UP 2018.

Quelques conseils pratiques pour créer un GIF animé [↵]

Personnellement, je n’ai pas de formation en création graphique3 et je suis presque totalement autodidacte sur ce sujet : je me considère donc encore comme un « débutant en progrès » en termes de création de GIF animés à partir du domaine public (mais cela devrait changer dans les prochains mois !). Cela signifie que c’est vraiment à la portée de nombreuses personnes, même si vous n’avez pas de compétences particulières en retouche d’image, dessin numérique, animation 2D…

  • Si vous êtes débutant, le mieux est de commencer par un GIF simple et pas trop ambitieux : par exemple, faire bouger le bras d’un personnage dans une enluminure médiévale, ajouter un effet visuel à une photographie ancienne ou un tableau. Cela vous permettra de vous familiariser avec l’animation 2D image par image et les principales fonctionnalités des logiciels qui permettent de créer un GIF. Vous pouvez aussi construire une animation à partir d’images stéréoscopiques (c’est vraiment très simple !).
  • Ne pas sous-estimer le temps nécessaire à la création d’un GIF. D’après mon expérience personnelle, on peut facilement y passer de nombreuses heures sans même s’en rendre compte, surtout si l’on intègre l’étape de recherche/flânerie dans les collections patrimoniales numérisées. On se prend vite au jeu !
  • Lorsque vous recherchez des images sur les portails web patrimoniaux participant à GIF IT UP, il faut s’assurer que les images sont librement réutilisables. Pour cela, le plus pratique est d’utiliser les filtres « Open access » s’ils existent. C’est par exemple le cas dans Europeana (Puis-je l’utiliser ?), dans Japan Search (Rights Type) et dans Trove (Rights). 
Europeana - Filtre open access
Europeana – Filtre open access

Je ne peux pas entrer dans le détail du droit d’auteur dans ce billet, mais sachez que ce qui est dans le domaine public aux États-Unis ou en Australie ne l’est pas forcément en France, et vice-versa. 

Dans tous les cas, avant de télécharger une image et de commencer à en faire un GIF, je vous conseille de bien vérifier si elle est éligible au concours (domaine public/licence libre). Dans ces portails web, cette information est en général indiquée assez clairement au sein de la notice de l’œuvre. Pour s’assurer que l’image est dans le domaine public, il est préférable de restreindre la recherche temporelle à une période se terminant dans la première moitié du 20e siècle ou même au 19e siècle (si c’est possible).

Japan Search
Exemple d’informations sur les droits de réutilisation (Japan Search)

Par ailleurs, vous pouvez tout à fait utiliser des images d’autres collections ouvertes #OpenGLAM, à partir du moment où il y a au moins un élément dans votre GIF qui provient d’Europeana, DPLA, Trove, DigitalNZ Japan Search ou DAG Museums. Par exemple, des documents du domaine public qui sont présents dans le portail des collections du musée de Bretagne ou celui de Paris Musées.

  • Pensez à filtrer votre recherche par catégorie, support, couleur, taille… ou tout autre filtre qui vous permettra d’affiner les résultats de la recherche et de naviguer dedans plus facilement. Cela fait gagner un temps considérable et permet de trouver plus facilement des images qui correspondent à ce que l’on cherche. 
  • Il n’est pas interdit de rechercher de l’inspiration ! Je trouve qu’une bonne manière de comprendre comment animer certains mouvements est de télécharger des GIF trouvés sur le web et de les ouvrir dans Gimp/Photoshop. Cela vous permet de voir de combien d’images l’animation est composée, de repérer les images-clés, celles qui sont réellement importantes et les autres (secondaires), pour analyser le mouvement. Gare au perfectionnisme ! On peut très bien limiter le nombre d’images successives et avoir une animation qui a un bon rendu : à chacun de juger ce qu’il préfère ! Personnellement, j’utilise Tenor ou Giphy pour trouver des GIF en 2D (souvent des dessins animés) et regarder comment ils sont construits.

Questions/Réponses [↵]

Je termine ce billet par quelques « idées reçues » ou questions légitimes à propos des GIF animés et de ce concours de remix culturel.

Mais en fait, à quoi ça sert de créer des GIF animés ? Est-ce bien utile ?

Bonnes questions. On peut tout à fait penser que les collections patrimoniales c’est du sérieux, qu’un tableau doit être étudié ou valorisé uniquement par des spécialistes (professionnels du patrimoine, historiens de l’art, guides…) et que les autres usages de ces images numérisées d’œuvres sont illégitimes ou déplacés. C’est un avis qui se respecte, mais qui n’est absolument pas le mien, vous l’aurez bien compris ! GIF IT UP se place dans un contexte de réutilisations créatives du patrimoine culturel qui se sont fortement développées depuis une dizaine d’années, à travers des initiatives comme les différents « Mix » (le plus connu étant sans doute Museomix), Color Our Collections ou des créations numériques d’artistes, graphistes, particuliers, professionnels du patrimoine qui « détournent » volontairement des œuvres d’art/collections4.

