[Publication] L’importance de l’entrée nord de Lyon dans la construction de l’image de la ville (1750-1860)

En mai 2020, j’ai déposé dans l’archive ouverte HAL une version légèrement remaniée de mon chapitre publié en 2017 dans des actes de colloque :

Damien Petermann, « L’importance de l’entrée nord de Lyon dans la construction de l’image de la ville (1750-1860) », in Tatiana Debroux, Yannick Vanhaelen & Judith le Maire (dir.), L’entrée en ville : aménager, expérimenter, représenter, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2017, p. 149-158.
Texte de 16 pages disponible en PDF sur HAL (accès ouvert)

Pour ne pas déroger aux bonnes habitudes, je vous présenterai dans un prochain billet l’histoire et le contexte de ce texte, depuis la proposition de communication jusqu’à sa publication, en passant par la participation au colloque.

En attendant, voici une présentation de l’ouvrage, de mon chapitre et son plan (Cliquer sur les liens pour accéder directement à ces parties. La flèche [↵] vous permet de revenir ici, au plan du billet).


Présentation du livre [↵]

L’ouvrage L’entrée en ville : aménager, expérimenter, représenter a été publié aux Éditions de l’Université de Bruxelles, en février 2017. Il s’agit des actes du colloque « Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles) », organisé les 15 et 16 octobre 2015 à Bruxelles par l’équipe du projet de recherche MICM-arc1.

L'entrée en ville

Cet ouvrage collectif et interdisciplinaire (12 contributions, 218 pages, 54 illustrations) aborde « les dimensions matérielles et sensibles de l’arrivée en ville, à travers différentes perspectives d’analyse et des cas d’études variés sur le plan spatial et temporel (du XVIIIe siècle à nos jours, du Havre à Calcutta) »2.

Il se compose de trois parties :

  • Aménager l’arrivée : l’entrée comme espace matériel, avec un focus sur les infrastructures dédiées (gare, route, aéroport).
  • Expérimenter le passage : les manières de vivre l’entrée en ville (modes de transport, usages, nature de l’expérience). 
  • Représenter l’entrée : l’entrée en ville à travers les sources textuelles et artistiques (peinture, dessin, estampe, photographie, cinéma). Mon chapitre se situe au début de cette troisième partie.

Pour en savoir plus, voir la présentation générale, la table des matières et l’introduction sur le site de l’éditeur. Le livre est disponible à l’achat sous forme imprimée et au format epub (pour liseuse), ainsi que sur Google Books en mode aperçu. Il est aussi possible de consulter/télécharger individuellement certains chapitres sur DI-Fusion, le dépôt institutionnel de l’Université Libre de Bruxelles (open access).


Présentation de mon texte [↵]

Il s’agit d’un cas d’étude qui montre, à travers l’exemple de l’entrée de Lyon par le défilé de Pierre-Scize, comment l’image dominante d’une ville peut être remplacée en un temps relativement court (quelques décennies), malgré une inertie forte.

La première partie du texte est consacrée aux modalités d’arrivée à Lyon par le nord. En s’appuyant notamment sur une carte de localisation (figure 1), elle replace Lyon au sein des principaux itinéraires de voyage, ceux menant de Paris et du nord de la France jusqu’en Italie (routes terrestres/voie fluviale). Elle donne aussi à voir l’importance de cet espace situé au nord-ouest de la ville, qui constituait à l’époque moderne et jusqu’au milieu du XIXe siècle l’entrée principale dans Lyon, par la Saône ou par la route.

We entered Lyon about four o’clock in the afternoon. The town appears to peculiar advantage from this approach : guarded by a picturesque rock and fortress, on one side of the river, and a long range of handsome buildings on the other ; connected by a bridge formed of stoned piers and wooden arches.
Jane Waldie, Sketches Descriptive of Italy in the Years 1816 and 1817, vol. 1, Londres, 1820, p. 29-30.

À travers un corpus rassemblant plus de 200 images et une trentaine de textes, la deuxième partie s’intéresse à la manière dont ce lieu a été représenté au cours de la période étudiée dans l’iconographie et les textes liés au voyage. Elle traite de la fréquence de figuration de ce site dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, par la spatialisation des images, dont une bonne partie est l’œuvre d’artistes passés à Lyon (figure 2 : carte de densité des points de vue). L’étude croisée des guides et récits permet de mettre en lumière l’opposition entre l’intérieur de la ville, qui pâtit d’une image négative, et l’entrée de Lyon par la Saône, dont l’aspect pittoresque est souvent admiré.

