Gerrit Lamberts, Interieur van het voormalige Rijksmuseum in het Trippenhuis aan de Kloveniersburgwal 29

[Publication] Réutiliser les images numériques des collections : enjeux, questions pratiques

J’ai déposé il y a quelques jours dans l’archive ouverte HAL un texte portant sur l’accès et la réutilisation des images issues de la numérisation des collections patrimoniales.

Damien Petermann. Réutiliser les images numériques des collections : enjeux, questions pratiques15e rencontres professionnelles de la Fédération des écomusées et musées de société (FEMS) « Le musée digital », Mars 2018, Manufacture Bohin, Saint-Sulpice-sur-Risle (Normandie), France. 

Texte disponible sur HAL (accès ouvert).

Plan du document :

Introduction et contexte       
I) Retour d’expérience de chercheur·e·s
1) L’accès à des visuels de bonne qualité
2) La réutilisation dans une publication scientifique
II) Éléments de synthèse
1) Copyfraud : les musées sont-ils des banques d’images commerciales ? 
2) L’argument économique : faites le calcul !
3) Encourager de multiples formes de réutilisation des images
4) La position éthique du musée
Remerciements
Bibliographie / Sitographie


Tout en vous invitant à le lire, je pense qu’il est utile de préciser quelques éléments de contexte concernant ce document.

En juillet-août 2017, j’ai travaillé au service des collections des musées Gadagne (musée d’histoire de Lyon – musée des arts de la marionnette – hôtel de Gadagne). Ma mission consistait essentiellement à rédiger et mettre à jour des contenus sur Wikipédia, ce qui m’a amené à faire des recherches bibliographiques et iconographiques sur l’histoire et l’évolution des musées Gadagne (édifice, expositions, muséographie, collections…). J’ai essayé de mener une réflexion plus large sur la manière de présenter cette institution patrimoniale sur Wikipedia et les projets qui y sont liés (en particulier Wikimedia Commons pour les images). En parallèle, je me suis renseigné sur les exemples et retours d’expérience d’autres institutions patrimoniales autour des projets Wikimedia[1]. Cette mission m’a aussi donné l’occasion de creuser un thème qui m’intéressait depuis un moment : les questions relatives à la numérisation et aux conditions d’accès/de réutilisation des collections patrimoniales en ligne.

En travaillant quelques semaines au sein d’une institution culturelle, j’ai pu me rendre compte de certains éléments qui ne sont pas forcément perceptibles ou évidents pour le public, notamment les étudiants ou chercheurs qui sont des utilisateurs particuliers de reproductions numériques d’œuvres. J’ai profité de ma présence au musée pour échanger avec les collègues des différents services (collections, communication, service des publics) et bien sûr avec le directeur des musées Gadagne, Xavier de la Selle. En complétant cette expérience professionnelle par une veille active sur le web à partir de l’été 2017 (notamment via Twitter), j’ai pu affiner ma réflexion sur un sujet que je souhaitais approfondir depuis quelques années.

En janvier 2018, Xavier de la Selle — également vice-président de la Fédération des écomusées et des musées de société (FEMS) — m’a proposé d’intervenir lors des rencontres professionnelles de ce réseau. Programmées fin mars 2018, ces rencontres avaient comme thème « Le musée digital » : leur objectif était de débattre autour de plusieurs questions, en particulier la mise en ligne des collections et le « musée virtuel ». J’ai accepté avec plaisir cette invitation, car il s’agissait pour moi d’une belle occasion de présenter de manière concrète et argumentée mon point de vue de doctorant sur l’accès et la réutilisation des images patrimoniales.

Dans l’optique de préparer au mieux mon intervention, j’ai interrogé plusieurs chercheurs afin de construire un retour d’expérience correspondant à ce profil particulier d’utilisateur. Sans grande surprise, les mêmes éléments revenaient au cours de ces différents échanges : la difficulté d’accéder en ligne ou hors ligne à des images d’une qualité permettant l’analyse approfondie des œuvres/documents, les problèmes se posant lors du processus de publication d’un texte scientifique (redevance à payer pour utiliser l’image), une méconnaissance réciproque du statut juridique et des conditions de réutilisation de ces images patrimoniales, certaines incompréhensions entre chercheurs et professionnels du patrimoine sur les usages possible des images… J’ai aussi contacté plusieurs personnes travaillant en musée, qui participent à des projets autour de Wikipedia. Ces discussions et la veille menée sur le web, en particulier les différents textes (études, rapports, billets de blog, articles de presse) m’ont permis de rassembler ce que je considérais comme les principaux arguments et questions à présenter, de manière pédagogique, à un public constitué majoritairement de professionnels de musée.