On trouve aujourd’hui de nombreux mèmes ou remix sur le web, en particulier sur les réseaux sociaux5. Je pense que c’est une très bonne chose, car ils permettent de découvrir des œuvres et contenus culturels, différemment. Et cela montre que le patrimoine et l’art ne sont pas figés mais en perpétuelle évolution (en mouvement pourrait-on dire au sujet des GIF !), nous invitant à les réinterroger. Si vous essayez de réaliser un GIF animé à partir d’une œuvre d’art, vous verrez que cela crée un rapport différent de ce dont on a l’habitude, que ce soit dans l’étape de recherche au sein des collections en ligne ou dans la manière dont on regarde cette image numérisée, pour la modifier. 

D’ailleurs, ce n’est certainement pas un hasard si des plateformes très sérieuses et reconnues comme Europeana, DPLA… et des institutions patrimoniales dans le monde entier encouragent ou créent elles-mêmes des animations 2D à partir des collections patrimoniales ! Certains GLAM commencent à se préoccuper de l’archivage et la conservation des GIF pour les générations futures (c’est le cas du Netherlands Institute for Sound and Vision).

Comme je l’ai dit à Omer Pesquer dans Muzeodrome #26 en avril 2020 : « Les GIF animés sont une forme de remix qui permet de faire connaître et valoriser ces documents anciens sous un angle décalé, tout en constituant une nouvelle forme de médiation/communication numérique ». Un bon exemple est le billet d’Aleksandra Strzelichowska, Social distancing in cultural heritage GIFs, publié sur le blog d’Europeana pendant le confinement du printemps 2020, qui présente avec humour la vie quotidienne pendant cette période particulière, en réutilisant des GIF créés pour GIF IT UP !

Je n’y connais rien, je ne saurai pas faire, ça doit être trop compliqué !

Pas de panique ! J’en ai déjà parlé dans ce billet mais il est utile de revenir sur cette question. En fait, tout dépend de ce que l’on veut faire. Il existe toute sorte de GIF, du très simple au très complexe. Par exemple, j’aime beaucoup les créations de Kajetan Obarski/ Kiszkiloszki, notamment celles sur le thème de la Mort, c’est du haut niveau en animation ! Ou encore celles de Pamela Chougne, qui a collaboré en 2020 avec Paris Musées. Elles sont très inspirantes. Mais j’aime aussi voir quelqu’un créer son premier GIF tout en espérant qu’il y en aura d’autres qui suivront. Je rejoins totalement GIF IT UP qui indique que « la création de GIF animés est un excellent moyen de développer des compétences numériques et de s’informer sur les droits d’auteur et le partage en ligne dès le plus jeune âge » ! En effet, il n’y a pas d’âge pour créer des GIF animés et vous verrez que cela permet de progresser assez rapidement dans la maîtrise de certaines fonctionnalités des logiciels. 

Moi-même, je n’y connaissais pas grand-chose en animation 2D il y a encore quelques années. J’ai eu la chance de participer à un atelier organisé par l’équipe de Numelyo (BM Lyon) en septembre 2017 et cela m’a permis de débuter dans la création de GIF animés. Pensez à regarder si les institutions culturelles de votre ville/département proposent de tels ateliers, c’est le meilleur moyen pour se lancer si vous hésitez. L’un des avantages du web, c’est qu’il existe une multitude de tutoriels (en vidéo ou image par image) qui expliquent comment créer une animation dans les logiciels les plus couramment utilisés (Gimp, Photoshop…). En voici quelques-uns réalisés par des institutions/organisations culturelles :

Si vous connaissez d’autres tutoriels de ce type, n’hésitez pas à me les signaler !

Les GIF, c’est complètement ringard en 2020 !

Je trouve que l’histoire du format GIF est fascinante. Un GIF ne peut contenir que 256 couleurs maximum par image/frame, c’est un format qui est limité, mais présente l’avantage de pouvoir stocker plusieurs images, donc de créer une animation. Il a été très populaire dans les années 1990 (voir le projet GifCities d’Internet Archive) et il y aura toujours débat sur la manière de prononcer son nom (pour moi, c’est [jif] !). Au début des années 2000, il est devenu assez démodé et moqué pour son côté « kitsch », relégué à quelques icônes sur les sites web, dépassé par Flash… avant de faire un retour en force quelques temps plus tard. Avec le succès des réseaux sociaux, le GIF est redevenu à la mode, il connaît une deuxième vie (et peut-être sa meilleure vie !) à travers les blogs, Tumblr6, Twitter, Facebook, Instagram… La très grande majorité des GIF qui circulent sont des extraits de films/séries/émissions TV/clips musicaux/jeux vidéo (donc sous droits d’auteur), complétés par des sous-titres ou mentions textuelles, qui servent à échanger en s’amusant, avec l’animation adaptée à chaque situation. 

