Le musée d’histoire de La Haye

Ce billet est le premier d’une série consacrée à la visite des musées d’histoire de ville. Dans la lignée de mon parcours universitaire et de mes recherches, au croisement entre patrimoine, numérique, images urbaines et cartographie historique, je m’intéresse à la manière dont les musées présentent l’espace urbain et son évolution. En particulier, je suis curieux des dispositifs numériques associant cartographie, plans/vues de ville et médiation culturelle.

Le 16 juillet 2015, j’étais présent à La Haye, centre administratif et siège du pouvoir politique des Pays-Bas. J’ai pu profiter du beau temps pour visiter le centre-ville et faire un saut à la station balnéaire de Scheveningen pour voir la mer du Nord, mais la raison principale de ma venue à La Haye était la visite du musée d’histoire de la ville.


PLAN : 

Présentation

 

Le musée d’histoire de La Haye (Haags Historisch Museum) est situé dans le centre historique de la ville, tout près du Hofvijver (étang) et du Binnenhof, complexe abritant le Parlement et le gouvernement néerlandais.

640px-Haags_Historisch_Museum
Haags Historisch Museum, Pauline van Till, Wikimedia Commons

Ce musée, de taille modeste, est abrité dans un bâtiment du XVIIe siècle. La visite se déroule sur trois étages :

  • Rez-de-chaussée : Parcours permanent (4 salles)
  • 1er étage : salle de la garde civique et exposition temporaire
  • 2e étage : exposition temporaire et maisons de poupées de Lita de Ranitz

 


Le parcours permanent du musée d’histoire [↵]

Salle 1 : Typisch Haags

 

salle1
Salle 1

La première salle du musée vise à contextualiser l’histoire de La Haye. Plusieurs vues peintes de la ville, réalisées entre le XVIe et le XXe siècles, sont exposées. La grande vue panoramique de Jan van Goyen (XVIIe siècle) est particulièrement mise en valeur. Devant cette vue  est installé un meuble en bois, sur lequel sont reproduits et commentés des détails du tableau. Une maquette présente l’urbanisme du XXe siècle.

View of The Hague from the south-east *oil on canvas *460 x 174 cm *1650 - 1651
La grande vue de La Haye par Jan van Goyen
Le lion et la cigogne :

Cette première salle met en scène deux animaux qui ont une importance particulière à La Haye. Le lion représente la monarchie néerlandaise tandis que la cigogne est l’emblème de la ville de la Haye depuis le XVIe siècle.

salle_1_cigogne
Salle 1

Le texte de salle explique que La Haye a commencé à se développer au XIIIe siècle, à partir de deux noyaux urbains distincts. D’une part se trouvait la cour et le château des comtes de Hollande, autour du Hofvijver ; et d’autre part, un petit village (Die Haghe), peuplé d’artisans, tailleurs, cordonniers, boulangers, commerçants… Pourtant proches géographiquement, ces deux espaces ont fonctionné séparément pendant plusieurs siècles. Chaque partie avait sa propre administration, ses lois et sa milice. Le lion rouge était à l’origine l’emblème des comtes de Hollande tandis que la cigogne représentait le village. On apprend aussi que La Haye n’a jamais eu de murs fortifiés, sans que la raison ne soit mentionnée par le texte de salle. Au XVIIe siècle, la ville était seulement protégée par une ceinture de canaux.

Le lion et la cigogne figurent donc sur les armes de la ville de La Haye depuis plusieurs siècles. Le logo actuel de la ville, très proche de l’ancien blason,  reprend d’ailleurs ces deux emblèmes :

logo_den_haag2

La cigogne est aussi présente sur le logo du musée d’histoire :

Print

Focus sur la cartographie historique animée :

Le dispositif phare de cette première salle est la vidéo présentant l’évolution du site de La Haye entre – 4 000 et 2013. L’écran est situé juste à côté de l’entrée, à droite, sur le mur faisant face à la grande vue de Jan van Goyen, exposée au fond de la salle.

