[Publication] Le patrimoine lyonnais représenté dans les guides de voyage Hachette (XXe siècle – début XXIe siècle)

Depuis quelques jours, il est possible de consulter et télécharger le texte suivant :

Damien Petermann, « Le patrimoine lyonnais représenté dans les guides de voyage Hachette (XXe siècle – début XXIe siècle) », in Carolina Flinz, Elena Carpi & Annick Farina, Le guide touristique : lieu de rencontre entre lexique et images du patrimoine culturel. Vol. I, Florence, Firenze University Press, 2018, p. 79-98.

Texte disponible en PDF sur HAL (accès ouvert).

Comme d’habitude, j’accompagne cette mise en ligne d’un billet destiné à présenter le texte ainsi que son contexte de rédaction (cette fois-ci, le billet est plus long que prévu initialement, car j’y explique aussi mon choix du dépôt en open access dans HAL).


Vous pouvez cliquez sur les titres des parties pour naviguer plus aisément au sein de ce long billet.


Contexte : un colloque en Italie

L’une des choses que j’apprécie le plus pendant le doctorat, c’est que l’on se crée au fil des années un réseau amical et/ou professionnel entre jeunes chercheurs : nos collègues du même département disciplinaire, les doctorants du laboratoire, celles et ceux rencontrés à l’occasion de séminaires, journées d’études ou colloques (en France et/ou à l’étranger) ou encore via les associations locales auxquelles chacun est libre de participer (par exemple, à Lyon : ENthèSe, Les Têtes Chercheuses, IMUalpha…). À travers ces contacts, une certaine solidarité s’organise : ainsi, lorsqu’au fil de notre veille, on repère une référence bibliographique ou l’annonce d’un événement pouvant intéresser un autre doctorant, il est naturel de lui signaler cette information utile.

Réponse à l’appel à communication

Début mars 2015, Noémie Boeglin1 m’a transmis un appel à communication pour un colloque qui avait échappé à ma veille. Intitulé « Le guide touristique comme lieu de rencontre entre lexique et images du Patrimoine », ce colloque organisé par l’unité de recherche Lessico dei Beni Culturali était programmé les 11 et 12 juin 2015 à Pise et Florence. La perspective de participer pour la première fois à un colloque international, sur le type de document que j’étudie pour ma thèse (les guides touristiques), autour du patrimoine et dans deux villes italiennes que je n’avais jamais eu la chance de visiter, m’a évidemment fortement motivé à soumettre une proposition de communication. J’ai souhaité y développer l’un des axes principaux de ma recherche doctorale, à savoir la manière dont le patrimoine lyonnais est représenté dans plusieurs guides Hachette entre le début du XXe siècle et le début du XXIe siècle.

Un mois plus tard j’ai reçu la bonne nouvelle : ma proposition était retenue. Il restait désormais à préparer la communication orale, avec comme étapes successives (entre autres) : traiter un échantillon de six guides Hachette préalablement sélectionnés, analyser et interpréter les données extraites de ces ouvrages, écrire le texte et réaliser les cartes, avant de préparer le diaporama et de m’entraîner à le présenter à l’oral dans le temps imparti.  L’objectif de ma communication, en tant que doctorant en géographie (avec une formation en histoire/patrimoine), était de présenter la manière dont les guides de voyage imprimés peuvent être étudiés comme source primaire, afin de suivre l’évolution des représentations urbaines, et ici, plus précisément, du patrimoine lyonnais.

Participation au colloque

Je suis resté quatre jours en Italie : j’ai profité de ce séjour pour visiter Pise et Florence sous un beau soleil et voir enfin « en vrai » certains édifices que j’avais étudiés en cours d’histoire de l’art2. Le colloque était pluridisciplinaire et multilingue (italien, anglais, allemand et français). La plupart des communications adoptaient des approches linguistiques ou littéraires, mais il y a eu pendant ces deux journées une grande diversité de points de vue, de corpus analysés, de territoires étudiés – bref, des échanges très riches. Je retiens en particulier ma rencontre avec Jessica Blanc, doctorante en histoire de la photographie3, qui a présenté son guide de gastronomie Brazil, publié en 20144. Sur le plan personnel, ma communication s’est bien passée et plusieurs chercheurs m’ont fait part de leur intérêt pour l’approche spatiale des guides que j’ai présentée (des remarques encourageantes pour un premier colloque international !).