Ces rencontres professionnelles ont été très enrichissantes, avec des interventions de qualité et de nombreuses discussions pendant les deux journées (22-23 mars 2018). Dans les semaines qui ont suivi mon intervention, j’ai retravaillé mon texte de manière à fournir à la FEMS une synthèse de quatre pages destinée aux retranscriptions des rencontres professionnelles. Les relectures et avis que j’ai recueillis de la part de plusieurs personnes m’ont permis de préciser certains éléments. Le sujet étant tellement riche, j’avais initialement l’intention d’en faire un billet de blog plus développé dans les semaines suivantes, mais occupé par d’autres projets (en premier lieu, ma thèse !), je n’ai malheureusement pas réussi à terminer ce billet.

Finalement, ce n’est qu’il y a quelques semaines, au début de l’automne 2019, que je me suis décidé à reprendre ce document de manière à en proposer une version accessible en ligne. Comme il s’agissait du texte de ma présentation lors des rencontres professionnelles de la FEMS en 2018, j’ai simplement fait le choix de remanier très légèrement le document, en ajoutant une bibliographie/sitographie (correspondant aux références mentionnées sous forme de liens hypertextes) et en reformulant certains passages, sans faire de mise à jour du contenu. Les exemples et références cités dans ce texte datent donc d’avant mars 2018.


Grâce à cette intervention effectuée lors des rencontres de la FEMS et mon activité relative à ce sujet sur Twitter, j’ai ensuite été invité par Martine Denoyelle à participer au colloque du programme Images/Usages en octobre 2018 à l’INHA (Paris). Cette fois-ci, j’avais axé ma communication sur les enjeux autour de la réutilisation des images topographiques qui sont des sources utiles aux historiens et géographes, que ce soit pour la recherche ou l’enseignement (il est possible de revoir les vidéos du colloque, dont celle de mon intervention, sur Youtube). Ce colloque a aussi été une très belle expérience, qui m’a permis de rencontrer différentes personnes, françaises et étrangères, s’intéressant de près à ce sujet. J’en profite d’ailleurs pour vous recommander fortement la lecture du rapport final du projet Images/Usages intitulé Droits des images, histoire de l’art et société[2]. Il s’agit d’un travail de référence qui dresse un état des lieux de la situation française et met en évidence les grands enjeux relatifs à l’ouverture des collections patrimoniales en ligne.


Si je fais le choix de publier en octobre 2019 mon texte portant sur l’accès et la réutilisation des images patrimoniales, c’est que j’estime qu’il peut être une contribution utile au débat, aux côtés d’autres documents plus approfondis comme le rapport du programme Images/Usages. J’espère que ce court document (6 pages de contenu et 4 de bibliographie) pourra constituer une première approche pour des personnes qui souhaitent acquérir quelques connaissances et mieux percevoir certains enjeux relatifs à ce sujet. D’ailleurs, si ce thème vous intéresse particulièrement, je vous invite à consulter les références présentes dans la bibliographie.

En tout cas, je suis ouvert à la discussion, donc n’hésitez pas à me faire part de vos remarques/réflexions concernant ce document, que ce soit ici sur mon blog ou par d’autres canaux. Bonne lecture !


P-S : J’ai l’intention, d’ici fin 2019-début 2020, de publier plusieurs billets relatifs à ce sujet de l’accès/la réutilisation des images patrimoniales. Il s’agit surtout de finaliser quelques ébauches de textes portant sur des éléments que j’ai lus/présentés/auxquels j’ai réfléchi à depuis 2 ans. À suivre !


[1] Je connaissais déjà la collaboration entre le musée des Beaux-arts de Lyon et les wikimédiens lyonnais (Cabale de la quenelle), mais j’ai pu ainsi prendre connaissance d’autres projets de ce type en France.

[2] Ce rapport, écrit par Martine Denoyelle (dir.), Katie Durand, Johanna Daniel et Elli Doulkaridou-Ramantani, a été publié en octobre 2018. Il est aussi disponible sur cette page (onglet ressources) au format epub et en version anglaise (pdf).


Image de une : Gerrit Lamberts, Salle des estampes du Rijksmuseum, juin 1838, dessin, Stadtsarchief Amsterdam (extrait). Domaine public.
(Le musée était situé à cette époque dans le Trippenhuis, 29 Kloveniersburgwal)

Citer ce billet : Damien Petermann, "[Publication] Réutiliser les images numériques des collections : enjeux, questions pratiques", L'image de Lyon [carnet de recherche], 14 novembre 2019.
[En ligne] URL : https://imagelyon.hypotheses.org/1004 (consulté le 19 février 2020)


Une réflexion sur « [Publication] Réutiliser les images numériques des collections : enjeux, questions pratiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.