Cette animation a été réalisée par l’entreprise néerlandaise MappingHistory (anciennement Mapsplusmotion), qui a aussi créé le même type d’outil numérique pour d’autres musées d’histoire aux Pays-Bas (notamment ceux d’Amsterdam, Leyde, Gouda, Rotterdam, Vlaardingen, Harlingen).

La vidéo dure 9 minutes et il n’y a pas de commentaire audio. Très pédagogique, la cartographie animée permet de suivre la manière dont le territoire de La Haye s’est développé aux différentes époques. Ainsi, le visiteur voit successivement la formation de la topographie pendant la période antique, les premiers espaces de peuplement, le village médiéval et le château des comtes de Hollande, la ceinture de canaux aménagée au XVIIe siècle, l’arrivée du chemin de fer au milieu du XIXe siècle, la création de nouveaux quartiers, les destructions pendant la Seconde Guerre mondiale et l’urbanisme actuel.

Dans la partie gauche de la carte, deux indicateurs sont affichés : celui de gauche (en gras) correspond à l’année et celui de droite, à la population :

indicateurs

De courts textes en néerlandais et en anglais décrivent chaque étape. On notera aussi la présence d’un curseur, assez discret, qui permet une localisation aisée et rapide des lieux décrits.

curseur

Il s’agit de la deuxième version, révisée et actualisée, de la carte animée. La première version, inaugurée en 2012, présentait l’évolution du territoire de La Haye entre 1300 et 2011.

nul7nul

Un clip musical intitulé nul7nul (zero7zero) est diffusé sur l’un des écrans de la salle. Le musée d’histoire de La Haye a invité plusieurs jeunes habitants, issus de milieux sociaux et culturels différents, à écrire en commun un poème reflétant leur identité et leur patrimoine en lien avec la ville. Avec l’aide du rappeur Ümit C, ils ont ensuite créé une chanson et tourné un clip vidéo dans le musée. Ce clip a été financé par la municipalité de La Haye. La vidéo diffusée dans le musée dure 4 minutes et est sous-titrée en anglais.

salle_1_suite
Salle 1, au fond à droite l’écran vidéo du clip

Salle 2 : La famille Orange (De Oranjes)

 

La deuxième salle (plus petite que la première) est consacrée aux liens entre la famille royale des Orange et la ville de La Haye, où est située la résidence principale du roi des Pays-Bas. De nombreux portraits de rois et reines sont exposés.

salle2
Salle 2

Le texte de salle évoque assez succinctement les épisodes de contestation du pouvoir royal, notamment les affrontements entre Orangistes et Patriotes au XVIIIe siècle et l’appel à la révolution par le leader socialiste P. J. Troelstra en 1918, qui échoua.

salle2_patriotes
Des objets appartenant aux Patriotes sont exposés dans un meuble.

Le texte souligne la popularité actuelle de la famille royale, tout en rappelant que le pouvoir de la monarchie est en partie remis en cause par plusieurs partis politiques.

Salle 3 : Arts, commerce, plages

 

La troisième salle est consacrée aux diverses activités urbaines qui se sont développées, notamment aux XVIIIe-XXe siècles. Plusieurs tableaux de l’école de la Haye (Haagse School, deuxième moitié du XIXe siècle) sont exposés. Le texte de salle évoque aussi Scheveningen, village de pêcheurs devenu au XIXe siècle une station balnéaire importante. Il est aussi question du développement économique et commercial de la ville durant cette période, favorisé par la présence de la famille royale à La Haye.

salle_3
Salle 3

Salle 4 : La Seconde Guerre mondiale

 

La scénographie de cette salle tranche radicalement avec les salles précédentes. Dans un décor gris, cette salle présente différents objets liés à l’Occupation nazie : insignes (croix gammée, aigle), dessins de bunkers construits par les Nazis dans la ville, médailles de résistants, panneau « Voor Joden verboden » (Interdit aux Juifs). Un dispositif permet de regarder des photographies stéréoscopiques à l’aide de lunettes 3D.

juifs

Les visiteurs peuvent aussi écouter des enregistrements sonores, réalisés dans le cadre du projet De Stad geschonden (La ville violée). Il s’agit de passages d’archives d’Edith van Hessen et de Gabriel Italie, lus par des acteurs. Mr Italie était le professeur d’Edith van Hessen, jeune femme juive. Ces archives racontent comment les Juifs ont d’abord été exclus de nombreuses activités (l’école par exemple), puis déportés.