Je trouve que le format GIF – mal-aimé puis redevenu populaire et universel – a quelque chose de poétique. Peut-être qu’il vit ses dernières années d’utilisation massive, peut-être qu’il sera bientôt remplacé par de nouveaux formats (le GIFV de Tumblr, le WEBP de Google par exemple ou des formats vidéo comme MP4, WEBM…). Mais en attendant, par sa simplicité et sa compatibilité, le GIF reste le format parfait pour les mèmes et les petites animations, que ce soit simplement pour s’amuser ou pour d’autres usages (pédagogique, culturel…). Pour information, sur le plan technique, la plupart des réseaux sociaux convertissent les GIF en fichiers vidéo : il ne s’agit donc déjà plus de GIF à proprement parler ! 

« 5 more minutes », Alexander King (New York, États-Unis), gagnant du prix « First-time GIF-maker » de GIF IT UP 2017.

C’est trop chronophage, je n’ai pas le temps

Sur ce point, je ne vais pas vous donner tort. J’ai déjà entendu cette remarque à plusieurs reprises, par exemple de la part de professionnels du patrimoine (médiation numérique/communication). Oui, créer un GIF animé à partir des collections du domaine public, ça prend du temps, parfois énormément. Il y a plusieurs étapes à prendre en compte : 

  • la recherche d’une ou plusieurs images dans les collections patrimoniales (vous savez que cela peut être sans fin !)
  • la réflexion sur le scénario (qu’est-ce que je veux faire ? quelle histoire courte ? et elle est amenée à évoluer…)
  • les étapes techniques dans le logiciel (détourage, remplacement des parties effacées, effets/filtres éventuels, gestion des calques composant le GIF, animation des frames ou images successives, export du fichier).

À titre d’exemple, le GIF que j’ai créé pendant le premier confinement m’a pris entre 20 et 30 heures, parce que je débutais avec un nouveau logiciel (Construct). Si vous n’avez pas l’habitude d’utiliser un logiciel de retouche d’image ou d’animation, il faut prévoir un temps de prise en main des différentes fonctionnalités. Mais comme je l’ai écrit précédemment, créer un GIF, c’est justement un très bon moyen de progresser dans la maîtrise de ces logiciels ! 


Alors, êtes-vous convaincu ou pas encore ? N’hésitez pas à me le dire dans les commentaires ou sur Twitter ! 

Si vous souhaitez participer à GIF IT UP 2020, il vous reste jusqu’au 31 octobre 2020 à minuit pour soumettre un GIF que vous avez créé.

De mon côté, je participe à ce concours, comme chaque année depuis 2017. Et attendez, ce n’est pas tout : je vous donne rendez-vous d’ici la fin de l’année 2020 pour vous présenter mon nouveau site web qui sera entièrement consacré aux GIF animés réalisés à partir d’œuvres du domaine public (ce projet sera aussi à suivre sur Twitter/Instagram) ! À bientôt et merci d’avoir lu jusqu’au bout !

Trumpet, wake up !
Damien Petermann, mon GIF soumis pour l’édition 2019 de GIF IT UP.

Je remercie Charlotte et Noémie pour leur relecture de ce billet.


Image de une : Logo de GIF IT UP.


Citer ce billet : Damien Petermann, "GIF IT UP, remixer les collections patrimoniales en créant des GIF animés", L'image de Lyon [carnet de recherche], 21 octobre 2020.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/1701 (consulté le 30 novembre 2020)

  1. Attention, seule une sélection de 13 images est disponible en open access et a d’ailleurs déjà fait l’objet d’un concours spécial GIF IT UP en juillet 2020. []
  2. Ce qui est encore le cas en 2020 d’une très grande partie des collections numérisées des institutions patrimoniales françaises, hélas ! En particulier, comme il s’agit d’animer des images d’œuvres, il est impératif que l’on puisse les modifier (ce qui exclut de fait les numérisations placées sous licence CC-BY-ND ou CC-BY-NC-ND ou « tous droits réservés », car elles ne permettent aucune modification du visuel. En théorie, les images placées sous licence CC-BY-NC (non commercial) peuvent participer, mais ce n’est vraiment pas dans l’esprit d’ouverture des collections prôné par le concours !). []
  3. J’ai une formation en géographie/cartographie, il est vrai, donc je maîtrise certains logiciels vectoriels/matriciels, mais la création de GIF animés ne fait pas forcément appel aux mêmes compétences. []
  4. Pour un projet récent, voir Carambole et confinement, un générateur de cartes postales numériques créées à partir du fonds photographique Lucien Bailly (musée d’art et d’histoire de Saint-Brieuc). []
  5. Sur ces nouvelles pratiques numériques créatives et le rôle des GLAM, je vous renvoie à l’analyse présente dans la partie 5.3 du rapport final du programme Images/Usages (INHA, 2018), ainsi qu’à la captation vidéo de la présentation de Johanna Daniel lors du colloque d’octobre 2018. []
  6. Et là, je ne peux pas omettre de citer Ciel Mon doctorat, que toutes les personnes qui ont écrit ou qui préparent actuellement une thèse doivent connaître ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.