Jean-Baptiste Lallemand, Vue de l'entrée de Lyon en venant de Chalons sur Saone avec le pont d'Arlincours au bac du Port St Jean sur le devant et le chateau de Pierre-Ancise dans le fond

Jean-Baptiste Lallemand, Vue de l’entrée de Lyon en venant de Chalons sur Saone avec le pont d’Arlincours au bac du Port St Jean sur le devant et le chateau de Pierre-Ancise dans le fond, fin du XVIIIe siècle, dessin à la plume et encre brune, aquarelle, 21,2 x 34,8 cm, Bibliothèque nationale de France, Destailleur Province, t. 14, 3358, département Estampes et photographie, EST RESERVE VE-26 (S) [Domaine public – Gallica].

Enfin, la troisième et dernière partie du chapitre porte sur la transformation radicale du site de Pierre-Scize à partir de la fin du XVIIIe siècle et jusqu’aux années 1860. La démolition du château, la réduction progressive du rocher qui sert de carrière et d’autres modifications urbaines font peu à peu disparaître ce paysage pittoresque et remarquable qui avait été tant commenté et représenté par les voyageurs au cours des siècles précédents. Pourtant, le souvenir du lieu est encore présent dans la première moitié du XIXe siècle. Plusieurs documents iconographiques et textuels témoignent d’une certaine nostalgie, voire d’un début de conscience patrimoniale. Le texte s’achève sur l’arrivée du chemin de fer à Lyon. Ce mode de transport a très fortement renouvelé les perceptions et représentations de l’arrivée en ville, en créant une nouvelle entrée principale : la gare de voyageurs (Perrache) située dans la Presqu’île. L’entrée nord-ouest de Lyon perd alors ce statut, dans les guides, les récits et les représentations iconographiques, laissant une large place à d’autres espaces lyonnais, parmi lesquels domine la colline de Fourvière.

Sur ces hauteurs s’élevaient, ruines formidables, les restes de la prison d’état où fut enfermé le beau M. de Cinq-Mars et M. de Thou […]  ; ces hauteurs sont dépouillées de leurs ruines et le roc nu a remplacé toute cette histoire.
Jules Janin, Voyage en Italie, Paris, E. Bourdin, 1842, p. 7.

Et pour en savoir plus sur la représentation de l’espace urbain lyonnais au cours de la période suivante (milieu XIXe siècle- fin XXe siècle), à travers les guides de voyage, ce sera dans ma thèse !


Plan du texte [↵]

  • Les modalités de l’arrivée à Lyon par le nord
  • L’entrée nord de Lyon représentée dans l’iconographie et les textes
    • Images urbaines
    • Guides et récits de voyages
  • Pierre-Scize, la disparition d’un paysage urbain remarquable
  • Sources primaires
  • Bibliographie

Pour rappel, voici le lien pour accéder à ce texte dans HAL. Si vous voyez quelques petits problèmes de forme dans le document PDF, n’hésitez pas à me les signaler ! De même, je suis ouvert aux discussions sur le fond, que ce soit ici en commentaire du billet ou sur Twitter. Bonne lecture !


Je remercie Anaïs, Angela, Clémentine, Johanna et Marie pour leur relecture des billets liés à cette publication et leurs remarques.


Autres billets sur un sujet proche :


Image de une (rognée) : William Marlow, [Une vue du château de Pierre-Scize à Lyon], fin du XVIIIe siècle, huile sur toile, 90 x 124 cm, localisation inconnue. Tableau vendu chez Sotheby’s Londres, le 6 juin 2007. [Domaine public – Wikimedia Commons].

Il s’agit de l’une des multiples versions de la vue du château de Pierre-Scize réalisée par William Marlow dans les décennies suivant son passage à Lyon.

Citer ce billet : Damien Petermann, "[Publication] L’importance de l’entrée nord de Lyon dans la construction de l’image de la ville (1750-1860)", L'image de Lyon [carnet de recherche], 15 juin 2020.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/1391 (consulté le 30 novembre 2020)

  1. L’Action de Recherche Concertée MICM-arc « Culture. Mobilité. Territoire. Émergence et transformation de l’identité métropolitaine bruxelloise, XVIIIe-XXIe siècles » a rassemblé de 2012 à 2017 une équipe pluridisciplinaire de chercheur·e·s de l’Université libre de Bruxelles. Elle a organisé plusieurs colloques et journées d’étude. Parmi les travaux réalisés, on peut voir en ligne l’exposition virtuelle Parcours Urbains. []
  2. Extrait de l’introduction du livre : Tatiana Debroux, Jean-Michel Decroly, « Quand on arrive en ville. Balises pour une lecture multiple de l’entrée en ville », in Tatiana Debroux, Yannick Vanhaelen & Judith le Maire (dir.), L’entrée en ville : aménager, expérimenter, représenter, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2017, p. 11. []

Une réflexion sur « [Publication] L’importance de l’entrée nord de Lyon dans la construction de l’image de la ville (1750-1860) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.