Un cartel invite à prolonger l’exploration de cette période par une visite de La Haye. Quatre circuits thématiques sont proposés, accompagnés de photographies, textes et vidéos relatifs à la Seconde Guerre mondiale.

salle_4_entree
Salle 4

Plusieurs espaces utilisés par les Nazis durant cette période sont localisés sur un plan reconstitué de la ville en 1945. On y voit notamment les emplacements d’où étaient lancés les missiles V2 en direction de Londres et le fossé antichar, long de 5,5 km, qui séparait la ville en deux.


Schutterszaal : La salle de la garde civique [↵]

 

La salle de la garde civique est située au 1er étage du musée. Il s’agit d’une grande pièce, qui a été rénovée en 2013. La restauration des tableaux et les travaux de rénovation ont été financés par la Ville de La Haye et trois organismes patrimoniaux. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, cette salle de réception était le lieu des banquets et des élections annuelles de nouveaux officiers. De grands tableaux sont accrochés sur chaque mur : ce sont des portraits des magistrats et des gardes civiques. Leurs armes et leur argenterie sont aussi exposées.

salle_garde

Cette salle peut être privatisée et ainsi accueillir jusqu’à 85 personnes dans le cadre de réceptions ou de dîners.


1er et 2e étages : les expositions temporaires [↵]

 

Pendant l’été 2015, le musée d’histoire de La Haye présentait deux expositions temporaires.

opt-duin

La première, Op ’t duin (Dans les dunes), était consacrée aux représentations littéraires et iconographiques des dunes et plages néerlandaises.

La deuxième exposition, Naar de Boeren! (Aux fermes !) portait sur l’évacuation des enfants néerlandais pendant la grande famine de l’hiver 1944-1945 (Hongerwinter). Durant cette période terrible, plus de 40 000 enfants habitant les grandes villes du sud-ouest des Pays-Bas (Amsterdam, Haarlem, La Haye, Rotterdam) ont du être envoyés par leurs parents dans des fermes du nord du pays. À la fin de l’année 1944, la situation du sud-ouest du pays était devenue dramatique. Dans les grandes villes, les stocks de nourriture et de carburant étaient épuisés suite aux réquisitions allemandes et à l’arrêt de l’approvisionnement depuis les régions du nord. Ces enfants souffrant de malnutrition furent placés dans des familles de fermiers en Frise, afin de les sauver d’une mort imminente.

Naar de Boeren

L’exposition s’articule autour des témoignages de sept personnes, (aujourd’hui âgées de plus de 75 ans), qui étaient enfants à l’époque. Le visiteur peut suivre les différentes étapes de leur parcours lors de cet hiver 1944-1945 : l’adieu à leurs parents, les conditions difficiles du voyage, l’adaptation à une nouvelle famille et au dialecte local, le retour chez eux à la fin de la guerre et les liens très forts avec leur « deuxième famille » qui se sont créés pour certains enfants.

expo2

Cette exposition itinérante a été mise au point par le musée de la Résistance d’Amsterdam et présentée dans plusieurs musées néerlandais. Si vous désirez en savoir plus, vous pouvez retrouver un compte rendu en anglais et une galerie de photographies de l’exposition.