Rédaction du texte et publication

Début 2016, les participants au colloque ont été contactés en vue de la publication des actes et je dois reconnaître qu’à ce moment-là, comme j’avais peu de temps disponible et que la transformation de ma communication en chapitre d’ouvrage me paraissait constituer un travail trop lourd, je n’ai pas donné suite (grave erreur !). Fort heureusement, le comité scientifique m’a recontacté peu après et m’a accordé un délai supplémentaire pour proposer mon texte5. Je vous épargne les détails du processus de rédaction, de relecture et de publication qui duré plus longtemps que prévu (ce qui est visiblement souvent le cas en sciences humaines et sociales). Pour résumer, j’ai soumis mon texte en juin 2016, il a fait l’objet d’une évaluation par le comité scientifique du colloque (en double aveugle, par deux relecteurs) pendant l’été, puis j’ai procédé en septembre 2016 aux modifications mineures qui m’avaient été proposées. Les actes du colloque ont pris la forme de deux volumes publiés directement en PDF sur le site web des presses de l’université de Florence (en accès ouvert). Pour diverses raisons, le volume II a été publié en premier, en 2017, avant le volume I (qui contenait mon texte). Courant 2018, alors que je n’avais plus trop d’espoir quant à la publication du volume I, j’ai appris qu’il venait d’être enfin mis en ligne ! Pour les personnes intéressées par le thème du colloque, voici les liens du volume I et du volume II, tous deux téléchargeables en PDF (se reporter aux tables des matières respectives pour voir les chapitres).

Le guide touristique: lieu de rencontre entre lexique et images du Patrimoine

Si j’ai raconté cette histoire depuis le début – au-delà de présenter le contexte de rédaction de ce texte – c’est aussi pour rendre visible aux personnes qui ne sont pas familières de la recherche académique les différentes étapes du processus pour ce type de publication, depuis la soumission d’une proposition de communication jusqu’à la parution du texte au sein d’actes de colloque, en passant par la participation effective à l’événement scientifique.


Présentation du texte 

Venons-en maintenant au contenu de mon texte. Comme son titre l’indique, il traite de la manière dont les guides Hachette donnent à voir le patrimoine lyonnais pendant un siècle. Le type d’informations relatives au patrimoine évolue au fil des éditions, en lien avec l’élargissement de la notion de patrimoine (en particulier à partir des années 1960). La longueur du texte étant limitée, ce chapitre présente avant tout les différentes catégories de mentions textuelles repérées dans ce corpus de six guides Hachette au sujet des objets patrimoniaux. J’expose rapidement trois approches complémentaires qui peuvent être mises en œuvre sur ces documents : une approche qualitative (s’intéresser au lexique, aux qualificatifs), une approche quantitative (mesurer les descriptions textuelles des objets pour voir ceux qui ont la plus longue, ce qui informe sur la hiérarchie des « choses à voir ») et enfin une approche spatiale (localiser les objets cités dans un système d’information géographique et reconstruire les itinéraires de visite proposés par le guide). J’évoque ensuite plusieurs catégories d’éléments patrimoniaux (sans pouvoir malheureusement approfondir davantage) : les « objets de carrefour » déjà étudiés par Maurice Agulhon pour d’autres territoires, les fameuses traboules lyonnaises et la place du paysage urbain dans ces guides. Enfin, mon texte traite aussi de l’évolution de ce qui est considéré comme patrimonial et digne d’intérêt par les guides, avec en particulier dans le guide de 1991 une prise en compte de lieux et catégories d’objets jusque-là ignorés ou peu mentionnés.

Il faut donc voir ce texte comme un avant-goût de ce qu’il y aura dans ma thèse de doctorat. Je rappelle qu’il a été rédigé au cours de ma troisième année de thèse, suite à une communication orale faite 20 mois après le début de mon doctorat. Il y a eu quelques changements depuis 2016 concernant certains éléments mentionnés6, sans qu’il n’y ait d’incidence sur la compréhension du texte. Un certain nombre de questionnements que j’ai largement approfondis dans ma thèse (en particulier l’approche spatiale des « choses à voir ») sont déjà présents dans ce texte, de manière certes réduite. 


Pourquoi déposer une version en open access dans HAL ?

La question est légitime, étant donné que ce chapitre d’ouvrage est déjà accessible librement depuis presque 2 ans sur le site web des presses de l’université de Florence. Voici plusieurs arguments pour expliquer mon choix :

  • En tant que chercheur français, il est préférable de déposer ses textes (version auteur : preprint ou postprint) dans l’archive ouverte HAL (plateforme à vocation nationale), pour leur garantir une conservation pérenne, une large accessibilité et une très bonne visibilité (et la période exceptionnelle de confinement que nous vivons en ce printemps 2020 constitue un rappel frappant de l’importance de rendre disponible ses publications scientifiques en open access gratuit, dans des archives ouvertes institutionnelles, afin que tout le monde puisse y accéder).
  • Dans le volume publié en PDF par les presses de l’université de Florence, j’ai malheureusement constaté que mes figures, en particulier les cartes, étaient quasiment illisibles, car insérées en trop petit (j’ai l’impression que pour les géographes, cette mauvaise surprise se produit régulièrement dans diverses publications scientifiques, mais c’est là un autre sujet). La version que j’ai déposée dans HAL m’a donc permis d’intégrer les cartes dans des dimensions adaptées, permettant une lecture correcte (il n’est d’ailleurs pas exclu que je dépose aussi les fichiers images de certaines cartes dans MédiHal).
  • Relire attentivement ce texte 3 ans et demi après rédaction et 1 an et demi après publication était aussi utile pour procéder à de minimes corrections de forme (rares coquilles qui avaient échappé à ma vigilance et celle des relecteurs, style de présentation des références bibliographiques, ajout de liens hypertextes pointant vers des ressources en ligne).  

Je tiens à préciser que déposer un texte scientifique en accès ouvert ne se fait pas en un claquement de doigts. Cela m’a pris en tout plusieurs heures depuis quelques semaines pour relire le texte, effectuer les modifications nécessaires, m’assurer de la qualité des images intégrées et de la mise en page, vérifier que les liens hypertextes étaient bien actifs lors de l’enregistrement en PDF… puis procéder au dépôt en lui-même dans HAL (et attendre la validation, qui a eu lieu dans la semaine – merci à l’équipe d’HAL pour sa réactivité !).

Toutefois, si vous voyez encore quelques petits problèmes de forme que j’aurais ratés dans le document PDF, n’hésitez pas à me les signaler ! HAL permet en effet de déposer une nouvelle version du texte tout en archivant les précédentes, qui restent visibles et accessibles. De même, je suis ouvert aux discussions sur le fond, que ce soit ici en commentaire du billet ou sur Twitter.

Pour rappel, voici le lien pour accéder au document dans HAL. Bonne lecture !


Plan du texte

  • Introduction
  • Lyon dans les guides Hachette
  • Corpus
  • Organisation des guides
  • Le patrimoine dans le guide de voyage : informations et appréciations
    • L’accessibilité des monuments et des collections
    • État et localisation du patrimoine
    • Collections artistiques et musées
    • Description d’éléments disparus
  • Illustrations et cartes
  • Étudier le patrimoine lyonnais dans les guides imprimés : essai de synthèse
    • Approche qualitative
    • Approche quantitative
    • Approche spatiale
  • Les objets de carrefour dans le guide
  • Un objet patrimonialisé : les traboules
  • Le paysage urbain
  • L’élargissement du patrimoine du guide
  • Conclusion
  • Sources (Corpus)
  • Références bibliographiques

Autres billets sur un sujet proche :


Image de une : Plan de niveau du musée des Beaux-Arts de Lyon (1er étage), image extraite du Guide Bleu Hachette Lyon et ses environs, 1944, p. 43 (collection personnelle).

Note : Ce billet a été rédigé durant la période de confinement mise en place en France en mars 2020 pour essayer d’endiguer l’épidémie de coronavirus.

Citer ce billet : Damien Petermann, "[Publication] Le patrimoine lyonnais représenté dans les guides de voyage Hachette (XXe siècle – début XXIe siècle)", L'image de Lyon [carnet de recherche], 1 avril 2020.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/1314 (consulté le 30 novembre 2020)

  1. Noémie Boeglin a soutenu en juillet 2018 une thèse de doctorat en histoire contemporaine intitulée Représentations romanesques de la modernité parisienne dans le « Grand XIXème siècle », 1830-1913 (disponible en accès ouvert sur TEL). Si ses recherches vous intéressent, voir aussi : Noémie Boeglin, « Paris, ville morte dans le roman français au XIXe siècle« , Sociétés & Représentations, 2016/1 (N° 41), p. 47-62 ; Noémie Boeglin, Michel Depeyre, Thierry Joliveau, Yves-François Le Lay « Pour une cartographie romanesque de Paris au XIXe siècle. Proposition méthodologique« , Conférence Spatial Analysis and GEOmatics, 2016. []
  2. En particulier l’Hôpital des Innocents, sujet de mon exposé en Licence 2, un très bon souvenir ! []
  3. Le sujet de sa thèse de doctorat est Le photojournalisme au Brésil dans les années 1980-1990, influence de Nair Benedicto et de l’agence F4. []
  4. Jessica Blanc, Fa Personnaz, Brazil : 50 recettes authentiques, Hachette, Paris, 2014, 208 p. Pour plus d’informations, voir le texte de Jessica Blanc dans le volume I des actes du colloque : Le guide de gastronomie brésilienne « Brazil », passage d’une expérience de voyage au projet éditorial, p. 183-195. []
  5. Je profite d’ailleurs de ce billet pour remercier les organisatrices et le comité scientifique du colloque, et tout particulièrement Annick Farina, qui a échangé avec moi par e-mail avant et après le colloque, y compris au cours du processus de relecture et d’édition des textes. []
  6. En particulier la typologie des protections patrimoniales : depuis juillet 2016, on ne parle plus en France de ZPPAUP, AVAP ou secteur sauvegardé, mais de sites patrimoniaux remarquables. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.