En conclusion [↵]

 

Ce musée n’est pas le plus prestigieux, ni le plus visité de La Haye. En termes de dimension (4 salles), le parcours permanent est très réduit par rapport à d’autres musées d’histoire/de territoire que j’ai pu visiter. Pourtant, j’ai trouvé que l’équipe du musée a réussi à utiliser l’espace disponible de manière assez judicieuse.

La première salle remplit très bien son rôle : faire découvrir l’évolution et les éléments emblématiques de la ville. Les salles 2 et 3 adoptent une scénographie très classique. Je pense que ces deux salles gagneraient à présenter davantage d’informations historiques relatives au contexte politique, économique et social des XVIe-XIXe siècle, par exemple en racontant précisément le développement de Scheveningen.  La quatrième salle met en valeur la période de la Seconde Guerre mondiale de façon sobre, mais suffisamment documentée.

J’ai trouvé que la scénographie s’adaptait bien au bâtiment. Un bémol cependant : dans les trois premières salles du parcours permanent, les textes de salles sont imprimés sur les stores intérieurs des fenêtres. Comme le texte est imprimé en blanc sur fond gris, il est parfois difficile de le lire si la luminosité extérieure est forte (c’était le cas lors de ma visite, pendant un après-midi ensoleillé).

texte_salle1
Texte de la salle 1

Tous les textes sont disponibles en néerlandais et anglais. En revanche, le dépliant de visite fourni à l’accueil est assez pauvre en termes de contenu. Il gagnerait à être un peu plus fourni, notamment en intégrant un plan du musée et des présentations plus détaillées de chaque salle.

Il y a une bonne prise en compte des jeunes publics dans le parcours permanent, ce qui n’est pas toujours le cas dans des musées de ce type. Des jeux pour les enfants sont présents dans les quatre salles, en lien avec chaque thématique (mention spéciale pour ceux de la première salle, portant sur les bâtiments remarquables et les emblèmes de La Haye).

jeu_salle3
Jeu de la salle 3

La présentation de la grande vue de Jan van Goyen est particulièrement bien conçue. Je trouve que c’est un bel exemple de médiation indirecte. Cela me conforte dans ma réflexion sur les dispositifs de mise en valeur des images urbaines : avant de réfléchir au type de support (imprimé/numérique, texte/multimedia…), le plus important, c’est de s’assurer que les contenus complémentaires apportent vraiment des clés de lecture aux visiteurs, tout en ne volant pas la vedette à l’objet exposé.

vue_van_goyen
Le dispositif de médiation de la vue de Jan van Goyen

La présence des dispositifs numériques est relativement discrète, la plupart se trouvent dans les salles 1 et 4. La cartographie animée de l’évolution de La Haye s’intègre parfaitement dans le parcours permanent. Ce dispositif est judicieusement placé et permet aux visiteurs d’avoir une vision claire de la manière dont la ville s’est construite et a évolué jusqu’à aujourd’hui. Les autres outils numériques sont classiques : vidéos et pistes audio. Je n’ai pas testé d’audioguide.

Hofvijver et Binnenhof
Hofvijver et Binnenhof

Pour conclure, si vous allez à La Haye, je vous recommande la visite de ce musée. Il est très bien situé, dans le centre historique de La Haye et profite d’un beau cadre extérieur, à quelques mètres seulement du Hofvijver. Les quatre salles du parcours permanent permettent de bien comprendre les grandes périodes de l’histoire de la ville et les expositions temporaires semblent valoir le coup d’œil. Ensuite, libre à chacun d’approfondir l’histoire de cette ville  (et des Pays-Bas) par des lectures ou d’autres médias !


P-S : Désolé pour la qualité de certaines images, mon appareil photo ne m’a malheureusement pas permis de faire de très bonnes photos.


Crédit image de une : Jan van Goyen, Gezicht op Den Haag vanuit het zuidoosten (Vue de La Haye depuis le sud-est), 1650-1651, huile sur toile, 1,74 x 4,60 m, Musée d’histoire de La Haye, inv. 1862-0006-SCH. Domaine public (Wikimedia Commons).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *